Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Des documents fuités révèlent que les Etats-Unis voient Israël comme une menace d’espionnage

Des documents fuités révèlent que les Etats-Unis voient Israël comme une menace d’espionnage

L’administration Obama voit Israël comme l’une des menaces les plus importantes de l’espionnage faisant face à ses services de renseignement, révèle des documents budgétaires fuités.

Une demande secrète budgétaire obtenue par le Washington Post par l’ancien entrepreneur de la NSA Edward Snowden met Israël aux côtés des ennemis des Etats-Unis comme l’Iran et Cuba en tant que «cibles clés» pour les efforts du contre-espionnage américain. Le document suggère qu’Israël ne croit pas aux assurances américaines que ses intérêts sont alignés avec ceux d’Israël sur des questions cruciales comme l’Iran et les pourparlers de paix avec les Palestiniens.

« Pour protéger davantage nos réseaux classifiés, nous continuons à renforcer les capacités de détection des menaces d’infiltrés dans la Communauté, » nous raconte le FY 2013, la justification du budget par le congrès des programmes de renseignement. « En outre, nous investissons dans la surveillance de cibles et le CI [contre-espionnage] offensif contre des cibles clés, telles que la Chine, la Russie, l’Iran, Israël, le Pakistan et Cuba. »

La Maison Blanche et l’ambassade d’Israël n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Les révélations n’ont rien de surprenant pour Paul Pillar de l’Université de Georgetown, qui a pris sa retraite en tant qu’officier du renseignement national pour le Proche-Orient en 1995 après une carrière de 28 ans dans le renseignement américain. L’espionnage israélien, a t-il dit, est resté une menace majeure depuis que le citoyen américain Jonathan Pollard a été condamné à vie en 1987 dans une affaire d’espionnage massif qui a fortement aggravé les relations entre les deux pays.

« Israël doit être assumé qu’elle continue à lancer des opérations agressives de collecte de renseignements contre les Etats-Unis« , a déclaré Pillar. Alors que beaucoup d’informations sont collectées grâce à des contacts politiques traditionnelles, « Personnellement, je n’ai aucun doute que cela est alimenté par tous les moyens qu’ils peuvent utiliser pour en savoir autant que possible sur ce que nous faisons, pensons, décidons sur quelque chose d’intéressant à Israël, qui inclurait n’importe quel sujet du Moyen-Orient. »

Les enjeux de la construction continue de colonies israéliennes et un vif intérêt de Barack Obama pour parvenir à un terme négocié afin d’éviter une confrontation avec l’Iran en rapport à son programme nucléaire, nous dit Pillar, sont deux questions où les intérêts américains et israéliens « divergent certainement », a t-il dit. L’espionnage, dit-il, pourrait donner des « indicateurs d’alerte » à Israël avant n’importe quelles décisions publiques, et permettre au pays de mettre sa « machine politique en action » et amener les États-Unis à reconsidérer.

« Si j’étais dans les souliers de Netanyahu [Premier Ministre] et si j’avais ses perspectives, » nous dit Pillar, « Je ne ménagerais aucun effort d’essayer de rassembler tous les morceaux d’intelligence que je pourrai, en secret, ainsi qu’ouvertement. »

Il a déclaré que les révélations publiques n’auront pas d’incidence sur les relations américano-israéliennes.

« Tout est éclipsé par les réalités politiques« , a déclaré Pillar. « Ne vous attendez pas à une déclaration de la Maison Blanche, du secrétaire à la presse demain qui dit: « Oh mon dieu, nous sommes vraiment en colère contre les Israéliens pour essayer de nous espionner. Vous n’allez jamais entendre quelque chose comme ça, parce que politiquement, il est dangereux pour pratiquement n’importe quel politicien américain – et certainement pour une administration américain sortante – de souligner … la divergence des intérêts américains et israéliens« .

The Hill


Publicité

Laissez un commentaire

*