Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Une perspective bouddhiste sur l’intelligence artificielle

Une perspective bouddhiste sur l’intelligence artificielle

Le Bouddhisme est-elle la seule religion mondiale qui sera capable de s’accommoder à notre réalité émergente? Via l’Institute for Emerging Ethics & Technologies, Andrew Cvercko écrit:

bouddhisme-ia L’intelligence artificielle émergente pose un problème pour beaucoup de religions, en particulier celles qui attribuent un caractère spécial à l’humanité et à la conscience humaine dans le cosmos. Le bouddhisme peut être le seul système de pensées religieuses qui non seulement accepte mais embrasse activement les IA que nous produisons en tant qu’espèce.

Des textes [Bouddhistes] tardifs illustrent que la vie animale est aussi bien capable d’atteindre l’illumination que la vie humaine, et récemment plusieurs penseurs bouddhistes ont commencé à y inclure la vie végétale et microbienne. Le Bouddhisme peut très bien avoir été la première philosophie à avoir découvert l’état d’être un humain au delà de l’humain. Accepterait-elle l’intelligence artificielle de la même manière? La réponse la plus simple est que, du point de vue Bouddhiste du mental et de la conscience, toute intelligence est artificielle.

Le Bouddhisme est célèbre pour sa négation de l’existence d’un « soi ». Il s’agit d’un départ de la façon dont de nombreuses personnes se considèrent elles-mêmes. Le Bouddhisme décrit plutôt que toutes les choses vivantes sont composées de cinq « tas » ou « piles »: nos formes physiques, nos émotions, nos perceptions, nos formations mentales, et notre conscience.

Aucun des tas sont sous notre contrôle, et aucun d’eux ne peut être attribué à que ce que nous « sommes ». Ensemble, ils créent une chose vivante, mais gérés à part, ils sont tout simplement l’accumulation temporaire de l’énergie qui sera finalement dissipée de son propre gré.

Institute for Emerging Ethics & Technologies


Publicité

Laissez un commentaire

*