Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’Égypte annonce la composition de la Constituante

L’Égypte annonce la composition de la Constituante

[Le gouvernement soutenu par l’armée égyptienne a dévoilé dimanche une assemblée constituante presque dépourvue d’islamistes, et lui a donné 60 jours pour examiner les modifications qui pourraient effacer les articles islamiques apportés par les Frères musulmans et les partis islamistes les plus extrémistes.]

Le président égyptien par intérim Adly Mansour a annoncé hier la composition du comité des 50 chargé de réviser la Constitution, principalement formé de membres des courants libéraux et de gauche. La révision de la Constitution, adoptée en décembre 2012 par référendum, est l’un des principaux chantiers prévus par la feuille de route présentée par l’armée lors de la destitution du président islamiste Mohammad Morsi. Les travaux préparatoires de cette Loi fondamentale, sous la présidence Morsi, avaient été houleux. L’opposition et les représentants de l’Église chrétienne copte s’étaient retirés de la commission chargée de préparer le projet, invoquant la domination des délégués islamistes.

Le porte-parole de la présidence par intérim, Ehab al-Badaoui, a annoncé lors d’une conférence de presse au Caire les noms des 50 membres, parmi lesquels figurent deux figures de l’islam politique égyptien : l’intellectuel Kamel al-Helbaoui, ancien dirigeant des Frères musulmans, et Bassem al-Zarqa, vice-président du parti salafiste al-Nour. Contrairement aux autres courants islamistes, dont la principale force reste les Frères musulmans, al-Nour s’était placé aux côtés de l’armée le 3 juillet et avait annoncé vouloir participer à la transition politique régie par la feuille de route. Les institutions religieuses du pays sont également représentées dans ce comité des 50, avec quatre membres issus des instances musulmanes, dont al-Azhar, plus haute autorité de l’islam sunnite, et trois représentants des trois Églises d’Égypte. Le mouvement Tamarrod, à l’origine des manifestations monstres réclamant le départ de M. Morsi le 30 juin, a deux représentants, tandis que les habitants du Sinaï en ont un, de même que les Nubiens, dans le sud du pays. L’ex-candidat à la présidentielle Amr Moussa participera également aux travaux de révision de la Constitution, de même que des représentants de l’armée, de la police, des syndicats, des étudiants, de la société civile, des femmes et de l’important secteur du tourisme.

De leur côté, les Frères musulmans, qui considèrent comme « illégitimes » les nouvelles autorités, ont refusé de participer à la transition. À leur lettre au Parti de la liberté et de la justice, bras politique de la confrérie, l’invitant à rejoindre le comité, les autorités n’ont eu aucune réponse.

C’est sur les propositions d’un premier comité de dix personnes – quatre professeurs d’université et six magistrats – qui avait préparé des amendements à la Loi fondamentale que planchera ainsi le comité des 50. Il dispose de 60 jours pour remettre la version finale de la Constitution amendée au président par intérim. Ce dernier a alors 30 jours pour annoncer la date d’un référendum. (…)

L’Orient le jour

Publié le 2 septembre, 2013 dans Egypte, Islam, Politique & Loi.

Publicité

Laissez un commentaire

*