Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Sauvetage jusqu’à la banqueroute : L’euro, ou le rachat allemand

Sauvetage jusqu’à la banqueroute : L’euro, ou le rachat allemand

Source : Geolitico.de
Traduction exclusive de Fortune Desouche
par JoeLeTaxi

La poursuite du sauvetage de l’euro est le ciment d’une doxa politique qui imprègne l’Allemagne, doxa qui conduit l’élite politique à persuader la population – et ce près de soixante-dix ans après la fin de la guerre – qu’elle porte aujourd’hui comme naguère une responsabilité morale particulière tant dans les faits de guerre que dans la politique alors menée par la direction allemande de l’époque. C’est ce qu’écrit Gunnar Beck (qui enseigne le droit communautaire à l’Université de Londres).

all-1

La question décisive qui se pose après l’élection du Bundestag est : “Avec qui gouvernera Angela Merkel ?” Verra-t-on une grande coalition avec le SPD ? Le discours de Merkel aux électeurs s’est focalisé sur la ligne qu’elle a suivi jusque-là dans la gestion de la crise de l’euro : une aide financière ne peut être octroyée qu’aux seuls pays qui adoptent un comportement vertueux, c’est-à-dire économe. Ainsi la Chancelière a-t-elle pu jusqu’ici se présenter à la population comme une négociatrice inflexible. Ce qui depuis des années constituait pour la politique allemande la difficulté la plus sérieuse, le terrain le plus miné, a ainsi apporté à Merkel un succès majeur, succès qui constitue sans nul doute – même l’opposition s’est vu forcée d’en convenir – le point fort du bilan gouvernemental.

Dans les processus de négociations intra-européennes, la Chancelière a été régulièrement amenée à concéder ceci ou à refuser cela, amenant d’occasionnelles défaites tactiques ou la prise de certaines libertés avec la lettre et l’esprit des lois. L’opposition cependant, au lieu d’en tirer parti s’est cantonnée dans le ressassement d’un seul et unique reproche, à savoir celui du manque de solidarité.

Le “Plan Marshall” du SPD

Jürgen Trittin, candidat principal des Verts et qui ambitionnait le Ministère des Finances, un homme dont la compréhension de l’économie est à peu près celle d’un élève du primaire, s’est depuis des années déclaré en faveur des euro-bonds, tandis que de son côté le SPD ne jure que par un “Plan Marshall” allemand, plan qu’il appelle de ses vœux, plan destiné à sauver l’euro : le SPD oublie seulement que l’Allemagne ne pèse, démographiquement, que le quart des Etats-Unis et, économiquement, pas même le cinquième de cette puissance. Mais voyons quelle est ici la position d‘Angela Merkel.

Jusqu’à l’élection, Merkel est restée en mesure d’exiger des pays en crise leur solidarité en échange de sa solidarité, mais dès l’élection faite, l’argument de la pression de son électorat ne lui permettra plus justifier sa résistance à leurs demandes insistantes de modérer la rigueur qui s’impose à eux, ou de différer les réformes qu’elle implique. Merkel se verra donc contrainte de renoncer à ses exigences de vertu et devra, les unes après les autres, les abandonner.

Huit mauvaises raisons

Il y a bien des raisons pour lesquelles on peut penser que le gouvernement ne pourra éviter d’être mis à genoux. Je présenterai ici huit de ces (mauvaises) raisons, qui se laissent classer en trois groupes : premièrement, les raisons qui tiennent à l’approche névrotique, due à des raisons historiques, par les politiciens allemands, de la notion de dette. Deuxièmement, l’avantage toujours donné aux calculs de court terme sur la préservation des intérêts à long terme. Et troisièmement, la montée en puissance des oligarchies, dans toutes les “démocraties” occidentales, depuis au plus tard le début de la crise financière.

