Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le Moment le Plus Dangereux pour L’Humanité: La piscine de combustible à l’unité 4

Le Moment le Plus Dangereux pour L’Humanité: La piscine de combustible à l’unité 4

gentil-nucleaire

La communauté internationale doit désormais prendre en main Fukushima

Nous sommes désormais à deux mois de ce qui pourrait être le moment le plus périlleux de l’humanité depuis la crise des missiles de Cuba.

Il n’y a aucune excuse pour ne pas agir. Toutes les ressources que notre espèce peut rassembler doivent être focalisées à la piscine de combustible des l’unité 4 de Fukushima.

Le propriétaire de Fukushima, Tokyo Electric (Tepco), a déclaré que dans 60 jours il va essayer de retirer plus de 1300 barres de combustibles usées d’une piscine méchamment endommagée perchées à plus de 30 mètres dans l’air. La piscine se tient sur une structure sévèrement affaiblie qui bascule, s’enfonce et pourrait tomber facilement lors du prochain tremblement de terre, si elle ne le fait pas elle même.

La seule chose certaine à propos de cette crise est que Tepco n’a pas les ressources scientifiques, financières, et les ingénieurs pour s’en occuper. Tout comme le gouvernement Japonais. La situation demande un effort mondial coordonné des meilleurs scientifiques et ingénieurs que notre espèce peut rassembler.

Pourquoi cela est si sérieux ?

Nous savons déjà que des milliers de tonnes d’eau hautement contaminées s’écoulent du site de Fukushima, portant avec elles la potion maléfique d’isotopes empoisonnés à la vie longue dans le Pacifique. Du thon irradié par les retombées retracées à Fukushima a déjà été attrapé le long de la côte Californienne. Nous pouvons nous attendre à bien pire.

Tepco continue de verser de l’eau à proximité du site des trois coeurs des réacteurs fondus qu’il doit en quelque sorte garder froid. Des plumes de fumée indiquent que la fission peut avoir lieu quelque part sous terre. Mais personne ne sait exactement ou sont actuellement ces coeurs.

Beaucoup de cette eau irradiée est contenue dans environ mille containers énormes mais fragiles qui ont vite été rassemblés et ont été parsemés autour du site. La plupart présentent déjà des fuites. Tout pourrait être détruit lors du prochain tremblement de Terre, relâchant des milliers de tonnes de poison permanent dans le Pacifique.

L’eau s’écoulant à travers le site sape également les restes de structures à Fukushima, y compris celles soutenant la piscine de combustible de l’Unité 4.

Plus de 6 000 assemblages de combustible siègent désormais dans une piscine commune à seulement 50 mètres de l’unité quatre. Certains contiennent du plutonium. La piscine n’a pas de confinement au-dessus. Elle est vulnérable à la perte de liquide de refroidissement, l’effondrement d’un immeuble voisin, un autre tremblement de terre, tsunami et bien d’autre.

En tout, plus de 11 000 assemblages de combustible sont éparpillés autour du site de Fukushima. D’après un expert de longue date et ancien responsable du Ministère de l’Energie, il y a 85 fois plus de césium mortel sur le site que ce qui a été relâché à Tchernobyl.

Des zones radioactives très fréquentées continuent d’être trouvées aux alentours du Japon. Il y a des indications de taux accrus de ravage de la thyroïde chez les enfants des pays.

Tout cela pour dire que si ces barres de combustible doivent d’une certaine manière être retirées en sécurité de la piscine de combustible de l’unité 4 le plus vite possible.

Juste avant le tremblement de terre du 11 Mars 2011 et le tsunami qui a envahit le site de Fukushima, le coeur de l’unité quatre a été retiré pour l’entretien de routine et de ravitaillement. Comme une vingtaine de réacteurs aux Etats-Unis et aussi beaucoup d’autres à travers le monde, la piscine conçue par General Electric dans laquelle ce noyau se situe maintenant à 30 mètres dans les airs.

Du combustible usagé doit quelque part être gardé sous l’eau. Il est vêtu d’alliage de zirconium qui s’enflamme spontanément quand il est exposé à l’air. Longtemps utilisé dans les ampoules flash pour les appareils photo, le zirconium brûle avec une flamme chaude extrêmement lumineuse.

Chaque barre à l’air libre émet un rayonnement suffisant pour tuer quelqu’un debout à proximité en quelques minutes. Un incendie pourrait forcer tout le personnel à quitter le site et rendre inutilisables les machines électroniques.

D’après Arnie Gundersen, une ingénieur dans le nucléaire pendant quarante ans dans une industrie dans laquelle elle a une fois produit des barres de combustible, celles de l’unité 4 sont courbées, endommagées et fragilisées au point de s’effriter. Les caméras ont montré des quantités alarmantes de débris dans la piscine de combustible, qui elle-même est endommagée.

Les barrières scientifiques et de l’ingénierie de vider la piscine de combustible de l’unité quatre sont uniques et ardues, a dit Gundersen. Mais cela doit être fait à 100% à la perfection.

Si la tentative venait à foirer, les barres seront exposées à l’air et prendront feu, relâchant des quantités horrifiques de radiation dans l’atmosphère. Si la piscine venait à s’effondrer au sol, poussant les barres à s’empiler ensemble et qui pourraient fusionner et potentiellement exploser. Le résultat étant un nuage radioactif qui menacerait la santé et la sécurité de chacun d’entre nous.

Les premières retombées de la catastrophe de Tchernobyl en 1986 ont mis dix jours à atteindre la Californie. Celles de Fukushima sont arrivées en moins d’une semaine. Un nouveau feu de combustible à l’unité 4 projetterait un flot perpétuel de poisons radioactifs mortel pendant des siècles.

L’ex Ambassadeur Mitsuhei Murata dit que des propagations à grande échelle de Fukushima « détruiraient l’environnement mondial et notre civilisation. Ce n’est pas sorcier, ni se connecter au débat pugilistique sur les centrales nucléaires. C’est une question de survie de l’humanité ».

Ni Tokyo Electric ni le gouvernement du Japon ne peuvent y aller en étant si seul. Il n’y aucune excuse pour ne pas déployer rien de moins qu’une équipe coordonnée des meilleurs ingénieurs et scientifiques de la planète.

Nous avons plus ou moins deux mois pour agir.

Pour maintenant, nous faisons une pétition pour que les Nations Unies et le Président Obama mobilisent les communautés scientifique et en ingénierie à s’occuper de Fukushima et à déplacer ces barres de combustibles en sécurité.

Vous pouvez signer la pétition ici: http://www.nukefree.org/crisis-fukushima-4-petition-un-us-global-response

Si vous avez une meilleure idée, alors suivez là. Mais faites quelque chose et faites le maintenant.

Source : GlobalResearch.ca [Traduction personnelle du webmaster]

Publié le 24 septembre, 2013 dans Apocalypse, Catastrophes Ecologiques, Ecologie & Nature, Japon, Monde.

Publicité

Laissez un commentaire

*