Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Piratage de Skype par l’armée électronique syrienne et de Snapchat

Piratage de Skype par l’armée électronique syrienne et de Snapchat

skype

2014 commence avec deux piratages de taille. Le premier concerne 4,6 millions d’utilisateurs de l’application d’envoi de photographies Snapchat. Le second, les comptes de Skype sur les réseaux sociaux.

Mercredi 1er janvier, le compte Twitter de Skype, le célèbre logiciel de communication en ligne, a publié un message peu commun accusant Microsoft (le propriétaire de Skype) d’espionnage.

Le message « n’utilisez pas le service de mails de Microsoft (Hotmail, Outlook), ils surveillent vos comptes et vendent les informations aux gouvernements » est apparu sur ce compte Twitter vers 10h30 avant d’être supprimé deux heures plus tard. Le même message a été publié sur la page Facebook (27 millions de fans) et le blog officiel de Skype.

sea

Ces messages sont revendiqués par l’Armée électronique syrienne (Syrian Electronic Army, SEA), un groupe de pirates électroniques qui soutient le régime du président Bachar Al-Assad, et s’est déjà fait remarquer en piratant des comptes Twitter, des sites de médias ou des comptes associés au président américain Barack Obama. Microsoft n’a pas encore répondu à ce piratage. (…)

Huffington Post, le 2 Janvier 2014

Publié le 2 janvier, 2014 dans Cyber Guerre, Internet, Société & Culture, Syrie, Technologie.

Publicité

Laissez un commentaire

*