Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Espace : Une étoile jaune 1300 fois plus grosse que le Soleil

Une étoile jaune 1300 fois plus grosse que le Soleil

hr-5171

Cette hypergéante, qui aurait doublé de taille depuis les années 1960, est l’une des dix plus imposantes étoiles connues de notre galaxie.

L’étoile HR 5171 A est un véritable mastodonte. Cette hypergéante jaune est 1300 fois plus grosse que le Soleil et un million de fois plus lumineuse. Si notre étoile était un grain de sable fin, ce colosse serait un ballon de basket. Placée au cœur du Système solaire, cette hypergéante contiendrait en son sein les orbites de Mercure, Vénus, la Terre, Mars et Jupiter! Ce colosse cosmique est tout simplement l’une des dix plus grosses étoiles connues de notre galaxie, la Voie lactée.

Olivier Chesneau, de l’observatoire de la Côte d’Azur, et ses collègues ont pris conscience de la dimension de cette étoile, visible à l’œil nu, en braquant dans sa direction l’interféromètre du Very Large Telescope (VLT) de l’Observatoire européen austral (ESO), situé au Chili. «En voyant la taille faramineuse que nous obtenions, nous avons d’abord pensé qu’il y avait une erreur dans nos calculs, et que la distance qui nous séparait de cette étoile n’était pas celle communément admise, explique-t-il. Mais les spécialistes sont formels: HR 5171 A est bien à 12.000 années-lumière de nous. L’interprétation de la mesure que nous avions effectuée était donc parfaitement correcte.»

Le résultat est perturbant dans la mesure où HR 5171 A est deux à trois fois plus grosse que la limite théorique généralement évoquée pour les hypergéantes jaunes. Plus surprenant encore, cette étoile aurait doublé de taille depuis les années 1960, d’après les données historiques de luminosité récupérées par les chercheurs. Il semblerait que les astronomes aient donc assisté, par chance, à une phase d’expansion rarissime et extrêmement violente dont l’origine précise reste à déterminer.

Il se trouve qu’une étoile, considérablement plus petite (elle ne fait «que» deux à cinq fois la taille du Soleil), tourne très près de l’hypergéante en lui arrachant des quantités considérables de matière. «Les deux étoiles ont fini par partager une même enveloppe de gaz ionisé chauffé à 5000 °C qui donne l’illusion d’une étoile jaune unique en forme de cacahuète», explique Olivier Chesneau. Cette petite étoile compagnon pourrait avoir favorisé, par effet de marée, la dilatation de l’hypergéante (qui ne pèse a priori pas plus d’une trentaine de masses solaires). Une hypothèse qui demande à être confirmée.

Que va désormais devenir cet étrange système binaire? On ne recense aujourd’hui qu’une quinzaine d’hypergéantes jaunes dans la galaxie. «C’est un stade apparemment très court de la vie de certaines étoiles supermassives (plus de 10 fois la masse du Soleil, NDLR), explique Olivier Chesneau. Il ne doit pas durer plus de quelques dizaines de milliers d’années.»

Après ce laps de temps très court (aux échelles astronomiques), ces étoiles s’effondrent probablement sur elles-mêmes pour exploser, un phénomène extrêmement violent baptisé supernova. Dans le cas précis de HR 5171 A, l’explosion pourrait être précédée d’une étape intermédiaire appelée «étoile Wolf-Rayet». Ces astres sont des étoiles qui ne brûlent plus d’hydrogène, mais de l’hélium, puis du carbone, de l’oxygène, etc., jusqu’au fer. Il faudrait pour cela que l’hypergéante perde «rapidement» 10 masses solaires sous l’effet de son petit compagnon. Ce régime forcé ne changerait toutefois rien au destin de l’étoile: son explosion prochaine est inéluctable.

Le Figaro, 15 Mars 2014

Publié le 15 mars, 2014 dans Astronomie, Espace, Science.

Publicité

Laissez un commentaire

*