Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Les pensées peuvent provoquer des changements moléculaires spécifiques dans vos gènes

Les pensées peuvent provoquer des changements moléculaires spécifiques dans vos gènes

pensees Avec plus de preuves que la formation de l’esprit ou d’inciter certains modes de conscience, peut avoir des effets positifs sur la santé, les chercheurs ont cherché à comprendre comment ces pratiques affectent physiquement le corps. Une nouvelle étude menée par des chercheurs dans le Wisconsin, en Espagne et en France signale la première preuve de changements moléculaires spécifiques dans le corps après une période de pratique d’attention intensive.

L’étude a examiné les effets d’un jour de pratique d’attention intensive dans un groupe de personnes expérimentées dans la méditation, par rapport à un groupe de sujets témoins non formés qui se sont engagés dans des activités calmes de non-méditation. Après huit heures de pratique en étant pleinement conscient, ceux pratiquant la méditation ont montré une gamme de différences génétiques et moléculaires, y compris des niveaux altérés de la machinerie de régulation des gènes et des niveaux réduits de gènes pro-inflammatoires, qui à son tour est en corrélation avec la récupération physique plus rapide à partir d’une situation stressante.

« Du mieux qu’ils le savent, c’est le premier article de journal qui présente des altérations rapides de l’expression d’un gène chez des sujets associés à des pratiques de méditations conscientes. » a déclaré l’auteur de l’étude Richard J. Davidson, fondateur du Centre d’Investigation des Esprits Sains et William James et le Professeur Vilas de Psychologie et Psychiatrie à l’Université de Madison dans le Wisconsin.

« Ce qui est le plus intéressant, c’est que les changements ont été observés dans les gènes qui sont actuellement les cibles des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques, » a dit Perla Kaliman, le premier auteur de l’article est un chercheur à l’Institut de Recherche Biomédicale de Barcelone, Espagne, où les analyses des molécules ont été menées.

L’étude a été publié dans le journal Psychoneuroendocrinology.

Les entrainements basés sur une prise de conscience ont montré des effets bénéfiques sur les désordres inflammatoires et sont promus par l’Americain Heart Association comme intervention préventive. Les nouveaux résultats fournissent un possible mécanisme biologique pour les effets thérapeutiques… (…)

Source et Suite : Tuned Body

[NDLR : Ce que dit l’article c’est que les gens qui pratiquent la méditation se sortent plus facilement de situations stressantes par la pensée, que ceux qui font le calme en eux et qui ne connaissent pas la méditation. La pensée affecte donc les gènes, et ainsi notre santé, que ça soit pour le meilleur ou pour le pire. L’étude prouve les effets positifs de pratiquer la méditation pour guérir, mais finalement on peut voir ça à l’envers, probablement on est tombé malade en premier lieu car on a mal pensé. Et donc c’est à double tranchant, le pouvoir de guérison est dans notre esprit, tout comme celui de tomber malade.]

Publié le 30 décembre, 2013 dans Génétique, Psychologie, Science, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*