Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Qu’est-ce que le sionisme ?

Qu’est-ce que le sionisme ?

sionisme Une mafia qui empêche la liberté de pensée démocratique par des moyens coercitifs ! Toutes les idéologies peuvent être critiquées ouvertement, être mises en question, et soumises à l’analyse. Mais il y a une exception : le sionisme.

Chaque critique consciencieux du sionisme est considéré comme » antisémite « , comme ayant de la haine envers les juifs, un mépris pour les juifs en tant que peuple. Dans ces conditions, la liberté de pensée n’existe pas en ce qui concerne le sionisme.

La thèse principale de la propagande sioniste consiste en ceci : Israël est sacro-saint, il est une vache sacrée dont toute critique quelle qu’elle soit est malvenue. Et puisque Israël est un état sioniste, on est tenu suivant une logique imparable, de ne pas critiquer le sionisme. Ce simple argument est d’une valeur redoutable dans les débats publics ce qui arrange bien Israël et sa propagande mais constitue une atteinte à la liberté de pensée.

Les sionistes et leurs partisans qui sont souvent dénués de sens critique et dépourvus d’une connaissance élémentaire ont compris depuis longtemps que si le sionisme était remis en question et pouvait être analysé d’une façon critique, l’existence légale d’Israël elle-même vacillerait sur ses bases et que la sympathie éprouvée envers les Palestiniens expulsés ou opprimés s’accroîtrait d’autant. Ce ne serait alors plus qu’une question de temps pour voir Israël isolé et la catastrophe pour les sionistes serait complète.

Tout le monde sait que, sans l’aide de l’Occident et particulièrement des USA, Israël, devrait déposer, en moins d’un an, son bilan. Ce serait la banqueroute et il ne pourrait plus exister en tant qu’état muni d’une machine de guerre démesurée.

Une telle éventualité doit être écartée à tout prix du point de vue sioniste. Cela va de soi. Et ceci explique l’intensité et la force de frappe de la propagande sioniste qui utilise des moyens de pression énormes par le biais des différents lobbies juifs. Israël ne doit en aucun cas être boycotté comme l’Afrique du Sud !

Un procédé malhonnête utilisé depuis longtemps par les sionistes est l’identification de l’anti-sionisme avec l’antisémitisme et le nazisme.. Le sionisme est une espèce de reflet de l’anti-sémitisme ; les juifs jouent ici le rôle des seigneurs de la race supérieure et les Palestiniens celui de la nation qui est bafouée sur son propre sol.

Qu’est donc ce sionisme qu’il n’est pas permis de critiquer à cause de l’intimidation de la propagande médiatique ?

1. Le sionisme n’est en aucune façon un nationalisme local, limité aux frontières de l’état sioniste d’Israël. Si c’était le cas, la création d’Israël n’aurait pas pu avoir lieu et dans l’affirmative il n’aurait pu en aucune façon durer longtemps. Non, le sionisme est une idéologie d’extension mondiale, un mouvement politique puisque les sionistes exigent la loyauté de tous les juifs du monde à l’égard de l’état d’Israël.

Ceci est répété inlassablement aux juifs de tous les pays par des moyens tels que des congrès mondiaux, diverses rencontres (comme les Bilderberg, par exemple), qui, d’année en année, sont tenus une fois dans tel pays une fois dans tel autre. Le tragique, si l’on peut dire, de cette situation pour beaucoup de juifs, réside dans le fait que le sionisme les considère comme une cinquième colonne et cloue au pilori les juifs anti-sionistes comme étant des traîtres à la cause nationale

2. Le sionisme est colonisateur et impérialiste. Il est colonisateur parce que l’état d’Israël est une création de juifs vivant à l’étranger qui a été entreprise de telle manière qu’un groupe de population, en l’occurrence les Palestiniens qui y habitaient depuis toujours a été chassé de son pays par la force brutale ou s’ils sont restés, ont été réduits à la situation de citoyens de seconde zone. Il est impérialiste aussi parce que Israël est en fait suspendu aux basques des sionistes du monde entier et spécialement de ceux des USA.

3. Le sionisme est une politique d’arrogance et de répression parce que l’Israël sioniste viole impunément toutes les résolutions de l’ONU et les principes de cet ONU qui pourraient entraver ses agissements. De plus Israël peut miser sur l’aide du lobby juif qui le fait soutenir par les Etats Unis qui possèdent un droit de veto au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Il existe des tas de documents prouvant la puissance politique des sionistes aux USA.

4. Les médias occidentaux se trouvent sous la puissante influence sioniste. C’est le cas surtout pour les films, la télévision et autres branches de loisirs américaines dont les productions inondent le monde entier. Pour Israël ,ceci est d’une importance inestimable car il est toujours représenté par des images le décrivant comme un pays menacé par ses affreux voisins, constamment visé par les perfides terroristes palestiniens, lui, le petit Israël, héroïque, qui mène une guerre en dentelles contre toutes les canailles arabes usurpatrices !

5. Un autre brandon allumé sans arrêt par la propagande sioniste est le présentation continuelle des anti-sionistes comme de fous avides de sang, une horde de » juivivores » aux dents acérées, qui n’ont rien d’autre dans la tête que d’enfourner le plus possible de juifs dans des chambres à gaz.. Avec cette histoire-là , les propagandistes charlatans sionistes ont atteint leur but le plus important, celui de placer le sionisme sous une protection naturelle et de le soustraire ainsi à tout examen critique, ce qui fait que chaque anti-sioniste est traité d’idiot, de débile mental, dogmatique ou simplement d’ antisémite haineux enragé. Tout à fait à l’opposé, les sionistes se posent en quelque sorte comme les fleurons de l’humanité, sans parler de leur intelligence supérieure, comme des esprits remplis de tolérance et des modèles éclairés de l’humanité.

