Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La NSA avait demandé au Washington Post de censurer les noms des corporations de PRISM. Craignant que Google, Microsoft, Facebook arrêtent de participer à la surveillance de masse

La NSA avait demandé au Washington Post de censurer les noms des corporations de PRISM. Craignant que Google, Microsoft, Facebook arrêtent de participer à la surveillance de masse

nsa

Barton Gellman, le journaliste du Washington Post qui révéla l’information du programme PRISM sur la collecte du contenu en ligne par la NSA, a dit que le gouvernement lui avait demandé de supprimer les noms des neuf compagnies participant au programme.

S’adressant à une conférence au Cato Institute le mercredi, Gellman a dit que le Washington Post a une tradition de parler au gouvernement avant de lancer des histoires qui pourraient avoir des conséquences sur la sécurité nationale. D’après Gelman, il y avait « certaines choses » dans les coulisses de PRISM qu’ils acceptèrent qu’elles soulevaient des inquiétudes légitimes pour la sécurité. Mais, il a dit:

La chose que le gouvernement voulait que l’on enlève le plus était les noms des neuf compagnies. L’argument, grosso modo, était que nous perdrions la coopération de ces compagnies si nous les exposions de cette manière. Et ma réponse était « C’est pourquoi nous allons les inclure. » Pas dans le but de créer un certain résultat, ou bien de perdre votre coopération mais si le mal que vous décrivez consiste à des dommages contre les affaires et la réputation parce que le public n’aime pas ce qu’elles font ou ce que nous faisons, c’est la responsabilité que nous sommes censés promouvoir.

Washington Post, le 9 Octobre 2013

Publié le 10 octobre, 2013 dans Big Brother, Etats-Unis, Internet, PRISM, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*