La Chancelière, comme d’ailleurs presque tous les dirigeants des partis politiques établis, est ce que l’on appelle une européenne convaincue. Et certes, Européens, nous le sommes tous, par la force des choses et depuis notre naissance. Mais “européenne convaincue” signifie ici l’être avec partialité. Chaque conviction devrait pourtant, en principe, toujours être mise et remise à l’épreuve de la réalité, chose que d’ailleurs personne au Bundestag ne fait jamais.

Quoi qu’il en puisse coûter

“Si l’euro échoue, c’est l’Europe qui échoue” : Ces mots de la Chancelière, si dépourvus qu’ils puissent être de sens comme de logique, n’en sont pas moins l’expression d’une volonté profondément enracinée, celle de défendre la monnaie unique à n’importe quel prix et quoi qu’il en puisse coûter.

La politique allemande professe la foi en l’unité européenne, cette croyance de substitution qui s’est imposée quasiment dès la fondation de la République Fédérale. Quant à l’euro lui-même, il n’est rien moins qu’un élément constitutif de ce processus historique d’unification (et de nettoyage) qui vise à régénérer l’innocence perdue de l’Allemagne. Un chef de gouvernement allemand qui voudrait mettre fin à la mauvaise blague de l’euro se verrait exposé à une pression politique et médiatique internationale sans précédent, cloué au pilori comme un dangereux nationaliste faisant passer l’intérêt national avant la réconciliation – réconciliation d’ailleurs sans fin et éternellement financée par les contribuables allemands – et précipitant l’Europe occidentale dans une nouvelle et écrasante récession.

De l’échec vu du point de vue politiquement correct

Tout au plus verrait-on peut-être, et ce longtemps après la fin de l’aventure, quelques historiens révisionnistes qui se souviendraient que l’euro n’avait en fait été qu’une fausse couche, un projet incapable de jamais satisfaire aux besoins d’une pluralité d’États membres aux économies peu compatibles.

Aujourd’hui par contre, n’importe quel chef de gouvernement capable d’allouer sans discontinuer le bon argent des contribuables allemands à des crédits douteux, peut parfaitement bien s’imaginer – en gardant à l’esprit cette responsabilité historique de l’Allemagne, laquelle ne connaîtra jamais de fin – avoir agi, par ses dilapidations, de façon responsable et solidaire. Et s’il en vient à échouer, alors ce ne sera pas pour de mauvaises raisons, mais pour de bonnes, d’excellentes raisons, bonnes et excellentes tout du moins du point de vue politiquement correct, lequel se tapit derrière les noms ronflants de solidarité européenne et d’amitié franco-allemande.

Des amis, les Français ?

Car l’amitié franco-allemande est un élément constitutif de la nouvelle identité allemande. Cette amitié est sous plus d’un aspect contre nature, presque une mésalliance par excellence [En français dans le texte. – Ndt] – les deux nations, et leur citoyens, ont sur de nombreuses questions économiques, politiques ou touchant à la sphère privée des vues inconciliables. C’est pour des raisons de culpabilité et de sentiment d’avoir péché que l’Allemagne supporte le projet d’intégration européenne, tandis que – suivant le sociologue-politologue américain Larry Siedentop – la France, ou tout du moins ses dirigeants, n’y voient qu’un moyen d’assurer leurs propres intérêts nationaux leur primauté nationale, un moyen aussi de courber à leur convenance les institutions européennes et avant tout d’affaiblir économiquement l’Allemagne [Le traducteur souhaite rappeler au lecteur qu’il ne fait que traduire. – Ndt].

Lorsque tout récemment l’ancien président du BDI [Bundesverband der Deutschen Industrie e. V. : Confédération de l’industrie allemande – Ndt] – le Président Henkel – a remarqué que le temps pourrait bien être venu du divorce franco-allemand, la droite allemande a été outrée ; il faut pourtant rappeler qu’aucun homme politique allemand, ou à peu près, n’est capable de converser avec un collègue français dans la langue natale soit de l’un, soit de l’autre. Des deux côtés, la soi-disant amitié franco-allemande se nourrit d’ignorance et d’incompréhension. Ce regrettable état de fait se trouve encore renforcé par les rêveries irréalistes auxquels les Allemands n’ont que trop tendance à s’adonner, et aussi par cette circonstance particulière que les mots d’”intérêt national” aient été rayés par les politiques allemands du dictionnaire allemand.

