Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Pour Ianoukovitch, l’Ukraine est « entre les mains de forces néo-nazies »

Pour Ianoukovitch, l’Ukraine est « entre les mains de forces néo-nazies »

Le président déchu Viktor Ianoukovitch, est sorti de son silence, vendredi, depuis Rostov-sur-le-Don, au sud de la Russie. Il a dénoncé une « usurpation du pouvoir » en Ukraine, tombée selon lui entre les mains de forces « néo-nazies ».

nazi-ukraine Lors de sa première apparition publique depuis sa destitution samedi dernier, l’ancien président Viktor Ianoukovitch, s’est exprimé lors d’une conférence de presse vendredi 28 février, depuis Rostov-sur-le-Don, ville du sud de la Russie proche de la frontière ukrainienne. Il a déclaré qu’il continuerait à lutter pour l’avenir de l’Ukraine, tombée selon lui entre les mains de forces « néo-nazies » et « pro-fascistes ».

L’ex-chef de l’État a déclaré avoir été contraint de quitter l’Ukraine en raison de menaces dont il dit avoir fait l’objet, tout en promettant de retourner dans son pays lorsque sa sécurité sera assurée.

Viktor Ianoukovitch a profité de son allocution télévisée pour dénoncer une politique occidentale « irresponsable », coupable d’indulgence vis-à-vis des manifestants de Maïdan, la place de l’indépendance à Kiev.

La présidentielle du 25 mai est « illégale », selon Ianoukovitch

L’ancien dirigeant a, en outre, affirmé qu’il ne reconnaissait pas comme étant légitime le Parlement national, la Rada, car il était soumis à la pression des militants de Maïdan. Dans cette perspective, Ianoukovitch a annoncé qu’il ne souhaitait pas participer à la présidentielle prévue le 25 mai, qu’il juge tout aussi « illégale ».

Concernant la situation en Crimée, il estime que les événements qui se produisent dans cette région autonome russophone sont une « réaction naturelle » à une « usurpation du pouvoir ». Pour lui, la Crimée doit continuer à faire partie de l’Ukraine.

Viktor Ianoukovitch s’est dit étonné du « silence » du président russe. « La Russie doit et est obligée d’agir, et connaissant le caractère de Vladimir Poutine, je me demande pourquoi il est si réservé et pourquoi il garde le silence », a-t-il déclaré. Il a aussi accusé les Occidentaux d’être responsables des bouleversements et des victimes à Kiev, qui sont, selon lui, le « résultat de la politique irresponsable de l’Occident, qui a montré trop d’indulgence envers Maïdan ».

Le président déchu a souligné qu’il n’avait « pas été renversé » et a promis de « poursuivre la lutte pour l’avenir de l’Ukraine ».

France 24

Publié le 1 mars, 2014 dans Europe & UE, Nazi & Néo-Nazi, Politique & Loi, Russie.

Publicité

Laissez un commentaire

*