Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La fin pour les lobbys pétroliers ? Des chercheurs changent l’eau de mer en carburant de synthèse

La fin pour les lobbys pétroliers ? Des chercheurs changent l’eau de mer en carburant de synthèse

Des chercheurs américains ont développé avec succès un procédé permettant de récupérer de l’eau de mer du dioxyde de carbone (CO2) et de l’hydrogène qui seront ensuite convertis en un carburant liquide utilisable directement.

ocean-fuel Les scientifiques de la Naval Research Laboratory (NRL) ont démontré jusqu’au bout la viabilité de ce concept en parvenant à faire voler un modèle d’avion réduit avec du kérosène de synthèse produit justement à partir de l’eau de mer.

Pour réaliser cet exploit, ils ont utilisé un module électrolytique d’échange de cation « innovant et propriétaire » (E-CEM), capable à la fois de dissoudre et de lier le CO2 de l’eau de mer avec une efficacité de 92%. Un ré-équilibrage du carbonate et du bicarbonate en CO2 est effectué en même temps que la production du dihydrogène (H2). A l’aide d’un catalyseur métallique, les gaz sont ensuite transformés en hydrocarbure liquide à travers un réacteur dédié.

« En étroite collaboration avec le bureau de recherche navale du Département de la Marine des États-Unis, le LNR a développé un procédé capable d’extraire simultanément du CO2 et de l’hydrogène de l’eau de mer » a déclaré le Dr Heather Willauer, chimiste au LNR. « C’est la première fois qu’une technologie de cette nature est démontrée avec le potentiel d’une mise en œuvre commerciale à grande échelle. »

Le CO2 demeure une ressource abondante de carbone sur notre planète. Toutefois, sa concentration dans l’océan (100 milligrammes par litre) est d’environ 140 fois plus importante que celle de l’air. Une petite proportion (2 à 3%) du CO2 de l’eau de mer se retrouve sous forme gazeuse en acide carbonique, de carbonate (1%), et de bicarbonate (96 à 97%).

Le NRL a réalisé des progrès significatifs dans le développement du GTL (Gas to liquids), un processus synthétique en mesure de convertir le CO2 et l’hydrogène de l’eau de mer en carburant comprenant des molécules C9-C16.

Dans la première étape, un catalyseur à base de fer a été fabriqué. Il a permis non seulement d’atteindre des niveaux de conversion de CO2 allant jusqu’à 60%, mais aussi de réduire la production de méthane en faveur d’une chaîne d’hydrocarbures insaturés (oléfines) plus longue. Ces hydrocarbures ainsi valorisées servent de blocs de construction pour la production de produits chimiques industriels et de carburants.

Dans la deuxième étape, ces oléfines peuvent être converties en composés moléculaires plus élevés en utilisant une polymérisation contrôlée. Le liquide résultant contient des molécules d’hydrocarbure situées dans une gamme de carbone (C9 – C16) adaptée au remplacement du kérosène classique.

Le coût de ce kérosène de synthèse utilisable dans les moteurs de navires ou d’avions serait compris entre 3 et 6 dollar le gallon (3,8 litres). Et affirme le NRL, avec un financement et des partenariats stratégiques, cette approche pourrait être commercialement viable dans les 10 prochaines années.

Source : Enerzine, le 9 avril 2014


Publicité

Laissez un commentaire

*