L’Allemagne peut abandonner l’euro

Depuis longtemps déjà, il n’y a plus, face la crise de l’euro, de ligne de conduite possible qui n’entraîne pas au moins quelques dégâts. La République Fédérale peut parfaitement quitter dans l’instant la zone euro et, par la même occasion, le reste de la fiesta européenne. En cas d’implosion de l’euro, l’Allemagne perdrait quelque 600 à 800 milliards d’euros au titre de ses créances Target – lesquelles sont des créances libellées en euro que détient la Bundesbank sur les autres banques centrales de la zone euro [Quoique les chiffres soient justes, ils donnent une idée incorrecte de la réalité. La Bundesbank en effet, en cessant d’être contrainte de reconnaître les billets euros comme les siens propres, se retrouverait par compensation redevable à la BCE du montant de billets mis par elle en circulation, cette dette viendrait se défalquer de la créance liée aux Target, et la créance finale de la Bundesbank serait ramenée à un ordre de grandeur beaucoup plus modique de l’ordre, tout au plus, de 150 milliards. Par surcroît, il n’est pas du tout sûr que cette créance serait perdue dans son intégralité. Les chiffres de 600 et 800 sont néanmoins volontiers utilisés tels quels par les opposants à l’euro, en raison de l’impression qu’ils peuvent produire. – Ndt] – de quoi se retrancheraient toutes les aides gouvernementales effectuées via le MSE, le FESF, et autres programmes d’aides comme ceux pour la Grèce [L’auteur commet ici une erreur de signe : des créances allemandes sur l’étranger ne peuvent venir en déduction d’autres créances allemandes sur l’étranger. – Ndt]. Il ne resterait grosso modo que 300 à 500 milliards, une somme évidemment énorme, mais nullement catastrophique.

Il faudrait d’autre part tenir compte d’une chute des exportations, au moins pour quelque temps, en direction des Etats de la zone euro en crise ; cette chute cependant a déjà commencé depuis le début de la crise. La part de la zone euro dans nos exportations, qui lors de l’introduction de l’euro se montait encore à quelque 45 %, est depuis lors tombée aux alentours d’un tiers, et la tendance est à la poursuite de cette baisse.

L’euro zone n’est pas un marché générateur de croissance pour l’Allemagne

Contrairement à l’opinion officielle du gouvernement et de l’UE, la zone euro, si elle offre un débouché important à l’industrie allemande, ne lui procure pas d’opportunités de croissance. Les coûts induits par une implosion de l’euro seraient conséquents, mais pas catastrophiques. Ces coûts d’ailleurs ne resteraient pas masqués, mais seraient immédiatement révélés au grand jour.

L’autre terme de l’alternative est celle d’un sauvetage de la zone euro, et ce, à n’importe quel prix : un sauvetage dans lequel l’Allemagne serait progressivement amenée à souscrire à une mutualisation complète des budgets – et ce, via plans de sauvetage, réductions de dettes, rachats d’obligations par la BCE, union bancaire et, à la fin des fins, euro-bonds – conduirait à un accroissement substantiel des pertes subies par le contribuable allemand, qui seraient dissimulées pour une part importante dans un regain d’inflation et dans la contrainte imposée par la BCE de taux très bas, les deux choses conduisant insidieusement à la ruine de l’épargnant. Nous parlons ici de coûts qui se chiffrent en dizaines de milliards d’euros, et qui sont amenés par la dépréciation des épargnes allemandes détenues tant dans nos frontières qu’à l’étranger ; ces coûts pourtant donnent l’impression d’être inférieurs à ceux d’une sortie de la zone euro, avec ses pertes immédiatement constatables, parce qu’ils seraient répartis sur de grandes périodes de temps, sans limite prévisible, parce qu’ils ne seraient pas, eux, immédiatement constatables, mais bien plutôt prendraient la forme plus sournoise de dépréciation de la monnaie, de perte de pouvoir d’achat et des freins à la croissance qui y sont liés, tous coûts donc qui sur le long terme dépassent ceux induits par une implosion de l’euro, mais qui cependant ne se laissent pas aisément quantifier ou mesurer dans l’instant.

