Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’ignorance de la réalité va éradiquer l’espèce humaine

L’ignorance de la réalité va éradiquer l’espèce humaine

fin-humain

Informer les gens est difficile. Tout est fait pour que le public ou les législateur ne soient pas informés. L’information est contaminée par son obéissance à des intérêts spéciaux et des agendas cachés. Beaucoup de scientifiques ou leurs employeurs dépendent de l’argent fédéral. Même des psychologues et des anthropologues furent attachés aux programmes d’occupation de pays et de torture du gouvernement. Les économistes mentent au profit des entreprises et de Wall Street. Les scientifiques des sols et des cultures (ingénieurs agronomes) mentent au profit de l’agro-industrie et de Monsanto. Les diseurs de vérités et lanceurs d’alerte sont diffamés et persécutés. Quoi qu’il en soit, la persistance peut gagner à la longue. Sur le long terme, la vérité parfois émerge. Mais pas toujours et surtout, pas toujours à temps.

J’ai essayé d’informer le public américain, les économistes, les législateurs depuis plus d’une décennie au sujet des effets pervers de la délocalisation du travail sur l’économie américaine. Le message a fini par passer. La semaine dernière j’ai été contacté par des élèves de grade 8 qui sont en compétition avec leur école pour le concours de documentaire StudentCam de CSPAN. Ils veulent m’interroger face à la caméra pour leur documentaire au sujet de la délocalisation du travail des Américains.

Les Etats-Unis sont un endroit étrange. Nous voici en présence d’élèves de 5ème qui sont bien en avance sur la profession économique, le président, le congrès, la réserve fédérale, Wall Street et la presse financière spécialisée, dans leur compréhension d’un des problèmes fondamentaux de l’économie américaine. Et pourtant, beaucoup disent que l’enseignement public est un échec. De manière évidente, pas pour ces élèves qui m’ont contactés…

Est-il trop tard ? Je sais pas mal de choses, mais pas tout loin s’en faut. Donc ceci n’est pas mon dernier mot, mais je pense qu’il est probablement trop tard. Lorsque des travaux de précision sont délocalisés, le raffinement technique disparait du pays. Il en va de même en conséquence, de la chaîne éducative et affairiste qui y est associée. Tout ferme et les capacités sont perdues. Pourquoi étudier une technique spéciale d’un travail qui est délocalisé de toute façon. Une culture entière disparaît.

Mais nous pouvons rapatrier ces boulots non ? Peut-être pas. Quand un pas industrialisé exporte sa technologie et son savoir-faire dans un pays du tiers-monde afin d’y bénéficier d’un coût du travail plus bas, comment le pays industrialisé récupère t-il le travail qu’il a délocalisé ? Les standards de vie et le coût de la vie sont bien plus bas dans les pays du tiers-monde que dans les pays industrialisés. Les populations des pays industrialisés ne peuvent plus payer leurs emprunts immobiliers, de voiture, les emprunts étudiants, leurs assurances maladie et les factures de la vie de tous les jours avec des salaires du tiers monde.

Lorsque les salaires des ouvriers des pays industrialisés baissent, les remboursements des crédits sur l’immobilier, de la voiture, des cartes de crédit, eux, ne baissent pas. Les Américains ne peuvent pas vivre avec un salaire d’Indien, de Chinois ou d’Indonésien. Une fois la technologie et le savoir-faire transférés, le pays à bas salaires a l’avantage en l’absence de protectionnisme tarifaire.

Pour que l’Amérique revive, il faudrait que notre nation soit protégée derrière un mur tarifaire et des subsides devraient être mis en place afin de recréer les travaux dans l’industrie américaine; mais beaucoup de grosses entreprises produisent maintenant depuis l’étranger et l’Amérique est en banqueroute. Le gouvernement s’est endetté de 1000 milliards de dollars par an ces 5 dernières années.

