Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le couple de Roms bulgares sont bien les parents de Maria, l’«ange blond»

Le couple de Roms bulgares sont bien les parents de Maria, l’«ange blond»

ange-blond

La piste bulgare était la bonne. Sacha et Atanas Roussev, un couple de Roms de Bulgarie, sont bien les parents biologiques de la petite Maria, surnommée «l’ange blond» par les médias et retrouvée le 16 octobre dans un camp de Roms en Grèce.

C’est ce que révèlent les résultats des tests ADN publiés ce vendredi par le ministère bulgare de l’Intérieur. En raisons des soupçons qui pesaient sur eux, le parquet bulgare avait ouvert jeudi une enquête en rapport avec celle menée en Grèce.

Le lien de parenté établi

Les tests ADN sont ainsi venus confirmer ce que les témoignages laissaient penser. Sacha Roussev a en effet elle-même affirmé aux policiers qu’elle avait abandonné sa fille en Grèce il y a quatre ans. «Je ne sais pas si Maria est ma fille ou pas. Nous avions un enfant. On l’a laissé en Grèce car on ne pouvait pas le nourrir. Je ne l’ai pas vendu, je n’ai pas touché d’argent», a-t-elle déclaré à son retour des interrogatoires, dans la soirée de jeudi. Interrogé par la télévision Nova, le frère d’Atanas Roussev, Anguel, avait également confirmé que Sacha avait «abandonné un enfant en Grèce parce qu’elle n’avait ni argent, ni carte d’identité». La télévision a montré des enfants très blonds du couple dans le ghetto tsigane plongé dans la misère de Nikolaevo.

«Les Roussev étaient en Grèce pour la cueillette des poivrons, illégalement, sans contrat. Quand leur fille est née, ils ne pouvaient pas obtenir des papiers d’identité à son nom pour la ramener en Bulgarie. Cela coûte cher. Ils l’ont donc laissée à une famille», avait également expliqué un cousin.

Une autre version de l’histoire existe, qu’il appartient à la police de juger : certains soupçonnent les Roussev, plongés dans la misère, d’avoir vendu leur fille. Ils auraient «touché 200 ou 300 euros qui leur ont servi pour retourner en Bulgarie», assure ainsi un jeune voisin ayant travaillé comme ouvrier en Grèce.

Le Parisien

Publié le 25 octobre, 2013 dans Actualité, Europe & UE.

Publicité

Laissez un commentaire

*