Faute et responsabilité [L’auteur joue sur l’homonymie, en allemand, des mots « dette » et « faute » (au sens moral du terme), tous deux rendus par « Schuld ». – Ndt]

Par chance, les coûts d’une implosion de l’euro ont pu, quant à eux, être quantifiés avec la dernière précision par la Fondation Bertelsmann [Bertelsmann Stiftung : une fondation qui produit des études, et dont l’idéologie libérale et humaniste se rapproche assez de ce que l’on appelle en France la « pensée unique » – Ndt] – sur la base, il est vrai, d’hypothèses arbitraires et avec un résultat encore plus scandaleusement arbitraire. Pour l’ensemble des gouvernements occidentaux, les coûts relativement moindres, quoique immédiats, d’une terminaison de l’euro valent toujours mieux que ceux, beaucoup plus hauts quoique beaucoup moins transparents, d’une longue tergiversation. Cela dit, il s’en faut de beaucoup que l’on pratique encore, en Europe occidentale, le raisonnement à long terme.

all-2
Les vainqueurs au soir de l’élection, au siège de la CDU

Seuls un petit nombre d’hommes, et un encore plus petit nombre d’hommes politiques, possèdent la force de caractère qui est nécessaire pour reconnaître ses erreurs et pour les corriger. La chose apparaît depuis longtemps comme particulièrement difficile pour les hommes politiques allemands. Quant à savoir reconnaître qu’il est devenu temps de limiter ses pertes et de les reconnaître… La Chancelière est en cela sans doute plus flexible et plus lucide que d’autres et cependant, si elle devait se résoudre maintenant à renoncer à la pensée magique des pro-euro allemands, elle devrait admettre sa propre responsabilité dans des pertes qui dépassent le demi-billion d’euros.

L’Allemagne sombrerait dans le discrédit

Ce serait un peu comme si – la comparaison de vise pas en particulier telle ou telle personne, mais porte simplement sur les situation – Adolf Hitler avait conclu la paix avec Staline avant la débâcle de la bataille de Koursk, en juin 1943. Ç’eût à la fois été la seule chose raisonnable à faire, en même temps que la reconnaissance complète et sans appel d’erreurs colossales. Pour cette raison précisément le sauvetage de l’euro ne sera pas accompli – tout au moins aussi longtemps que la République Fédérale ne sera pas complètement ruinée.

Car l’euro doit encore devenir le Front de l’Est des contribuables allemands. La réputation de l’Allemagne est en beaucoup d’endroits mauvaise, et ce bien au-delà de ce qui serait justifié. Au contraire, la réputation de démocratie et d’Etat de droit de l’Allemagne fédérale est mondialement excellente et possède presque valeur d’exemple. Ceci pose tout autant question que la mauvaise réputation, largement injustifiée, du pays en tant que tel. La moitié à peine des députés du Bundestag sont directement élus par leur circonscription, l’autre moitié provenant des listes qui sont déposées par les appareils des partis auprès du Parlement. Les députés qui voteraient contre les instructions de leur parti risqueraient donc leur place sur ces listes… Qui ambitionne de grimper doit donc se montrer obéissant, car l’avancement n’est octroyé dans la majorité des cas que comme une récompense de la loyauté et de l’obéissance. Il n’est donc guère surprenant qu’aucune rébellion de députés contre un gouvernement en place n’ait eut lieu au cours des trente dernières années.

