Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’Analyse ADN initiale d’un crâne de Paracas publiée avec d’incroyables résultats

L’Analyse ADN initiale d’un crâne de Paracas publiée avec d’incroyables résultats

paracas

Paracas est une péninsule désertique localisée dans la province de Pisco, dans la région des Incas sur la côte sud du Pérou. C’est là bas que l’archéologue Péruvien, Julio Tello, a fait une incroyable découverte en 1928 – un cimetière massif et élaboré contenant des tombes remplies des restes d’individus avec de grands crânes allongés jamais vus nulle part ailleurs dans le monde. Ils ont fini par être connus sous le nom de « Crânes de Paracas ». Au total, Tello a trouvé plus de 300 crânes allongés qui sont supposés être vieux de 3000 ans. Une analyse ADN a été faites sur l’un des crânes et l’expert Brien Foerster a publié les informations préliminaires quant à ces crânes énigmatiques.

Il est bien connu que la plupart des cas d’élongation du crâne sont le produit de déformation crânienne, d’aplatissement de la tête, ou de liaison de la tête, dans laquelle le crâne est intentionnellement déformé en appliquant une force contre lui pendant très longtemps. On y arrive habituellement en plaçant la tête entre deux morceaux de bois connectés, ou liés par des vêtements. Cependant, alors que la déformation crânienne change la forme du corps, elle ne provoque aucune altération du poids ou de la forme ou de n’importe quelle autre caractéristique d’un crâne humain standard.

Les crânes de Paracas, cependant, sont différents. Le volume crânien est jusqu’à 25% plus large et jusqu’à 60% plus lourd que les crânes humains conventionnels, ce qui veut dire qu’ils n’ont pas pu être intentionnellement déformés avec les techniques mentionnées ci-dessus. Ils ne contiennent également qu’un seul os pariétal, plutôt que deux. Le fait que les caractéristiques des crânes ne sont pas le résultat de la déformation crânienne, signifie que la cause de l’élongation est un mystère et l’a été pendant des décennies.

paracas-crane-illustration
Représentation d’un artiste basée sur un des crânes de Paracas. Source : Marcia Moore / Ciamar Studio

Mr. Juan Navarro, propriétaire et directeur du musée local, le Musée d’Histoire de Paracas, qui héberge une collection de 35 crânes de Paracas, a autorisé le prélèvement d’échantillons sur 5 crânes. Les échantillons comprenaient des cheveux, dont des racines, une dent, un os crânien et de la peau, et ce processus a été sérieusement documenté via des photos et une vidéo. Les échantillons de trois crânes ont été envoyé au généticien, bien que le généticien ne savait pas d’où ils provenaient jusqu’à la fin du test génétique, ainsi pour ne pas créer d’idées préconçues.

Les résultats de l’analyse ADN de l’un des crânes nous sont parvenus, et Brien Foerster, auteur de plus de dix livres et qui est une autorité sur les gens d’Amérique du Sud avec des crânes allongés, a juste révélé les résultats préliminaires de l’analyse. Voila le rapport des découvertes du généticien :

Il possédait mtADN (ADN mitochondriale) avec des mutations inconnues dans aucun humain, primates, ou animaux connus jusqu’à présent. Mais quelques fragments dont j’ai été capable de séquencer à partir de cet échantillon indiquent que si ces mutations tiennent la route nous avons à faire à une nouvelle créature ressemblant à l’Homme, très éloignée des Homo Sapiens, des Néandertaliens ou des Hominidés de Denisova.

Les implications sont bien entendues énormes. « Je ne suis même pas certain que cela rentrera dans l’arbre de l’évolution, » a écrit le généticien. Il ajouta que si les individus de Paracas étaient si biologiquement différents, ils n’auraient pas été capables de s’accoupler avec des humains.

Le résultat de cette analyse est seulement la première de plusieurs phases d’analyses à avoir lieu. Les prochains tests impliqueront la reproduction des résultats du premier test et les conduire sur d’autres crânes, comme cela les résultats pourront être comparés pour voir s’il y a des caractéristiques spécifiques chez les Paracas. Nous ferons une mise à jour quand nous aurons plus d’infos.

Source : Ancient Origins, via Art Bell, le 5 Février 2014

Publié le 9 février, 2014 dans Génétique, Histoire, Monde, Société & Culture, X Files & Paranormal.

Publicité

Laissez un commentaire

*