Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’hybride mi-homme mi-animal : une catastrophe génétique

L’hybride mi-homme mi-animal : une catastrophe génétique

hybride-humain

Par La Voix de la Russie | Des scientifiques de différents pays créent d’étranges hybrides d’hommes et d’animaux qui pourraient causer des ravages dans notre société. Les progrès réalisés en matière de génie génétique aux cours des dix dernières années seulement ont surpris les scientifiques et les simples observateurs.

Aujourd’hui, même de simples étudiants sont en mesure créer chez eux de nouvelles formes de vie. Les lois sont dépassées par les jeux des scientifiques. Les scientifiques du monde entier attendent pour faire connaître au monde entier leur nouvelle création, diffuser ce qui récemment encore n’était qu’une illusion.

Ces nouvelles formes de vie ne sont pas en elles-mêmes illégales, mais elles peuvent constituer un danger pour la société. Il est impossible de dire ce qui se passera si elles se mettent à se multiplier.

A titre d’exemple, on peut rappeler que des scientifiques ont créé des souris avec un chromosome humain artificiel. Ceci est considéré comme une avancée qui pourra permettre de développer de nouvelles formes de traitements d’un certain nombre de maladies. Selon Lifenews.com, des scientifiques de l’Université du Wisconsin ont réussi la transplantation de cellules d’un embryon humain dans le cerveau d’une souris. Les cellules se sont développées, et ont rendu la souris plus intelligente. Ces souris peuvent sortir d’un labyrinthe et apprendre des signaux sonores bien plus vite qu’avant la transplantation.

Une question se pose : la transplantation de tissus humains sur des animaux apporte-t-elle plus de bien que de mal ? Il est déjà clair aujourd’hui que le développement d’organes humains transplantés sur des animaux n’est plus de la science-fiction mais bien une nouvelle réalité. Les scientifiques japonais ont commencé à utiliser les porcelets pour la culture d’organes humains, ce qui requiert jusqu’à une année.

Selon Infowars.com, le principal objectif de ces pratiques est d’augmenter le nombre d’organes disponibles à des fins médicales. Mais le gouvernement japonais s’est donné d’autres objectifs : les scientifiques développent les conditions permettant de mener des recherches sur des embryons humains.

Thetruthwins.com indique que si des organes humains se développent dans un porcelet, il ne s’agit plus à 100 % d’un porcelet. Et l’organe humain qui s’est développé dans un porcelet ne peut pas être à 100 % humain. Les receveurs de tels organes devront consentir à l’introduction dans leur organisme d’organes hybrides mi-hommes mi-animaux.

Les conséquences de cette hybridation pourraient menacer notre société dès maintenant, et dans le futur, mais le plus grand danger demeure l’impossibilité d’anticiper les conséquences d’une perte de contrôle sur ces hybrides.

Le plus inquiétant est qu’une série de pays ne disposent d’aucune loi pour restreindre la création de ces êtres, ce qui rend leur production incontrôlable. De plus, aucun « châtiment » n’est prévu pour ces créatures en cas de préjudice causé par ces dernières à leur entourage.

Certains pensent que l’utilisation d’animaux pour la culture d’organes humains pourrait entraîner la destruction de la nature. En 2011, le Daily Mail a rapporté que des scientifiques britanniques avaient créé plus de 150 embryons hybrides mi-hommes mi-animaux, mais cela n’inquiète pas les lecteurs.

D’autres exemples ont été rapportés par le journal Slate : des chèvres donnant du lait humain, une structure anatomique anale introduite chez une souris, et des médecins ayant créé un système immunitaire humain pour les animaux. Et il ne s’agit là que des projets dont nous sommes informés. Il peut y en avoir d’autres. L’hybride mi-homme mi-animal est possible, mais le débat portant sur les avantages et les inconvénients d’une telle création se poursuit.

Source : La Voix de la Russie

Publié le 11 février, 2014 dans Génétique, OGM, Science, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*