Un Parlement obéissant

Tout aussi discutable que la soumission du Parlement est la conduite du Tribunal constitutionnel, pourtant censément indépendant du pouvoir politique. Ses juges sont sans exception nommés sur la recommandation de l’un ou l’autre des quatre partis régnants en Allemagne, et donc principalement par la CDU/CSU et par le SPD. Une attitude coopérative des juges pour tout ce qui concerne ces sujets cruciaux que sont les questions internationales, les questions européennes, et enfin celles qui touchent à la politique budgétaire, est ainsi garantie.

Ces faits, souvent élégamment dissimulés, qui sous-tendent la séparation des pouvoirs à la mode fédérale allemande, suffisent largement à expliquer pourquoi et comment le Tribunal a constamment rejeté toutes les plaintes formulées contre les mécanismes de sauvetage de l’euro, l’occurrence la plus récente étant le jugement rendu sur le MES, le 12 septembre 2012. Dans ce jugement, les magistrats ont arrêté que l’acceptation par le gouvernement fédéral de se porter caution de gouvernements douteux et de banques douteuses, à hauteur de dizaine ou centaines de milliards d’euros et sans que le montant total n’en puisse être circonscrit, connu ou déterminé à l’avance, n’entrait pas le moins du monde en conflit ou contradiction avec la souveraineté budgétaire du Bundestag, qui autorise bon an mal an des dépenses gouvernementales de l’ordre de 300 milliards d’euros. Il est, je crois, inutile d’insister sur la saine compréhension des affaires dont ces juges ont fait preuve.

Un climat oppressant de politiquement correct

A cela s’ajoute le parti pris apparent d‘Andreas Voßkuhle, qui préside le tribunal, proche du SPD mais néanmoins fidèle de la Chancelière, et naviguant d’ailleurs dans toutes les eaux pouvant présenter quelque utilité. En octobre 2012, à l’occasion d’une réception par des étudiants d’Oxford, il révéla que “faute de temps” son tribunal, (dont les membres passent leur temps à voyager en toute jovialité,) ne pourrait pas avant de longs mois statuer sur la plainte concernant des rachats de titres par la BCE. Si la BCE n’avait toujours rien commencé passé les élections de 2013 au Bundestag, on serait alors en mesure au moyen de l’un ou de l’autre artifice juridique d’éviter à cette institution de voir son programme frappé d’interdit.

Car telle est la “bonne nouvelle” selon Voßkuhle : Le sauvetage de l’euro par le gouvernement ne sera pas torpillé juridiquement. Ceci, alors que l’annonce faite par Draghi est celle d’une mesure qui viole de façon flagrante des articles 123 et 127 du Traité. C’est ainsi que, selon le Tribunal, les risques incalculables liés au MES ou les rachats illégaux de titres par la BCE sont sans incidence sur la souveraineté budgétaire du Bundestag. La violation de la loi se fait donc avec la bénédiction de la plus haute juridiction allemande.

Un climat oppressant de politiquement correct imprègne la culture de l’Allemagne fédérale, comme celle aussi de la plupart des pays occidentaux, aux seules exceptions de la Suisse, de l’Autriche, de la Finlande, de l’Irlande et peut-être de l’Islande. Or, en Allemagne, la foi dans le processus d’intégration européenne fait partie intégrante du catalogue des croyances politiquement correctes.

Chauffage politique à effet de serre

Tous ces faits et facteurs structurant la culture politique de l’Allemagne fédérale sont sans rapport avec la moindre considération de nature économique et en particulier n’amènent nullement à conclure que le peuple allemand dans sa majorité, ou d’ailleurs qu’aucun autre peuple européen dans sa majorité, ne profite réellement de l’euro. Pour la poursuite du sauvetage de l’euro il n’existe que de mauvaises raisons, pas de bonnes, car cette poursuite constitue le ciment d’une doxa politique qui imprègne l’Allemagne, doxa qui amène l’élite politique à charger la population – et ce près de soixante-dix ans après la fin de la guerre – d’une responsabilité morale particulière tant dans les faits de guerre que dans la politique alors menée par la direction allemande de l’époque.

