Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Victime d’un accident, il doit 25000€ à l’État

Victime d’un accident, il doit 25000€ à l’État

panneau Ludovic Depestel, Armentiérois de 39 ans, a été victime d’un accident de la route, le 22 avril 2012. « Un véhicule est arrivé derrière moi en zigzaguant à toute vitesse, j’étais sur l’A25, au niveau de l’échangeur d’Englos. Ma voiture est partie en tonneaux… » Ludovic était avec ses trois enfants, qui ont aujourd’hui 8, 5 et 3 ans. Le chauffard a pris la fuite. Ludovic a eu la peur de sa vie.

La semaine dernière, il reçoit un courrier de la direction interdépartementale des routes du Nord (DIR), lui réclamant… 25 544,10 €, très exactement. « Ce sinistre a occasionné l’intervention du gestionnaire au titre des travaux de déblaiement, de nettoyage et de balisage de la chaussée, mais surtout des dégâts aux éléments du domaine public routier national par la dégradation d’installations nécessitant un remplacement », stipule la lettre.

Ludovic avait, il y a dix-huit mois, déposé plainte, mais le dossier a été classé sans suites : le fuyard n’a jamais été retrouvé. Aujourd’hui, ce courrier lui rappelle de mauvais souvenirs, et surtout, il se sent doublement victime, d’un chauffard et d’une « administration déshumanisée ».

Bernard Stévenard, responsable du bureau administratif et technique de la DIR, conçoit que « les gens soient souvent surpris ». Mais la DIR, sur les accidents dans la région et dans la Somme, débourse chaque année « 3 à 4 millions ». Les sommes récupérées auprès des particuliers en représentent 10 %. Le délai de 18 mois s’explique par le temps des réparations : il a fallu remplacer les glissières de sécurité et un panneau. Et pourquoi ne pas faire payer le chauffard ? « La seule personne que l’on connaisse, c’est le propriétaire du véhicule » qui a heurté glissière et panneau, même s’il a été poussé par le fuyard…

La Voix du Nord, le 4 Décembre 2013


Publicité

Laissez un commentaire

*