Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Marine Le Pen demande à son père et à Gollnisch de mieux choisir leurs amis

Marine Le Pen demande à son père et à Gollnisch de mieux choisir leurs amis

Quenelle-Gollnish-Le_Pen-c8932

A l’approche des élections européennes de mai 2014, le Front national s’efforce de polir son image. La présidente du parti Marine Le Pen, élue au Parlement européen depuis 2004, a demandé à ses deux co-eurodéputés FN, à savoir son père Jean-Marie Le Pen (élu depuis 1984) et le conseiller général de Rhône-Alpes Bruno Gollnish (depuis 1994), de renoncer à toute alliance avec leurs amis les moins fréquentables de l’hémicycle européen.

Son objectif est de constituer son propre groupe parlementaire, a-t-elle annoncé ce mercredi d’une conférence de presse à Strasbourg. Pour l’heure, les trois législateurs frontistes siègent en tant que non-inscrits.

Dans sa ligne de mire, figurent les ultranationalistes hongrois du parti Jobbik (connus pour leurs manifestations anti-Roms) et les membres du BNP, parti national britannique (dont la charte d’origine interdisait aux « non-blancs » de devenir membre avant d’être modifiée). Ces deux formations radicales sont affiliées à l’Alliance européenne des mouvements nationaux (AEMN), un parti pan-européen (à ne pas confondre avec un groupe parlementaire) présidé par Bruno Gollnisch et dont fait partie Jean-Marie Le Pen. « J’ai demandé à Bruno Gollnisch et à Jean-Marie Le Pen de bien vouloir quitter l’AEMN pour que la cohérence du parcours du FN, de ses choix d’alliance, apparaissent parfaitement claires. C’est en train de se faire », a assuré Marine Le Pen.

(…) Le Parisien

Publié le 26 octobre, 2013 dans France, Politique & Loi, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*