Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Deux Allemands vandalisent la Pyramide de Khéops pour prouver une théorie du complot

Deux Allemands vandalisent la Pyramide de Khéops pour prouver une théorie du complot

vandalisme

Les autorités égyptiennes sont révoltées depuis que deux étudiants allemands ont « gratté » d’anciennes écritures dans la Pyramide de Khéops, sur le site de Gizeh. Leur objectif ? Ramener l’échantillon dans leur laboratoire pour prouver que la pyramide n’a pas été construite 2.500 ans avant notre ère mais plutôt il y a 20.000 ans… Les pyramides font-elles finalement partie d’une civilisation perdue ?

Voilà une théorie soutenue par de nombreuses personnes depuis plusieurs décennies. Selon eux, les Pyramides de Gizeh auraient été bâties par une ancienne civilisation inconnue, vieille de plus de 50.000 ans. Mais il semblerait que cet engouement ne soit pas parvenu à convaincre la communauté scientifique. Et le dernier incident en date, impliquant deux étudiants allemands ne devrait pas asseoir cette théorie.

Un peu à la Indiana Jones, les deux acolytes se sont introduits dans la Grande Pyramide, celle du pharaon Khéops, afin de gratter un ancien cartouche. Ce dernier, portant le nom du pharaon Khufu (Khéops) a été griffonné au plafond d’un petit compartiment situé juste au-dessus de la chambre funéraire. Les deux étudiants avaient dans l’idée de prouver que les grandes pyramides ont été rénovées par les pharaons de l’Ancien Royaume alors qu’elles ont en fait été construites au 26ème siècle avant notre ère.

Selon eux, la date officielle de la Grande Pyramide serait uniquement basée sur la présence de cet ancien cartouche rouge.

Une théorie fantasque ?

Pour en découdre, les deux étudiants de l’Université de Dresden ont pris le problème à bras le corps, bien décidés à prouver leur théorie. Profitant d’un relâchement dans les forces de sécurité du site, ils ont récolté un échantillon de pigment de peinture rouge, avant de le ramener en Allemagne.

Ils ont ensuite affirmé que ce fragment contenait des preuves que la date de construction de la pyramide était bien plus vieille que le règne de Khéops. Selon eux, elle aurait été construite par une civilisation perdue, qui aurait vécu plusieurs dizaines de milliers d’années avant les pharaons de l’Égypte Ancienne. Toutefois, les archéologues rejettent ces affirmations en les qualifiant de « théorie de la conspiration fantaisiste », rapporte News Corp Australia.

« C’est totalement faux et absurde », rappelle Ahmed Saeed, professeur de civilisation d’Égypte Ancienne à l’Université du Caire. Mais le chercheur admet tout de même qu’il n’est pas certain que le cartouche ait été gravé au moment de la construction. Selon lui, il est généralement admis qu’il a été créé durant la 17ème année du règne de Khéops, soit plusieurs décennies avant sa mort.

Pourtant, il est toujours possible que le cartouche ait été placé là à n’importe quel moment au cours des siècles qui ont suivi puisque la pyramide a été très largement pillée.

Civilisation perdue ou Égypte ancienne ?

De son côté, Mohamed Abdel Maqsoud, chef du département Égypte Ancienne au Ministère des Antiquités, rappelle que plus de deux siècles de fouilles scientifiques relient, irréfutablement, les Grandes Pyramides au pharaon Khéops. « La pyramide n’est pas un objet seul, posé sur le sable. Elle fait partie d’une structure complexe. Cela comprend la pyramide, le temple funéraire, les fosses des barques solaires, la rampe et le temple de la vallée », détaille M. Maqsoud, dans un communiqué.

Il ajoute que plusieurs écrits d’Hérode, l’historien grec, qui a visité l’Égypte au 5ème siècle avant J.-C. viennent confirmer le lien entre les pyramides et Khéops. Il y décrit plusieurs peintures disposées le long du chemin d’accès à la pyramide détaillant notamment sa construction. Parmi les autres preuves, se trouvent les journaux en papyrus des ingénieurs qui ont travaillé à la construction, l’enregistrement d’expéditions pour aller chercher les matériaux nécessaires ou encore la mise au jour d’un vaste camp de travailleurs.

Toutefois, ceux qui soutiennent la théorie de la civilisation perdue qualifient ces dernières preuves de signes d’une campagne de rénovation intense, menée par Khéops. Ils préfèrent se référer à des études critiquées et des postulats d’amateurs pour étoffer leur théorie. Parmi ceci, les dires d’un géologue qui affirme que les traces d’érosion des pyramides et du Sphinx prouvent qu’ils appartiennent à une civilisation perdue d’il y a 20.000 ans.

Des conséquences internationales

Depuis cet incident, l’ambassade d’Allemagne, au Caire, a publié un communiqué dénonçant l’action de ces étudiants. Une façon aussi de rassurer les autorités égyptiennes en rappelant que les vandales ne sont, en aucun cas, associés à l’Institut Archéologique d’Allemagne. Plus tôt, le ministre des Antiquités, Mohamed Ibrahim, condamnait l’action des deux étudiants : « c’est une violation de l’héritage de l’Égypte Ancienne, et de la pyramide en particulier, qui est la seule des Sept Merveilles de l’ancien monde encore visible ».

Le ministre a également demandé au procureur de conduire une enquête approfondie sur les deux étudiants allemands. Selon lui, les deux amateurs ont enfreint la loi égyptienne en entrant dans les pyramides et en prenant des échantillons sans permission. Faire passer le morceau de pyramide en dehors du pays est également contre la loi internationale et les conventions de l’UNESCO liée à l’archéologie, ajoute-il.

Recherchés par Interpol, les deux hommes ont été placés sur la liste de surveillance des aéroports. Une fois arrêtés, ils retourneront directement en Égypte.

Sources : News.com.au / Maxisciences

Publié le 21 février, 2014 dans Allemagne, Archéologie, Conspirations & Complots, Egypte.

Publicité

Laissez un commentaire

*