Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Criminalité : l’inquiétant projet de Taubira

Criminalité : l’inquiétant projet de Taubira

niaiseuse-incompetente La ministre veut supprimer la garde à vue de 96 heures pour les escroqueries en bande organisée. Douane et police judiciaire s’inquiètent.

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a fait adopter au Sénat, le 24 février dernier, au nom du gouvernement, en «procédure accélérée», un amendement qui ulcère tous les spécialistes de la police judiciaire et des douanes. Insérée dans le projet de loi sur le «droit à l’information dans le cadre des procédures pénales», qui sera examiné à l’Assemblée en avril, cette disposition interdit le recours à la garde à vue de quatre jours dans les affaires d’escroquerie en bande organisée.

Un dossier type ? La gigantesque fraude à la taxe carbone dont le cerveau présumé a été arrêté le 10 janvier dernier à Roissy. Elle a conduit à des dizaines d’interpellations de Paris à Tel-Aviv. Les protagonistes sont suspectés d’avoir détourné 6 milliards d’euros, à travers des sociétés écrans ayant ouvert des comptes à Hongkong et Dubaï. […]

Avec l’amendement Taubira, «les grands truands reconvertis dans ces arnaques juteuses, où nous ramassons régulièrement des cadavres, auront droit au même traitement que le simple conducteur arrêté en état d’ivresse, soumis au mieux à 24 heures de garde à vue renouvelables une fois. C’est ahurissant! Il ne se passe pas un mois désormais sans que l’on tente de désarmer les acteurs de l’investigation», proteste Jean-Paul Mégret, numéro deux du Syndicat indépendant des commissaires de police.

Pour justifier son choix, le gouvernement dit s’appuyer sur une décision du Conseil constitutionnel du 6 décembre 2013 relative à la lutte contre la fraude fiscale. Celui-ci avait, en effet, estimé qu’en matière fiscale, mais aussi pour les délits de corruption ou de trafic d’influence, une garde à vue de 96 heures n’était pas proportionnée, puisque ces délits ne portent pas «atteinte en eux-mêmes à la sécurité, à la dignité ou à la vie des personnes».

Mais voilà : les Sages ne visent pas dans leur décision l’escroquerie en bande organisée. […]

Pourquoi l’amendement est-il passé en procédure accélérée, avec des soutiens à droite comme à gauche ? Patron de Synergie-officiers, Patrice Ribeiro spécule : «Peut-être certains ont-ils voulu se préserver un avenir, car les affaires d’argent sale tombent souvent sous le coup d’une telle incrimination.»

Le Figaro


Publicité

Laissez un commentaire

*