Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Prof Débutante : « Un élève de troisième qui ne sait pas lire, ça arrive »

Prof Débutante : « Un élève de troisième qui ne sait pas lire, ça arrive »

En trois semaines de cours, Sophie a découvert ce que certains de ses élèves cachent soigneusement depuis le début de leur scolarité.

« Je pensais que ma semaine serait tranquille : dans mes souvenirs, pendant un contrôle, c’était le calme dans la classe ». Pour sa première série d’évaluations de sa toute jeune carrière de prof, Sophie (1) avait imaginé faire face à toutes les éventualités : des élèves qui copieraient sur leurs voisins, d’autres qui cacheraient des antisèches dans leurs trousses, de faux malades… Mais la jeune femme ne s’attendait pas à ça : « Ils ont été très bruyants. Ils n’ont pas tellement triché ; en revanche, ils n’ont pas cessé de se piquer des stylos, de se demander des feuilles, de parler de jeux vidéo. » Sophie, qui refuse – toujours – de se décourager, veut croire que c’est parce qu’elle « débute ». Elle a tout essayé : punitions, heures de colles, mots dans le cahier, rien n’y a fait. Imane, la jeune fille avec qui Sophie a déjà eu maille à partir la semaine dernière et qui avait promis de se tenir à carreau après un rendez-vous entre sa mère et l’enseignante, est redevenue insupportable. Le résultat ne s’est pas fait attendre : 4,5/20.

Dans certaines classes, Sophie a mis des 19/20. Mais l’enseignante a également dû distiller plusieurs 1/20 : « Quand ils ne rendent qu’une ligne, difficile de sauver la copie », déplore-t-elle. Certains, comme Moussa, ont même osé lui déposer sur son bureau une boulette de papier en guise de composition. Mais même si elle regrette profondément ces provocations aux parfums de défis à peine déguisés, Sophie ne s’attendait pas à ce qu’un grand gaillard costaud retienne ses larmes devant elle.

Amidou, visiblement ému, a bien voulu partager avec elle son grand secret. Si cet adolescent de quatrième se balançait sur sa chaise en toisant la prof d’un air provocateur au lieu de bosser sur son contrôle, c’est qu’il cherchait à se donner une contenance. « Je lui ai demandé de rester à la fin du cours. Il était complètement fermé, mais gardait malgré tout son regard ironique. Au bout d’un moment, il m’a révélé son secret en baissant les yeux : je ne sais pas lire. » Sophie a d’abord cru à une mauvaise blague, une fausse excuse pour se disculper de ne pas avoir travaillé. Après tout, on lui a beaucoup répété qu’il fallait se méfier de ces petits malins. « Je n’ai pas compris sur le moment, c’était trop gros pour être vrai. Alors je lui ai dit qu’on en reparlerait. » (…)

Le Point

Publié le 6 octobre, 2013 dans Education, France, Jeunesse, WTF.

Publicité

Laissez un commentaire

*