Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Antidépresseurs : Les effets secondaires psychologiques sont plus graves qu’on ne le croyait

Antidépresseurs : Les effets secondaires psychologiques sont plus graves qu’on ne le croyait

deperssion En Amérique, après qu’un terrible homicide ait lieu, il y a plein de discussions à propos de la société et des armes à feu et de la culture de la violence et ce que nous devrions interdire, des armes aux jeux vidéos. Ce qui est peu discuté à contrario, car nous ne voulons pas diaboliser les maladies mentales, est la prévalence écrasante des médicaments psychiatriques dans ces événements.

C’est un mauvais service rendu au public et aux patients que d’ignorer un facteur et de se focaliser solennellement sur les autres; nous pourrions finir par résoudre le mauvais problème et n’aider personne du tout.

Une nouvelle étude révèle que la situation concernant les traitements de nivellement d’humeur, pourrait être encore plus grave qu’on ne le croyait. Il a été découvert que dans une enquête sur 1829 personnes à qui l’on avait prescrit des antidépresseurs, que dans plus de la moitié des cas il y a des problèmes psychologiques, des pensées suicidaires, difficultés sexuelles et un engourdissement émotionnel – à cause de leur traitement. Ce document ajoute aux inquiétudes croissantes au sujet de l’ampleur du problème, comme la prescription excessive de médicaments, mais la façon dont ils créent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent.

Le psychologue et auteur principal, le professeur John Read de l’Université de Liverpool, a dit dans une déclaration: « La médicalisation de la tristesse et détresse atteint des niveaux bizarres. Dans certains pays, chaque année, une personne sur dix est désormais sous antidépresseurs. Bien que les effets secondaires biologiques des antidépresseurs, tels que le gain de poids et les nausées, sont bien documentés, les effets psychologiques et interpersonnelles ont été largement ignorés ou réfutés. Ils sembleraient être une habitude d’une manière très alarmante »

Chaque personne a complété un questionnaire en ligne sur 20 effets secondaires indésirables. L’étude a été réalisée en Nouvelle-Zélande et l’ensemble des participants ont été sous antidépresseurs durant les cinq dernières années. L’enquête a pris en compte les niveaux de dépression des personnes et leur a demandé de faire un rapport sur comment elles se sentaient alors qu’elles étaient sous traitement.

Selon l’étude, plus de la moitié des gens âgés entre 18 et 25 ans ont rapporté avoir des tendances suicidaires et selon l’échantillon global il y a un gros pourcentage de personnes souffrant de ‘difficultés sexuelles’ (62%) et qui se sentent ‘émotionnellement engourdis’ (60%). Les pourcentages pour les autres effets comprennent: ‘ne pas se sentir être soi-même’ (52%), ‘réduction dans les sentiments positifs’ (42%), ‘moins se soucier des autres’ (39%) et ‘les effets du sevrage’ (55%). Cependant, 82% ont rapporté que les médicaments les avaient aidé à surpasser leur dépression.

Read conclu, « Les effets tels que se sentir émotionnellement engourdi ou moins s’inquiéter pour les autres est un gros problème. Notre étude a aussi découvert que les gens ne sont pas au courant de cela quand les médicaments leurs sont prescris. »

« Notre conclusion que plus d’un tiers des participants ont indiqué avoir des tendances suicidaires ‘à la suite de la prise d’antidépresseurs’ suggère que des études antérieures ont sous-estimé le problème. »

Science20, le 25 Février 2014

Publié le 28 février, 2014 dans Psychologie, Santé, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*