La délocalisation du travail diminue la base fiscale. Lorsqu’un boulot est délocalisé, l’est aussi sa contribution au PIB américain et sa source d’imposition. Lorsque des millions d’emplois sont délocalisés le PIB et les revenus fiscaux ne peuvent plus soutenir les dépenses du gouvernement. S’il y a des travaux de remplacement, ils sont tous dans le temporaire à bas salaires, dans les services comme garçons de café, barmen, caissie(è)rs de magasins ou techniciens de surface. Ces travaux ne fournissant pas une solide base fiscale ou de consommation en comparaison avec les travaux d’industrie et les services professionnels d’échanges comme les ingénieurs informatiques et la technologie d’information, informatique.

Les républicains et de plus en plus de démocrates alors que les deux partis politiques dépendent des mêmes sources financières pour leurs campagnes électorales, blâment les “acquis sociaux”.

En fait, les acquis sociaux consistent en la sécurité sociale et l’assurance maladie qui sont financées par les impôts sur la masse salariale qui représente environ 15%. Le fait qu’une personne paie un impôt sur son revenu salarial toute sa vie de labeur est le pourquoi cette personne a droit à la sécurité sociale et assurance maladie si elle vit jusqu’à l’âge de la retraite. Les subsides sociaux comme les tickets de rationnement et les allocations familiales, aides au logement etc, font parties du budget fédéral et ne font pas partie des droits sociaux.

Depuis que le président Reagan a été trahi il y a plus de 30 ans par Alan Greenspan et David Stockman, qui tous deux se vendirent à Wall Street et firent augmenter l’impôt de financement de la SS au-delà de ce qui était nécessaire pour payer les bénéfices de la SS et ce afin de protéger les porte-feuilles d’actions et d’obligations de Wall Street de peurs de pertes dûment exagérées, les revenus de l’impôt pour la SS ont dépassé les dépenses de celle-ci. Aujourd’hui, les revenus fiscaux concernant la SS excèdent les paiement à ses bénéficiaires d’un cumul de 2000 milliards de dollars. Tout cet argent a été utilisé par le gouvernement fédéral pour payer pour ses guerres et autres dépenses gouvernementales. Le fond de trust de la SS détient des créances de trésor non négociables. Ces créances peuvent être débloquées d’un excès de revenus fiscaux par rapport aux dépenses ou par le ministère des finances vendant pour un valeur de 2000 milliards de dollars d’obligations, de billets et payant ses créances au fond de trust de la SS. Ceci ne se passera jamais.

La réserve fédérale se moque éperdument de la condition de la population américaine. La Fed a été établie avec pour seul but de protéger et d’aider les banques. En ce moment, comme si l’Amérique était la république bananière en devenir qu’elle est, la Fed imprime 1000 milliards de dollars par an afin de soutenir les banques et de financer le déficit, la dette fédérale.

Ceci est particulièrement mauvais pour les Américains, car cela veut dire que leur monnaie de singe est imprimée à un rythme bien supérieur à la demande pour le dollar. L’implication directe pour notre futur est une dévaluation du dollar. Comme il n’y a plus de travail, une baisse de la valeur du dollar veut dire une grosse inflation en sus du chômage et la misère de la grande dépression économique des années trente multipliée par deux.

Comme si ceci n’était pas assez grave, ceci demeure bénin comparé à la destruction de l’environnement de la planète. Des informations disponibles sur la toile nous montrent que l’écosystème du Golfe du Mexique est en crise totale après la marée noire de BP et l’utilisation du dispersant Corexit, afin de caché l’étendue du désastre et de ne pas avoir à nettoyer le pétrole épandu.

http://www.opednews.com/articles/Gulf-ecosystem-in-crisis-a-by-Dahr-Jamail-Corporation-BP_Ecosystems_Gulf-Oil-Spill-Disaster_Gulf-Shrimping-Industry-131020-15.html

La catastrophe de Fukushima ne fait que commencer. Les quantités d’eau radioactive rejetées dans l’Océan Pacifique ont déjà rendu le poisson dangereux à la consommation à moins que la personne accepte le plus grand risque de cancer associé avec cette consommation.

Fukushima a le potentiel de rendre le Japon inhabitable et de polluer l’air, l’eau et le sol des Etats-Unis avec de la radioactivité et pourtant cette crise n’est quasiment pas mentionnée dans les médias américains. Au Japon, le gouvernement vient juste de passer une loi qui pourrait être utilisée pour mettre en prison les journalistes qui rapporteraient la vérité du sérieux de la situation.