6. Le sionisme est une idéologie et une politique et non une communauté nationale. Aussi, une critique à son encontre, si forte soit elle, ne peut en aucune façon être considérée comme une expression de haine envers une communauté de peuple.

Or logiquement, le sionisme est raciste puisque en son nom la Palestine est occupée par lui et est affublée du nom d’Israël, afin que s’accomplisse la promesse que Yahvé a faite à son peuple suivant l’Ancien Testament. N’a-t-il pas donné à son peuple l’ordre de chasser ou d’exterminer les occupants de ce pays qui porte le nom de Canaan ?

Dans ses effets concrets, le sionisme a une ressemblance frappante avec la politique d’apartheid puisque les juifs, sont privilégiés en Israël de même que dans les territoires qu’ils occupent et qu’ils privent les Palestiniens de leurs droits en les contestant.

7 .Le sionisme est une espèce de mafia ou de franc-maçonnerie militante et conspiratrice puisqu’il tente d’organiser la population juive partout dans le monde au service d’une puissance étrangère. Ces activités sont exercées en coulisse et ne font jamais l’objet de discussions publiques, comme dans les réunions des BILDERBERGERS.

Les critiques à ce sujet sont interdites par les sionistes et elles sont réfutées avec le vocable liberticide habituel d’antisémitisme et le journaliste courageux qui informe légitimement ses concitoyens se retrouve devant la justice.

Aujourd’hui il existe en Israël des religieux de droite et d’extrême droite qui commentent le Talmud et l’orientent d’une manière raciste, comme par exemple la secte Kahane et la Ligue de Défense Juive qui en est issue, avec l’aide du CRIF et des associations sionistes de France.

Il faut donc souligner, au risque de déplaire à certains, la collusion objective entre l’Hitlérisme et le Sionisme extrême. Les accords d’Haavara (« le transfert ») entre le Reich hitlérien et l’agence juive pour faciliter l’émigration des Juifs en Palestine des Juifs allemands (Cf. Hirszowicz « Nazi Germany and the partition plan » – dans Middle Eastern Studies, vol.1, n°1 octobre 1964.) eurent bien lieu. En 1942, on vit des représentants sionistes de droite ( le célèbre Yitzhac Shamir au nom du groupe LEHI) négocier et proposer aux Nazis le départ de milliers de Juifs d’Europe centrale vers la Palestine, au prix d’un traité entre l’Allemagne et la Palestine (hébraïque) donnant ainsi à la nation germanique « un pouvoir au Proche Orient … »

On voit clairement quel était le degré « de souplesse » des éléments de la droite et de l’extrême droite israélienne. Cette affaire montre la collusion objective du Sionisme avec la droite et l’extrême droite, puisque le LEHI n’a jamais été réellement dénoncé pour ces pratiques honteuses.

Les lobbies sionistes disposent d’un grand avantage : ils font appel régulièrement à la lutte contre « l’antisémitisme », ils tentent de donner – notamment aux jeunes juifs d’Israël et du reste du monde – l’image d’une société israélienne « encerclée par l’antisémitisme », en proie aux pires dangers, et ne devant son salut qu’à sa détermination et à son courage !

Comment, sur la question de la lutte contre l’antisémitisme, fonctionne le lobby sioniste en France ?

Il est représenté par le CRIF et par ses différents alliés dont par exemple la LICRA. Des associations « bidon » existent, qui au gré des circonstances sont utilisées pour l’anti-antisémitisme. Ainsi l’association « Avocats sans frontières » en France attaque systématiquement tous ceux qui se permettent d’émettre des critiques contre la politique menée par l’Etat d’Israël à l’encontre des Palestiniens. Goldnagel, avocat de l’ambassade israélienne à Paris, défend l’association « Avocats sans frontières » qui cite ainsi à comparaître Daniel Mermet et Jean Marie Cavada le 31 mai 2.003 devant le Tribunal de Paris, appuyés par l’Union des Etudiants Juifs de France et la LICRA, avec à l’appui, des témoins de poids (que nous retrouverons plus loin) et qui s’appellent Alain Finkielkraut, (qui intervient chaque semaine durant une heure sur France-Culture), Pierre André Taguieff, Alexandre Adler ( journaliste et intervenant sur France Culture) et Roger Cukierman ex- président du CRIF. Peu importe si le procès est gagné ou perdu (il est perdu dans la plupart des cas), mais seule importe la stratégie générale qui vise essentiellement les milieux juifs, cherchant à les associer à cette lutte « surhumaine » et « impitoyable » contre l’antisémitisme qui éclate de tous côtés ! Le dernier procès d’un homme connu et respecté, ancien résistant, a été celui d’Edgar Morin (de son vrai nom Vidal – nom juif sépharade). Bien entendu, Edgar Morin a gagné son procès… Après trois années !

Revenons à la politique « anti-antisémite », à son « rôle exemplaire », telle qu’elle est menée en France :

En France grâce au CRIF et aux différentes associations sionistes, les mots sionistes et antisémites sont confondus volontairement dans l’esprit des personnes.
Dès que l’on dit la vérité sur les crimes sionistes, ils vous accusent d’antisémitisme. Leur haine les aveugle tellement qu’eux-mêmes et donc MANUEL VALLS, ignore le sens du mot « antisémite ».

Par Frédéric BERGER

Source : Libnanews

Publié le 10 janvier, 2014 dans Bilderberg Group, France, Sionisme & Israël, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*