Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Syrie : Les chrétiens et d’autres minorités craignent un ‘nettoyage ethnique’

Syrie : Les chrétiens et d’autres minorités craignent un ‘nettoyage ethnique’

DAMAS, Syrie – C’est un vendredi soir d’une chaleur étouffante et les rues illuminées du quartier principalement chrétien de Kasaa palpitent des rythmes de la musique et des rires des dizaines de jeunes hommes et femmes qui se promènent ou s’assoient dans les cafés plein air en sirotant de la bière ou des boissons gazeuses.

C’est ainsi, jusqu’à ce que grondent deux explosions de mortier 82. La musique s’arrête, les magasins ferment leurs volets, les rues se vident.

Bienvenue à Damas.

Les rebelles syriens, qui pour la plupart sont des musulmans sunnites, ont bombardé à plusieurs reprises des quartiers chrétiens de la ville, y compris Kasaa, avec ses larges avenues, ses immeubles et ses parcs verdoyants. L’opposition armée syrienne libre affirme qu’elle ne frappe que les objectifs du gouvernement, mais le pilonnage constant du quartier civil suggère le contraire.

Au cours de l’année dernière, beaucoup de chrétiens ont fui le quartier, sont passés dans d’autres quartiers de la capitale ou au pays voisins du Liban. Ceux qui restent racontent qu’ils craignent que les rebelles visent à accomplir un « nettoyage ethnique » – la politique d’élimination de groupes ethniques ou religieux non désirés par la terreur qui a acquis une notoriété internationale lors de la guerre de Bosnie il y a 20 ans.

Beaucoup de chrétiens syriens disent qu’ils craignent devenir victimes du même genre de violence anti-chrétienne qui a été le produit de l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Cette persécution, qu’on appelle ici la «solution américaine», a provoqué un exode massif – il y avait 1,5 million de chrétiens qui vivaient en Irak en 2000, moins de 300.000 subsistent aujourd’hui.

« Les terroristes essaient de pousser les chrétiens hors de cette zone« , a déclaré Isan Bahri, le propriétaire de 44 ans d’un atelier de mécanique à Kasaa dans le quartier Est de Damas que les rebelles ont essayé de capturer. « Ils ne tirent pas sur l’armée, ils visent intentionnellement des civils. »

Les attaques rentrent dans un modèle émergent où les combattants de l’Armée Syrienne Libre, et d’autres éléments djihadistes, ont ciblé des membres civils de divers groupes minoritaires de la Syrie – principalement les Alaouites qui ont traditionnellement soutenu le gouvernement du président Bachar al-Assad, lui-même un alaouite. Mais d’autres groupes, y compris les Kurdes, les Druzes et les chrétiens, qui, avec les Alaouites représentent un quart des 22,5 millions d’habitants de la Syrie, sont également considérées comme favorables au gouvernement laïc et donc considérés comme des ennemis. Cette semaine, quelque 30.000 Kurdes syriens ont fui dans la région du Kurdistan de l’Irak en disant qu’ils ont été tués par les djihadistes ciblant la minorité.

Ce qui semble être une campagne délibérée contre ces groupes pose de graves dilemmes pour l’administration Obama et les pays européens comme la Grande Bretagne et la France, qui ont prévu de soutenir les forces pro-démocratie en fournissant des armes sophistiquées. Ils sont déjà aux prises avec le problème de savoir comment faire en sorte que ces armes ne se retrouvent pas dans les mains de Jabhat al-Nusra – le groupe d’Al-Qaida affilié qui a émergé comme le groupe le plus efficace et capable des forces rebelles – et l’augmentation des attaques contre les minorités par les insurgés crée un dilemme supplémentaire.

Bien que de nombreux membres de groupes ethniques et sectaires de la Syrie sont en fait laïques, environ les trois quarts de la population sont nominalement composés de musulmans sunnites. Les alaouites représentent environ 11 pour cent, les chrétiens de diverses confessions – y compris de l’orthodoxie grecque, l’orthodoxie syriaque, maronite, de catholique syriaque, catholique romain et catholique grec – représentent un autre 10 pour cent, et les druzes et les chiites représentent 3 pour cent et 2 pour cent, respectivement, au total.

