Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Identité : «Les Juifs étaient présents dans la région rhodanienne avant que le mot France ne fût prononcé»

Identité : «Les Juifs étaient présents dans la région rhodanienne avant que le mot France ne fût prononcé»

Tribune de Raphaël Draï, , professeur émérite de sciences politiques à l’université d’Aix-Marseille III, publiée dans le hors-série des Etudes du CRIF pour les 70ans du CRIF, dans laquelle il donne sa vision de l’identité des juifs en France.

Les Juifs de France ont toujours considéré que la citoyenneté française était un don du Ciel à l’occasion duquel il ne fallait pas que le Ciel fût oublié. Quoiqu’on en dise, et en dépit des concessions aux contraintes sociales et à l’air du temps depuis 1791 et 1962, peu d’entre eux, devenus citoyens français, se désistèrent de leur identité juive.

gaulois

La question est récurrente, insistante, insidieuse parfois, et se formule en ces termes : l’identité n’est-elle pas superfétatoire et même subversive au regard de la citoyenneté ? Pourquoi invoquer l’identité juive lorsque l’on est doté de la citoyenneté française, ou de toute autre d’ailleurs ? N’est-ce pas afin de se prévaloir d’une appartenance prioritaire, somme toute inavouable, dont les mobiles ne sont pas toujours identiques à ceux dont procède ladite citoyenneté qui en devient accessoire ? Par où se décèle le procès non moins récurrent, insistant et insidieux de la «double appartenance». […]

Pour ne céder ni au clivage ni au déni de soi, il fallut hiérarchiser ces «niveaux de l’être», autrement diffractifs et inapaisables, faire du Braudel à la petite semaine : différencier les trajectoires historiques, distinguer les échelles de la durée, emboîter les concepts-clefs dans une conception complexe – mais non complexée – de l’identité. Les durées propres de l’histoire de France et de l’histoire du peuple juif n’étaient pas commensurables. Les Juifs étaient présents dans la région rhodanienne avant que le mot France ne fût prononcé. La France a deux mille ans ? Le peuple juif en a le double. C’est en 1791 que les Juifs de France obtinrent non sans mal la citoyenneté française, et en 1870 – avant les Savoyards et les Niçois, c’est vrai – que les Juifs d’Algérie furent déclarés français en bloc. […]

Les fidélités sont insécables. Les Juifs de France sont indivisiblement fidèles à la Déclaration des droits de l’homme de 1789 et au Décalogue qui, à bien des égards, en est l’immémoriale référence. […]

Crif


Publicité

Laissez un commentaire

*