Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Vers la géolocalisation policière en temps réel « de tout objet »

Vers la géolocalisation policière en temps réel « de tout objet »

geolocalisation-policiere

Un projet de loi déposé en procédure d’urgence par le Ministère de la Justice prévoit d’autoriser le parquet à procéder à des géolocalisations en temps réel sur « tout objet ».

Le projet de loi de géolocalisation déposé au Sénat le 23 décembre dernier, et qui sera examiné le 20 janvier prochain, prévoit d’autoriser les opérations de géolocalisation en temps réel sur « tout objet » pour une durée de 15 jours dans le cadre des enquêtes sur les infractions pénales condamnées de 3 ans d’emprisonnement ou plus. A l’issue de ce délai, le procureur de la République devra faire appel au juge des libertés et de la détention.

Le projet de loi permet également au procureur d’autoriser la mise en place de mouchards « dans des lieux privés destinés ou utilisés à l’entrepôt de véhicules, fonds, valeurs, marchandises ou matériel ou dans un véhicule situé sur la voie publique ou dans de tels lieux ».

De plus, le projet de loi autorise la géolocalisation « d’un véhicule ou de tout autre objet sans le consentement de son propriétaire ou de son possesseur ». Ce qui signifie que demain, les autorités pourront localiser un individu à partir de son smartphone, de son ordinateur, mais également à partir de sa montre connectée, de son bracelet connecté ou de tout autre type d’objet connecté, de type Google Glass par exemple.

Sources : Sénat / Le JDS


Publicité

Laissez un commentaire

*