Au début des troubles de la Syrie en Mars 2011 de nombreux membres des minorités, y compris les Alaouites, ont soutenu les appels à la réforme et plus de libertés politiques. Mais alors que le conflit s’intensifia, les rangs de l’opposition sont devenus de plus en plus dominés par les membres radicalisés de la majorité sunnite de la Syrie et des combattants jihadistes qui ont commencé à se joindre à la rébellion en grand nombre.

Aujourd’hui, le conflit s’est transformé en une guerre civile à part entière dans lequel plus de 100.000 personnes ont péris. Les unités les plus capables du côté des rebelles – le fer de lance de la lutte contre le gouvernement laïque – sont composés de militants islamistes, dont beaucoup ont combattu les forces américaines en Irak. Les militants aujourd’hui accusent les chrétiens d’être des partisans du régime d’Assad.

« Ils ont menacé de nous égorger« , a déclaré Bahri, un catholique romain. « J’aime mon pays, mais si cela signifie me faire abattre par des terroristes, ma femme et nos deux garçons, je préfère fuir au Liban. »

Ces anciennes communautés chrétiennes, parmi les plus anciennes au monde, ont généralement été protégées par les gouvernements syriens successifs, y compris Assad. Mais en fait la sécurité a été perdue lorsque des factions rebelles ont commencé à monter des attaques de plus en plus féroces contre eux dans tout le pays.

Le 17 août, des hommes armés rebelles ont abattu 11 chrétiens et blessé trois autres dans le centre de la Syrie, ont raconté des témoins et des militants des droits de l’homme. En Avril, deux évêques ont été enlevés dans les zones tenues par les rebelles et un prêtre jésuite italien, le Père Paolo Dall’Oglio, a disparu le mois dernier lors d’un voyage à la ville du nord tenue par les rebelles de Raqqa.

Un grand nombre d’autres minorités ont également souffert aux mains des rebelles appartenant à al-Nusrah. Cette semaine, quelque 30.000 Kurdes ont fui à travers la frontière nord de la Syrie en Irak pour échapper aux affrontements entre les radicaux et les milices kurdes.

Lorsque les insurgés occupaient le centre ville stratégique de Qusair en 2012, environ 7.000 catholiques ont été chassés et leurs maisons ont été pillées, a dit Fadia Laham, mère supérieure d’un couvent au nord de Damas appartenant à l’Ordre catholique grec de l’Unité d’Antioche.

Un autre 200.000 chrétiens ont fui le nord de la ville d’Alep, dit-elle. Beaucoup sont partis à Damas, au Liban, ou certains pays occidentaux où les chrétiens de Syrie ont tendance à s’intégrer plus facilement que les musulmans.

« Les gens qui sont prêts à rester avec le statu quo et qui soutiennent une Syrie laïque sous le régime d’Assad auront des problèmes avec l’Armée Syrienne Libre, pas de questions à ce sujet« , a déclaré Rami Khouri, directeur d’un institut de politique à l’Université américaine de Beyrouth .

Laham a déclaré que les rebelles avaient commis des « actes odieux » contre les chrétiens, y compris des décapitations, des viols et des meurtres de femmes enceintes.

« L’objectif de ces actes barbares est de favoriser les haines sectaires et ainsi déstabiliser la Syrie« , a t-elle dit, expliquant que, bien que les chrétiens ne soutiennent pas le gouvernement d’Assad, ils sont en faveur de l’Etat syrien et de l’unité du pays.

La quasi-totalité des 50.000 chrétiens dans la ville déchirée par les conflits de Homs ont fui la violence et la persécution par des « fanatiques » ayant des liens avec Al-Qaida, a rapporté Catholic News Agency. Et l’Aide de charité catholique à l’Eglise en Détresse a déclaré que les groupes de militants liés à Al-Qaida « menaient un nettoyage ethnique » des chrétiens dans la région centrale de la Syrie.

« Les Etats-Unis nous ont trompé quand la mort d’Oussama Ben Laden signifiait la mort d’Al-Qaida« , a déclaré Mata el-Khouri, un évêque de l’Eglise orthodoxe syrienne. « Ils sont plus actifs que jamais. Quant à savoir ce qu’ils feraient pour les chrétiens (si ils arrivent au pouvoir), la réponse est claire. »

Stars and Stripes


Publicité

Laissez un commentaire

*