Sous l’influence de ce chauffage politique à effet de serre il est à peu près impensable qu’une chancelière, qui se voit elle-même comme une partisane zélée de l’intégration européenne, en vienne soudainement à abjurer la foi européiste et en arrive à la conclusion que les coûts d’une implosion de l’euro restent inférieurs à ceux d’une continuation, que ce soit du point de vue des contribuables allemands, des épargnants allemands ou des entreprises allemandes. Et l’une parmi les nombreuses mauvaises raisons justifiant un sauvetage de l’euro est par conséquence également une raison, et non moins mauvaise, justifiant un relâchement de la politique budgétaire économe et parcimonieuse suivie jusqu’à présent – jusqu’à la création d’une union d‘endettés : Unis dans la Dette, telle pourrait en effet être la devise de la nouvelle Europe.

Un biotope incestueux

Les hommes politiques d’Europe occidentale, et en particulier les dirigeants et les principaux ministres, passent beaucoup plus de temps entre eux que dans la compagnie de n’importe qui d’autre, sauf peut-être leurs plus proches conseillers et quelques lobbyistes influents. Cette situation crée un biotope incestueux dans lequel nos élus tournent trop souvent le dos aux possibilités d’accords politiques ainsi qu’aux intérêts de leurs électeurs ou de la population de leur pays.

Cela n’est pas sans conséquences. Il n’est que de voir l’impuissance dans laquelle ils se trouvent d’opposer aux exigences des lobbies bancaires les refus fermes et définitifs que celles-ci mériteraient pourtant. L’Union européenne, qui détermine sa politique sur la base de réunions informelles en petit comité et derrière des portes closes, porte atteinte aux principes du débat public, de la responsabilité démocratique et d’une façon générale à tous les principes moraux qui devraient gouverner l’exercice du pouvoir. Les responsable politiques français s‘adonnent à Bruxelles sans la moindre vergogne à la poursuite de leurs seuls intérêts nationaux pris au sens le plus étroit, ils se sentent comme chez eux dans la capitale de l’UE, et pas seulement d’un simple point de vue linguistique. Au contraire de leurs collègues français, les responsables politiques allemands sont toujours obligés de se battre dès l‘abord pour ménager à leur pays un tant soit peu d’acceptation, de tolérance ou d’encouragement pour la défense de ses intérêts : et dans ces matchs à l’extérieur ils finissent toujours roulés, ne se sentant d’ailleurs que trop enclins, lors de ces navettes incessantes entre Berlin et Bruxelles, à sacrifier les intérêts vitaux de leur pays sur l’autel d’un problématique “plus grand bien européen”.

Conclaves de nuit à Bruxelles

Et tout ceci est dû à la crainte pathologique d’un isolement diplomatique, lequel, et quoi qu’on fasse, continuera toujours, à la crainte pathologique des allusions historiques récurrentes, à la crainte pathologique enfin du rôle de Mauvais et d’Ennemi sans cesse réassigné à l’Allemagne. Tel le vampire qui, devant la croix faiblit et tremble, prend peur et s’incline, tel est l’Allemand, dès lors que qui que ce soit, et si peu que ce soit, évoque la croix gammée.

all-3
Les spectateurs silencieux de la victoire : Joachim Sauer l’époux de Merkel, Thomas de Maizière et la chef de cabinet de Merkel, Beate Baumann

Et si même les conjurations des conclaves nocturnes de Bruxelles, conjurations pour l’unité, pour l’union et pour l’unification de l’Europe, ne suffisaient pas à contraindre la Chancelière à accepter L’Union des Dettes, eh bien d’autres y parviendront toujours : j’ai nommé la Très Peu Sainte Trinité des banquiers centraux au bras long, des gouvernements surendettés et des plus influentes institutions financières. Ce triumvirat oligarchique qui, en dépit des alternances mises en scène sur les écrans de nos télévisions soi-disant démocratiques, ne cesse jamais de tenir fermement entre ses mains le sceptre du pouvoir, a bien su s’accorder après 2008 pour que le capitalisme-casino ne soit pas réellement stoppé, mais qu’au contraire les dettes accumulées par les banques, dont les montants défiaient déjà l’imagination, soient mutualisées et en fin de compte réattribuées aux contribuables et aux épargnants.

