Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La Cour européenne des droits de l’homme statue que l’on peut contester tous les génocides sauf celui de la Shoah

La Cour européenne des droits de l’homme statue que l’on peut contester tous les génocides sauf celui de la Shoah

2 poids 2 mesures, comme d’habitude quand il est question d’Israël.

turquie

Poursuivre en justice une personne et la condamner parce qu’elle a nié le génocide arménien de 1915 est une atteinte à la liberté d’expression, a tranché mardi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), donnant raison à un Turc condamné en Suisse.

« Le libre exercice du droit de débattre ouvertement de questions sensibles et susceptibles de déplaire est l’un des aspects fondamentaux de la liberté d’expression », ont rappelé les juges de Strasbourg, qui en conséquence ont condamné Berne pour avoir violé la liberté d’expression du requérant.

Cet arrêt n’est pas définitif. Les autorités helvétiques ont trois mois pour le contester en demandant un nouvel examen de cette affaire, ce que la CEDH n’est toutefois pas tenue de leur accorder.

La Cour avait été saisie par le président du Parti des travailleurs turcs, Dogu Perinçek, une petite formation de gauche. L’intéressé avait été condamné à une amende par la justice suisse, en 2007, pour avoir, « animé par des mobiles racistes, nié le génocide arménien à trois reprises, lors de conférences tenues en Suisse en 2005?.

Dogu Perinçek avait qualifié le génocide arménien de « mensonge international » et avait nié, à propos des massacres et déportations ayant entraîné la mort de centaines de milliers d’Arméniens en 1915, la volonté génocidaire de l’Empire ottoman.

Un tribunal de Lausanne avait considéré que les déclarations de Dogu Perinçek n’étaient pas motivées par la volonté de susciter un débat historique.

De leur côté, les juges européens ont souligné mardi qu’il ne leur appartenait pas de se prononcer sur la réalité des massacres subis par les Arméniens en 1915, ni sur l’opportunité de qualifier ces faits de « génocide ».

Ils ont cependant observé que l’emploi du terme « génocide » pour évoquer ces événements ne faisait pas consensus. En outre le requérant, « qui n’a jamais contesté les massacres et les déportations pendant les années en cause », « n’a pas exprimé de mépris à l’égard des victimes », ont-ils noté.

Dès lors, M. Perinçek « n’a pas usurpé son droit de débattre ouvertement des questions, même sensibles et susceptibles de déplaire », ont estimé les juges européens.

La Cour précise par ailleurs qu’il faut « distinguer clairement cette affaire de celles qui portent sur la négation des crimes de l’Holocauste » commis par le régime nazi, « des faits historiques, parfois très concrets, comme l’existence des chambres à gaz », et qui par ailleurs « avaient été jugés clairement établis par une juridiction internationale ».

Source : 7sur7.be


Publicité

Laissez un commentaire

*