Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

« Mes dernières paroles » – Le discours d’Adieu de Salvador Allende, le 11 Septembre 1973

« Mes dernières paroles » – Le discours d’Adieu de Salvador Allende, le 11 Septembre 1973

Le 11 septembre 1973, quelques minutes avant la prise du palais de la Moneda, la résidence présidentielle du Chili, le président Allende s’adressa à la nation chilienne sur les ondes de Radio Magellanes pour un discours d’adieu.

La qualité de l’enregistrement est médiocre. Surimposés aux paroles du président chilien on entend des bruits de fond : des voix angoissées et agitées, ainsi que des bruits d’explosion et de fusils automatiques. La retransmission se déroule dans le chaos général alors que les chars entourent déjà le palais présidentiel.

Salvador Allende parle de sacrifice, de loyauté vis-à-vis du peuple, de dignité, de son amour du Chili et de la fierté des réformes sociales importantes qu’il a entreprises pendant ses trois années de présidence. Il vilipende la traîtrise des militaires ; des hommes qu’il a souvent nommés et qui se sont retournés contre lui. Ce document sonore est extraordinaire : Allende parle de lui au passé. Il a déjà intériorisé l’acte ultime qu’il s’apprête à commettre : son suicide.

Cette photographie est la dernière qui ait été prise dans le palais de la Moneda, le 11 septembre 1973. Allende a la tête recouverte d’un casque de combat et porte en bandoulière une kalachnikov ; un modèle soviétique que lui avait offert son ami Fidel Castro. Cette ultime photographie d’Allende est transmise plusieurs mois après le coup d’État à Marvin Howe, le correspondant du New York Times en Amérique latine. Le quotidien new yorkais la reproduit bientôt en première page, lui conférant un statut mythologique. C’est en février 2007 que l’on révèle l’identité du photographe. Il s’agit d’Orlando Lagos Vásquez, l’un des photographes officiels d’Allende, qui vient de mourir quelques mois auparavant à l’âge de 94 ans.

Le JDS


Publicité

Laissez un commentaire

*