Car c’était la seule façon d’éviter des répudiations de dettes, des faillites bancaires, des coupes dans les bonus payés aux traders des banques et des hedge funds. En d’autre termes, c’était la seule façon de maintenir l’intouchabilité des profits de l’industrie financière, et, à grand renforts de paradis fiscaux et de magie comptable, de maintenir ces profits privatisés.

Faiblesse de Merkel sur la scène internationale

Angela Merkel, dont la sensibilité politique et la compétence sont sans comparaison sur la scène nationale, ne semble pas atteindre, sur le terrain de la diplomatie et des intrigues internationales, au même niveau de sensibilité, de connaissance de la nature humaine et de sûreté de jugement. Pour ce qui est des affaires internes à l’Allemagne, personne ne lui arrive à la cheville, mais s’agit-il d’affaires internationales, rien ne va plus. Pour ce qui est des affaires intérieures à l’Allemagne, on l’a vue pendant plus de quinze ans débarquer méthodiquement, patiemment et avec une maîtrise souveraine, chaque rival potentiel, l’un après l’autre. Mais sur la scène de Bruxelles, c’est par contre elle qui est régulièrement jouée par de meilleurs joueurs et qui doit abandonner les unes après les autres les positions qu’elle pensait défendre.

Cela est devenu particulièrement apparent en juin 2012, lorsque Hollande et Monti pressèrent la Chancelière, pendant une conférence de presse donnée à une heure très tardive et, l’effet de surprise aidant, la contraignirent, ou à peu près, à dire oui à la possibilité d’utiliser le MES, dont la machinerie venait tout juste d’être créée, à des tâches pour lesquelles il n’avait aucunement été prévu : le sauvetage de banques privées dans les Etats de la périphérie, voire de banques françaises. Moins de deux mois plus tard, le représentant des intérêts de Goldman Sachs à la BCE [Mario Draghi – Ndt] la convainquait par des arguties jésuitiques à donner son blanc-seing à l’OMT [Les « Outright Monetary Transactions », rendues en français par « Operations Monétaires sur Titres », désignent un mécanisme que la BCE s’est donné pour racheter des titres obligataires en quantité illimitées (ex ante). Le projet a été annoncé en septembre 2012 et constitue la concrétisation de la déclaration d’intention du discours du 26 juillet 2012 prononcé à Londres par Draghi. L’OMT fait l’objet d’une plainte auprès du Tribunal constitutionnel allemand pour inconstitutionnalité, plainte déposée par diverses organisations allemandes. Le verdict n’a pas été prononcé à ce jour. – Ndt], son projet de rachat d’obligations d’Etat en quantités illimitées : ce n‘était que de cette façon qu’il était encore possible de dissimuler au grand public l’immensité des coûts qui allaient devoir être supportés par l’Allemagne, dans le cadre d’une Union des Dettes d’ores et déjà entrée, dans les faits, en vigueur.

“Que la volonté de Draghi soit faite”

Après que la BCE aura racheté une masse critique d’emprunts d’Etat, les pays bénéficiaires pourront-ils être amenés à tenir les promesses de vertu et de rigueur qu’ils auront dû pour cela consentir ? Les hiérarques de Bruxelles et de la BCE y croient tout autant que les gamins d’aujourd’hui croient que leur petite sœur a été amenée par une cigogne.

