Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le « New York Times » hackés par SyrianElectronicArmy

Le « New York Times » hackés par SyrianElectronicArmy

Dans la nuit du mardi 27 juillet, le site du « New York Times » et Twitter ont été ciblés par une attaque de la « Syrian Electronic Army », un réseau de pirates pro-Assad, qui a l’habitude de pirater les sites de médias étrangers. (…)

sea-hack-tweet

Dans la nuit du 27 au 28 août, des pirates syriens connus sous le nom de Syrian Electronic Army (SEA) ont pris le contrôle du site du « New York Times ». Le quotidien américain a alors été contraint de relayer ses informations via Twitter, tandis que les hackers s’accaparaient également le nom de domaine du site de micro-blogging. (…)

Par le passé, ces derniers auraient déjà piraté ou attaqué par déni de service les sites de la BBC News, le compte Twitter de l’Associated Press, du National Public Radio, d’Al Jazeera, du « Financial Times », du « Daily Telegraph », du « Washington Post » – en tout, 122 sites auraient été ciblés par le groupe. À plusieurs reprises, des spams ont également pollué les pages de Barack Obama ou de Nicolas Sarkozy alors qu’il était toujours en mandat.

Le piratage du New York Times ne semble a priori pas avoir de conséquences militaires concrètes : aucun civil n’a perdu la vie, aucun soldat n’a été tué, aucun navire de guerre n’a été saboté. L’impact sur l’intervention occidentale à venir n’en est pas moins important. Cette opération, médiatique à souhait, rappelle que Damas dispose d’un vaste panel d’armes variées, voire avancées. Elle démontre aussi que le régime peut encore atteindre les États-Unis, au moins dans le domaine de la cyberguerre.

Il s’agit d’une réponse violente à la posture diplomatique du bloc occidental, susceptible de secouer l’opinion et de faire hésiter, voire reculer, certains États déjà peu enclins à la guerre. Il s’agit surtout d’un message, relayé par un groupe de pirates supposément indépendants : « Vous voulez faire la guerre ? Très bien, nous sommes prêts. » (…)

Nouvel Obs

Publié le 28 août, 2013 dans Conflits & Guerres, Cyber Guerre, Etats-Unis, Monde, Syrie.

Publicité

Laissez un commentaire

*