Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

En Égypte, le complot n’est plus une théorie

En Égypte, le complot n’est plus une théorie

La justice accuse l’ex-président islamiste Mohamed Morsi de « la plus grande conspiration de l’histoire de l’Égypte ». Il risque la peine de mort.

usa

C’est le symbole d’une révolution qui déraille. Alors que l’ex-président déchu Hosni Moubarak demeure en liberté conditionnelle depuis août dernier, son successeur à la tête de l’État, l’islamiste Mohamed Morsi, risque, lui, la peine de mort. L’ancien président islamiste élu, renversé par l’armée en juillet et depuis détenu dans un lieu tenu secret, est désormais accusé d’espionnage par la justice égyptienne. À en croire le procureur, il s’agit même de « la plus grande conspiration de l’histoire de l’Égypte ».

Une accusation de plus pour le Frère musulman, dont l’organisation a sombré en un temps record du sommet aux abîmes de l’État. Depuis le « coup de force populaire » du 30 juin dernier, l’organisation islamiste a vu plus d’un millier de ses partisans abattus, pendant que ses responsables étaient arrêtés un à un, sur des accusations d’incitation au meurtre. Les faits remontent au 5 décembre 2012. À l’époque, la décision de Mohamed Morsi d’élargir ses pouvoirs, à la faveur d’un décret présidentiel le plaçant au-dessus de la justice, provoque la colère des opposants laïques et de gauche. […]

Si le déroulé exact des événements reste inconnu, la justice est convaincue que l’évasion est le fruit d’un complot. L’acte d’accusation explique très sérieusement que les Frères musulmans ont fomenté avec le Hamas, le Hezbollah, la CIA et même Israël la révolution du 25 janvier 2011, qui a abouti à la chute du président Hosni Moubarak. « C’est une tentative très claire de discréditer la révolution du 25 janvier », estime Stéphane Lacroix. « On assiste à une sorte de révisionnisme de la part du nouveau régime, qui tente de propulser le mouvement du 30 juin au rang de véritable révolution ».

Le 30 juin dernier, des millions d’Égyptiens, furieux de la dérive autoritaire du pouvoir et de la situation économique catastrophique, défilent dans la rue pour réclamer le départ de Mohamed Morsi. Problème : s’ils sont une majorité dans le pays à réclamer la tête du président islamiste, ils n’obtiennent sa destitution que grâce à l’intervention de l’armée du général Abdel Fattah al-Sissi. Nouvel homme fort du pays, celui-ci prend depuis un malin plaisir à présenter les Frères musulmans comme une « internationale terroriste » gouvernant pour ses seuls membres et trahissant de fait les intérêts de la nation. […]

Source : Le Point

Publié le 24 décembre, 2013 dans Conspirations & Complots, Egypte, Etats-Unis, Monde.

Publicité

Laissez un commentaire

*