Prenez le temps de vous familiariser avec l’information que l’on trouve sur la toile au sujet de Fukushima. D’après la pressetituée, les Américains sont menacés par la Syrie et l’Iran et par les lanceurs d’alerte comme Edward Snowden, mais les véritables menaces elles, n’apparaissent pas dans vos journaux télévisés ni vos journaux.

Si vous recherchez Fukushima, vous trouverez des informations que la pressetituée vous cache, comme ceci par exemple:

http://www.globalresearch.ca/28-signs-that-the-west-coast-is-being-absolutely-fried-with-nuclear-radiation-from-fukushima/5355280

Il y a un grand nombre de menaces à l’environnement dont nos vies dépendent. Une de ces menaces est l’effort de toujours extraire et produire plus des sols en utilisant des organismes génétiquement modifiés (OGM). Monsanto a altéré les gènes de plusieurs plantes de façon à ce que ces plantes puissent être arrosées avec son herbicide RoundUp pour éliminer les mauvaises herbes. Le résultat a été la carence des sols en nutriments, de détruire la micro-biologie du sol de façon à ce que de nouvelles maladies et fungi soient activés et de produire une mauvaise herbe super-résistante qui demande des doses toujours plus grandes de glyphosate dans le RoundUp. Plus la dose est forte et pire sont les problèmes mentionnés ci-dessus. L’agriculture américaine est en train de totalement perdre son efficacité.

Venons-en aux chemtrails ou épandages atmosphériques chimiques, qualifiés d’autre “théorie conspirationniste”:

http://en.wikipedia.org/wiki/Chemtrail_conspiracy_theory

Quoi qu’il en soit, les efforts du gouvernement américain pour transformer artificiellement la météo comme arme militaire et comme prévention au “réchauffement climatique”, apparaissent bien réels. Les programmes HAARP et DARPA sont bien connus et sont publiquement discutés par les scientifiques, Voyez ceci par exemple:

http://news.sciencemag.org/2009/03/darpa-explore-geoengineering Recherchez Chemtrails, et vous trouverez des informations qu’on vous cache, comme par exemple: http://www.globalresearch.ca/chemtrails-a-planetary-catastrophe-created-by-geo-engineering/5355299 et http://www.geoengineeringwatch.org

Certains décrivent les chemtrails comme étant un complot émanant du Nouvel Ordre Mondial, des Rothschilds, des Bilderbergers ou des franc-maçons, pour éliminer “les bouches inutiles à nourrir”. En considérant la somme totale de mal existante dans le monde, ces théories conspirationnistes pourraient bien ne pas être si éloignées de cela qu’elles n’en ont l’air.

Mais je n’en sais rien. Ce qui semble être possiblement vrai est que les expériences scientifiques pour modifier et contrôler la météo ont des effets secondaires néfastes sur le monde. L’accusation disant que de l’aluminium est pulvérisé dans l’atmosphère et qu’il détruit la capacité reproductive des sols lorsqu’il touche terre ne semble pas être imaginaire. Ceux qui sont préoccupés par les chemtrails disent que les expériences de contrôle du temps qu’il fait ont privé les Etats-Unis de l’ouest de pluies tout en envoyant la pluie vers l’Est où il y a eu des dégâts dus aux inondations résultantes des ouragans.

A l’ouest, le manque de pluie et des orages sans pluies ont pour résultat la sécheresse des forêts qui finissent par brûler. La déforestation affecte négativement l’environnement de bien des façons, incluant l’altération du processus de photosynthèse par lequel les arbres convertissent le CO2 en oxygène, ce qui veut dire par la destruction des forêts, un manque d’oxygénation. L’habitat des espèces terrestres et aquatiques se perd et l’aridité se généralise ce qui prive plus les sols d’eau. Si ces résultats sont des conséquences d’expériences sur la modification de la météo, alors ces expériences doivent être immédiatement arrêtées.

