Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

À bas l’information en uniforme

À bas l’information en uniforme

On se souvient du mal que fit à la crédibilité médiatique l’épisode du référendum constitutionnel européen : 90 % des grands médias pour le oui, mais 55 % des Français votant non. Une info uniforme provoquant une rébellion dans les urnes. Un pilonnage quasi soviétique engendrant un rejet parfois irrationnel. Un seul son de cloche, ce qui fit apparaître ceux qui l’émettaient effectivement comme des cloches.

staline-tele

Rebelote ? Une minorité de Français seulement est favorable à une intervention militaire en Syrie. Aux Etats-Unis, l’opposition est massive. En Grande-Bretagne, l’opinion est hostile.

Or, pendant plusieurs jours, en France, les médias audiovisuels nous ont hululé le même cantique. Plusieurs tambours, une seule baguette.

Drôle de polyphonie que celle où tous les choristes revêtent l’uniforme pour entonner «tiens, voilà du boudin». En août, on a fait trempette, en septembre on fait trompette. Pendant une semaine, des antennes embarquées enquillèrent les mercuriales équarries des Fabius, Kouchner, BHL, «M. Patati» et «Mme Patata». Comme si les bourrages de crânes suffisaient à bourrer les urnes.

Et puis, soudain, l’autre jeudi, de plus en plus de voix divergentes se sont fait entendre. On était au bord du gouffre. Attention, danger ! Il était temps… Quant à François Hollande, qui était parti sabre au clair – «On va les punir !» -, il se retourna… et constata que ses alliés, eux, avaient des pudeurs.

Va-t-on, malgré tout, se payer une petite guerre ? C’est, hélas, classique quand des socialistes sont au pouvoir. Un socialiste indépendant, Viviani, l’était en 1914. Un socialiste dépendant, Guy Mollet, l’était en 1956, quand nos troupes débarquèrent à Suez avec le succès que l’on sait. En revanche, quand il s’est agi de soutenir la république espagnole en proie à une agression fasciste, ou de refuser la honte des accords de Munich dont seul Hitler pouvait se réjouir, la gauche était là… mais pas les socialistes.

Dira-t-on plus tard que là où Jacques Chirac sauva l’honneur, Hollande le brada au Qatar ?

Oui, face à la crapulerie assadienne confrontée à la crapulerie jihadiste, on a le droit d’être favorable à une intervention en Syrie. Ceux qui le préconisent ne sont pas méprisables. Mais ceux, en revanche, qui se satisfont d’une information aux ordres, normalisée et uniformisée, eux, le sont. Partez en croisade si ça vous chante et enchante, mais arrêtez de mentir.

Marianne

Publié le 17 septembre, 2013 dans Actualité, France, François Hollande, Société & Culture, Télévision.

Publicité

Laissez un commentaire

*