Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

X Files : L’étrange cas de de la meurtrière voyageuse dans le temps

X Files : L’étrange cas de de la meurtrière voyageuse dans le temps

ongles-femme Le corps d’une femme a été trouvé à Londres. L’ADN est analysé et confirmé, mais la suspecte est apparemment morte des semaines avant la victime présumée. Ici, le médecin légiste, le Dr Mike Silverman, raconte l’histoire d’un des cas les plus étranges de sa carrière.

C’était un mystère de la vie réelle qui aurait pu être tiré tout droit des pages d’un roman policier moderne.

Une femme a été sauvagement assassiné à Londres et des matériaux biologiques ont été retrouvés sous ses ongles, ce qui indiquerait qu’elle a griffé son agresseur juste avant sa mort.

Un échantillon du matériau a été analysé et les résultats ont été comparés avec la base de données f(ADN nationale et il y eut rapidement un résultat positif.

Le problème était que, la « cible » identifiée est une femme qui a elle-même été assassinée, trois semaines avant la mort de la « victime » présumée.

Les meurtres ont eu lieu dans différents quartiers de la capitale et ont été étudiés par des équipes distinctes de détectives.

En l’absence de signe d’un lien entre les deux femmes et rien n’indiquant qu’elles se soient jamais rencontrées, le scénario le plus «probable» est que les échantillons ont été mélangés ou contaminés à l’endroit où ils étaient réunis : le laboratoire médico-légal. Une plainte a été déposée par l’enquêteur principal.

C’était en 1997 et j’ai été le directeur des comptes nationaux pour le Forensic Science Service à l’époque, il était de ma responsabilité de savoir si une erreur avait été commise au laboratoire.

Ma première pensée a été que peut-être les ongles coupés de la deuxième victime avaient été mal étiqueté et provenaient de la première victime tout le long de l’enquête. Dès que j’ai commencé à jeter un oeil sur les échantillons, j’ai pu constater que ce n’était pas le cas.

La victime avait peint ses ongles d’un motif de peau de léopard distinctif et les bouts d’ongle qui avaient été coupés portaient exactement le même modèle. Il ne fait aucun doute qu’ils étaient les bons …

Source : BBC.co.uk, le 27 Avril 2014


Publicité

Laissez un commentaire

*