Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

PRISM : la NSA peut tracer tous les téléphones portables

PRISM : la NSA peut tracer tous les téléphones portables

tel-portable

De nouvelles révélations montrent que la NSA (l’Agence américaine de sécurité nationale) est capable de suivre à la trace des millions de personnes dans le monde en localisant leur téléphone portable. Vu le nombre de données collectées chaque jour, les chances que votre téléphone portable fasse partie du lot sont assez importantes.

Le «Washington Post» a révélé mercredi que l’agence interceptait les données de géolocalisation de centaines de millions de téléphones portables dans le monde. Chaque jour, affirme le quotidien, l’agence stocke des informations sur «au moins des centaines de millions d’appareils» et enregistre «près de 5 milliards» de données de localisation par jour. «Nous obtenons de vastes volumes» de données de géolocalisation partout dans le monde, a confirmé un haut responsable.

Trop de données à traiter

Le volume de données enregistrées et stockées par la NSA atteindrait 27 térabytes. Soit deux fois le volume du contenu de la Bibliothèque du Congrès, la plus importante du monde ! Les données de localisation des téléphones appartenant à des citoyens américains en déplacement à l’étranger sont également captées. Ce volume d’informations «surpasse notre capacité à digérer, traiter et stocker» les données, affirme le «Washington Post», citant un document interne de la NSA datant de 2012.

L’intérêt de cette collecte est de «retracer les mouvements et de mettre en lumière des relations cachées entre des personnes», explique le «Wahington Post», selon qui le programme est baptisé CO-TRAVELER. Pour parvenir à ses fins, le Post révèle que la NSA parvient à pister les téléphones portables en se connectant aux câbles qui relient les différents réseaux mobiles dans le monde.

Jusque là, les révélations de l’ancien consultant Edward Snowden ne mentionnaient pas la récupération de données si précises. Outre l’espionnage de nombreux responsables étrangers, c’est l’impressionnante collecte de métadonnées téléphoniques qui était mentionnée, c’est-à-dire des données générales comme la durée des appels et les numéros appelés. Mais selon un rédacteur en chef du quotidien britannique «The Guardian», seul 1% des documents secrets fournis par Snowden à la presse ont été publiés. Les révélations peuvent donc se poursuivre.

Les associations des libertés civiles inquiètes

Ce nouvel empiétement dans la sphère privée a ulcéré les associations de défense des libertés individuelles. «Les chemins que nous empruntons chaque jour peuvent révéler beaucoup sur nos relations politiques, professionnelles et intimes. Cette surveillance à grande échelle de centaines de millions de portables bafoue nos obligations internationales de respect de la vie privée des étrangers comme des Américains», s’est insurgée Catherine Crump, une avocate de l’ACLU, la puissante association des libertés civiles. Ces révélations sont «plus que troublantes», a de son côté estimé le Centre pour la démocratie et la technologie (CDT), selon qui «la géolocalisation des portables a de profondes implications pour la vie privée et fait froid dans le dos quant à la liberté de réunion».

«Les capacités de la NSA pour géolocaliser sont ahurissantes (…) et indiquent que l’agence est capable de rendre la plupart des efforts pour avoir des communications sécurisées futiles», croit encore savoir le Washington Post. Le seul moyen de s’en prémunir est de ne pas avoir de téléphone. Ou de l’éteindre.

Les Etats-Unis ont espionné la Russie grâce à la Suède

La Suède a fourni aux Etats-Unis des «renseignements uniques» sur des dirigeants russes, d’après les nouveaux documents dévoilés par le fugitif américain Edward Snowden. «La FRA (NDLR : les services de renseignement suédois) a transmis à la NSA (…) une série unique d’informations sur des personnalités russes de premier plan, comme des dirigeants, des politiques», selon un document daté du 18 avril 2013 que la chaîne publique suédoise SVT a obtenu du journaliste américain Glenn Greenwald. Ce dernier a publié les détails de nombreux dossiers de la NSA dévoilés par Snowden. Un autre document met en avant l’accès unique dont bénéficie la Suède au réseau de communication russe grâce à des câbles qui traversent son territoire. «Merci à la Suède pour son travail continu sur la Russie et pour le rôle de premier plan que joue la FRA en tant que partenaire (…) y compris sur les dirigeants russes et le contre-espionnage. L’accès des câbles de la FRA a permis d’obtenir des renseignements uniques, rapportés dans toutes ces zones», souligne ce document. Un autre document qualifie la Suède de «partenaire majeur». Fredrik Wallin, un porte-parole de la FRA, refuse de confirmer que la Suède a ciblé les autorités russes et a ajouté que le fait que les thèses prônant que son pays occupait un rôle majeur étaient «très flatteuses».

Le Parisien

Publié le 5 décembre, 2013 dans Big Brother, Etats-Unis, Nouvel Ordre Mondial, PRISM, Technologie.

Publicité

Laissez un commentaire

*