Dans le nord de l’état de Georgie où je passe mes étés, en 2013 il a plu pendant 60 jours consécutifs, pas toute la journée bien sûr, mais un peu chaque jour, et certains jours, il est tombé jusqu’à 25cm d’eau comme pendant un ouragan. Des routes ont été emportées par les eaux. Cet été, j’ai été averti 4 fois par des messages téléphoniques automatiques de ne pas conduire dans des contrées locales et de ne pas essayer de traverser les accumulations d’eau sur les routes.

Une conséquence de cet excès d’eau dans l’Est est que cette année il n’y a pas de glands de chênes dans le Nord de la Georgie. Aucun, zéro, nada. Il n’y a plus à manger pour les daims, les pintades sauvages, les ours, les rongeurs. Des daims affamés vont manger l’écorce des arbres. Les ours ne pourront pas hiberner ou ne pourront le faire que partiellement et devront chercher de la nourriture en hiver dans les poubelles des habitations. Des ours noirs envahissent déjà des zones d’habitation à la recherche de nourriture.

La sécheresse dans l’ouest et les inondations dans l’Est, toutes inhabituelles, peuvent bien sûr être une coïncidence ou bien pourraient-elles être les conséquences d’expériences de modification de la météo.

Les Etats-Unis, ainsi que la vaste majorité du monde, ont déjà des problèmes d’eau, avant même des disparités pluviales déclenchées par géo-ingénierie ; dans son livre “Elixir”, Brian Fagan raconte l’histoire de la pire lutte de l’humanité pour l’eau. L’eau de surface et de profondeur disparaît. Les besoins en eau de grandes villes comme Los Angeles ou Phœnix et l’agriculture à irrigation qui dépend de la nappe phréatique d’Ogallala ne sont pas durables. Fagan nous rappelle que la “quantité d’eau douce mondiale est finie”, tout comme le reste des ressources naturelles. Etre capable d’éviter des cataclysmes demandent une capacité d’anticipation des problèmes mais l’humanité est focalisée sur ses besoins immédiats. La pensée à plus long terme est limitée à ne trouver qu’une autre source d’eau à pomper. Les villes et l’agriculture ont tourné leurs yeux vers les Grands Lacs.

Los Angeles existe parce que la ville a été capable de voler de l’eau à une distance de centaines de kilomètres. La ville a pompé le lac Owens, laissant un plateau salin à sa place, elle a drainé la nappe phréatique de la vallée Owens et a détourné la rivière Owens vers Los Angeles par un aqueduc. L’agriculture et l’élevage dans la vallée Owens se sont effondrés. Aujourd’hui L.A prend son eau de la rivière Colorado, qui prend sa source dans le Wyoming, puis traverse le Colorado, et du Lac Perris distant de 700km.

Le manque d’eau n’est pas juste un problème américain bien sûr. Fagan rapporte que les “nappes phréatiques diminuent si rapidement dans certains endroits que les satellites de la NASA arrivent à détecter des changements dans la gravité de la planète.”

Si le gouvernement expérimente avec la géo-ingénierie, les scientifiques jouent à dieu sans avoir une quelconque idée de ce qu’en sera les conséquences. C’est une tendance chez les scientifiques d’être absorbés par la capacité d’expérimenter et d’ignorer les conséquences non intentionnelles.

Des lecteurs m’ont demandé d’écrire au sujet de Fukushima et des chemtrails parce qu’ils me font confiance en cela que je leur dirai la vérité. Le problème est que je ne suis pas qualifié pour écrire en détail sur ces sujets et que ma confiance et expertise se limitent aux sujets ayant trait à l’économie, la guerre et l’état policier.

Le seul conseil que je puisse donner est que lorsque vous entendez la pressetituée étaler une préoccupation ou une explication comme étant une “théorie du complot”, regardez-y de plus près. La divergence entre ce qu’il se passe et ce qu’on vous raconte est telle que cela vaut vraiment la peine d’être méfiant et suspicieux, cynique même, sur ce que “votre” gouvernement et “votre” pressetituée vous disent. Il y a de très grandes chances pour que ce soient des mensonges.

Source : Paul Craig Roberts, traduction par Résistance 71


Publicité

Laissez un commentaire

*