Voici quelques années, lorsqu’un des principaux quotidiens allemands s’était mis à enquêter sur l’éventuelle implication de Draghi dans l’affaire des swaps de devise avec la Grèce, grâce à laquelle cette dernière a pu se faufiler dans la zone euro, ce quotidien reçut un appel des plus inamicaux, lui enjoignant de cesser sur le champ cette enquête. Le même “conseil” valait pour l’implication de Draghi dans d‘autres affaires remontant aux années quatre-vingt-dix, du temps où il était directeur général au ministère des finances italien, s’occupant des privatisations, fonction dans laquelle il aurait encouru le reproche d’avoir sous-estimé la valeur de biens d’Etat à privatiser auprès d’investisseurs internationaux et de banques.

Le nouveau Méphistophélès

Avec son background de banquier d’affaires, acquis tant chez Goldman Sachs que durant de nombreuses années dans les corridors labyrinthiques du pouvoir romain, Mario Draghi, à l’éternel sourire sardonique, incarne l’antithèse exacte de ces qualités de solidité et d’intégrité conservatrice que les citoyens ouest-allemands de l’immédiat après-guerre avaient appris à attendre de la Bundesbank et de son président. Cette circonstance que le gouvernement et Draghi s’entendent comme larrons en foire – Draghi, que le Président de la Bundesbank, Weidmann, a comparé en termes à peine voilés au personnage de Méphistophélès, faux-monnayeur de l’Empereur dans le Faust II de Goethe [L’auteur fait référence à un discours de Weidmann, tenu en allemand et non traduit par elle en anglais. Le texte se trouve sur le site de cette institution sous le lien http://www.bundesbank.de/Redaktion/DE/Reden/2012/2012_09_18_weidmann_begruessungsrede.html – Ndt] – met en lumière peut-être plus qu’aucune autre, la persistance de deux des aspects les plus regrettables de la politique étrangère allemande, et ce, même sous un gouvernement Merkel : la méconnaissance de la nature humaine et la naïveté politique.

C’est ainsi qu’il semblerait que soixante-dix ans après la cessation des hostilités, la République Fédérale n’ait toujours pas retrouvé l’entièreté de sa souveraineté politique, c’est-à-dire la liberté de défendre ses intérêts nationaux propres, dans le respect de l’opinion de la majorité de sa population et des contraintes du droit international, et d’appuyer cette défense de tout son poids politique et économique.

De même, le pays apparaît comme tout au plus partiellement démocratisé, en ceci au moins que le gouvernement répugne toujours à tenir compte de l’avis de sa propre population pour ce qui est des choix économiques et politiques les plus décisifs. Cela est parfois fort bien compris des observateurs étrangers les plus expérimentés, citons à cet égard l’ancien Premier Ministre britannique Tony Blair. Moyennant la perception d’un salaire assez considérable, Blair a été à même de rassurer ses amis des banques d’investissement et des hedge funds [Il s’agit ici, selon Wikipedia, de JP Morgan et de Zurich Financial. – Ndt] sur le fait que le gouvernement fédéral allemand allait faire tout son possible pour sauver l’euro, conformément à la fameuse déclaration [du 26 juillet 2012 – Ndt] de Draghi, et que ce gouvernement allemand le ferait fut-ce au détriment de son propre pays, et malgré le scepticisme sa propre population.

Que le représentant des intérêts de Goldman Sachs à la tête de la BCE en vienne à demander un adoucissement des mesures d’austérité [pour les pays de la périphérie – Ndt] ou bien encore la mutualisation au niveau de la zone euro des garanties interbancaires, c’est-à-dire en fin de compte la construction d’une union des dettes, Berlin ne lui opposera pas de fin de non-recevoir. Angela Merkel est réélue pour quatre ans, le Belzébuth aux commandes de la BCE peut, d’après les statuts de cette institution, rester en place au moins six ans, une place qu’il doit en particulier à un feu vert du gouvernement allemand. Sa volonté sera faite, plus dans l’intérêt d’une internationale financière ploutocrate que dans celui du bien des peuples européens.

Geolitico

(Article traduit de l’allemand par notre lecteur @JoeLeTaxi, que nous remercions vivement de ce travail. – Fortune)


Publicité

Laissez un commentaire

*