Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le gouvernement danois implose après la vente d’une entreprise à Goldman Sachs

Le gouvernement danois implose après la vente d’une entreprise à Goldman Sachs

danois-goldman

Six ministres danois ont démissionné après la vente d’une entreprise publique d’énergie, Dong, à la banque américaine Goldman Sachs.

« Nous avons maintenu nos positions sur Dong jusqu’au bout », a indiqué lors d’une conférence de presse la ministre des Affaires sociales et de l’Intégration, Annette Vilhelmsen. Membre de la direction du Parti populaire socialiste, plus à gauche que les sociaux-démocrates qui dirigent la coalition de gouvernement, elle a présenté sa démission jeudi.

En novembre, l’exécutif avait signé un accord en vue d’une augmentation de capital à laquelle la « Firme » apportait 8 milliards de couronnes (1,1 milliard d’euros), acquérant ainsi 19% du capital.

Goldman Sachs, un « partenaire louche »

Malgré le soutien du ministre des Finances Bjarne Corydon (socio-démocrate), cet accord, qui voit passer la part publique de 81% à 60% dans Dong, a été contesté par une parti de l’opinion et de la classe politique.

L’ancien Premier ministre socio-démocrate Poul Nyrup Rasmussen, par exemple, s’est insurgé contre un deal aux allures de « catastrophe » avec un « partenaire louche » :

Le Danemark risque de perdre sa position de leader mondial dans le green business. Ca me blesse presque physiquement de voir ce qui est en train de se passer.

Coalition maintenue

Le Parti populaire socialiste danois, allié de la chef de gouvernement Helle Thorning, était fermement opposé à la transaction. En se retirant, il va priver le gouvernement, en place depuis l’automne 2011, de six ministres.

Toutefois le gouvernement ne devrait pas avoir à démissionner, car Annette Vilhelmsen a précisé que le Parti populaire socialiste, qui détient 16 sièges au Parlement (sur 179), ne basculera pas dans l’opposition.
« Politique de droite »

L’épisode, qualifié de « goutte d’eau faisant déborder le vase » par le Financial Times (lien en anglais) fragilise toutefois le gouvernement de gauche. En effet, explique le quotidien britannique, de nombreux électeurs se sentent trahis par le gouvernement et dénoncent de nombreuses promesses non tenues.

« Le gouvernement est déjà au plus bas dans les sondages, cette affaire ne va pas aider », a réagi auprès de Bloomberg (lien en anglais) le professeur de Sciences politiques de l’université de Copenhague, Jens Hoff. « L’électorat de base s’enfuit car les socio-démocrates comme les Socialistes considèrent cela comme une mauvaise idée ».

Jens Hoff, qui parle de « privatisation », explique que cela fait « accrédite la thèse d’un gouvernement socio-démocrate conduisant une politique de droite ».

« Investissement de long terme »

De son côté, le ministre des Finances Corydon, cité par Bloomberg (lien en anglais) a rétorqué qu’il s’agissait « d’une des plus grands entreprises du Danemark », qui a besoin « de toute urgence d’une injection de capital pour éviter de ralentir ». « La situation est bien trop grave pour être employé à des fins politiques. »

Dong Energy , l’un des services publics européens aux prises avec une dette élevée et une faible demande d’énergie, est un producteur de pétrole, de gaz naturel et d’électricité (éolienne et thermique) qui a réalisé en 2012 un chiffre d’affaires de 67,2 milliards de couronnes (9 milliards d’euros).

Se refusant « par principe » à tout commentaire sur la situation politique au Danemark, Goldman Sachs a pour sa part assuré qu’il s’agissait d’un « investissement de long terme » :

Nous soutenons la stratégie actuelle de l’équipe de gestion dans l’ensemble des activités de la société, y compris les investissements significatifs dans les énergies renouvelables.

Source : La Tribune, le 30 Janvier 2014


Publicité

Laissez un commentaire

*