Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Blocher: «La Suisse collabore avec la NSA»

Blocher: «La Suisse collabore avec la NSA»

L’ancien ministre de la Justice Christoph Blocher n’exclut pas que la Suisse ait collaboré avec l’Agence de sécurité nationale (NSA) américaine.

nsa

Les services coopèrent avant tout dans la lutte antiterroriste, «afin d’assurer la sécurité», déclare-t-il dans le journal «Schweiz am Sonntag».

«Il est clair que la Suisse collabore avec les services de renseignement américains», selon le conseiller national UDC. La question est de savoir jusqu’où va cette coopération. Sans confirmer un lien avec la NSA, M. Blocher ne l’exclut toutefois pas.

Démenti officiel

Le président de la Confédération Ueli Maurer avait clairement nié, mercredi, toute collaboration avec la NSA. «Nous n’avons aucun contact et n’échangeons pas de données avec la NSA», avait-il indiqué aux médias à Berne.

Dans le «Tages-Anzeiger» samedi, le conseiller national PS Carlo Sommaruga a dit à ce propos souhaiter se rendre à Moscou pour «obtenir les informations de première main directement auprès d’Eric Snowden sur ce que faisait la NSA à Genève, puisqu’il y a été lui-même employé».

M. Snowden, ex-consultant à la NSA, est l’auteur des révélations sur l’ampleur des programmes de surveillance des communications par l’agence, aux Etats-Unis comme à l’étranger.

Centrales de renseignement

Christoph Blocher, lui, est sûr que des écoutes sont pratiquées au siège des Nations unies à Genève. «Les bâtiments de l’ONU à Genève sont des centrales du renseignement», explique-t-il. Lorsqu’il était Conseiller fédéral, des stations d’écoute avaient été retrouvées lors de travaux de rénovation. «Mais puisqu’il s’agissait d’un bâtiment de l’ONU, on ne pouvait rien faire».

Globalement, M. Blocher considère l’enregistrement et la transmission de données électroniques comme dangereux. Ainsi, il n’est pas justifié d’introduire le vote électronique: la confidentialité n’est pas garantie et des bulletins pourraient être manipulés ou falsifiés.

20min.ch

Publié le 4 novembre, 2013 dans Big Brother, Europe & UE, Internet, PRISM.

Publicité

Laissez un commentaire

*