Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Hans Blix: Qu’Obama soit en Syrie ou Bush en Irak, les Etats-Unis ne sont pas la police du monde

Hans Blix: Qu’Obama soit en Syrie ou Bush en Irak, les Etats-Unis ne sont pas la police du monde

[Extraits de l’interview d’Hans Blix par Global Viewpoint Network relayée par l’Huffington Post]

Hans Blix était le chef des inspections des armements de l’ONU en Irak de 2000 à 2003. Il était aussi le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de 1981 à 1997 et ministre suédois des Affaires étrangères (1978-1979). Il a parlé avec l’éditeur de Global Viewpoint Network Nathan Gardels le lundi 26 Août.

(…) Gardels : Un écho de l’Irak sous le Président Bush ?

Blix : D’une certaine manière, oui. A l’époque, aussi, les Américains et leurs alliés avaient demandé des inspections pour des armes de destruction massive. A l’époque, aussi, ils disaient, « Oubliez tout cela, nous avons suffisamment d’évidence pour passer à l’action. Nous sommes la police du monde. Nos publics demandent une action immédiate! »

Je n’avale pas la déclaration des Etats-Unis qu’il est « trop tard » pour que la Syrie coopère désormais. C’est une pauvre excuse pour lancer des actions militaires.

Seulement en Mars dernier, l’Occident était satisfait des inspections concernant l’utilisation d’armes chimiques. Pourquoi ne peuvent-ils pas encore attendre maintenant? En un mois, quand vous aurez des échantillons de tissus précis, nous saurons avec certitude exactement quel type d’armes chimiques ont été utilisées et qui possède de telles armes.

Gardels : Mais maintenant c’est Barack Obama, et non George Bush, qui prend le rôle de policier du monde ?

Blix : Oui. Il était le seul, il y a quelque temps, à avoir parlé de légalité internationale. J’ai été encouragé par cela. Mais maintenant, je crains que les politiques du moment ne le poussent dans une direction que nous avons vu auparavant aux États-Unis.

Le Premier ministre britannique David Cameron semble aussi ne pas beaucoup se soucier de la légalité internationale. Et cette fois ci les Français non plus.

Pour autant qu’ils sont tous concernés, un acte criminel a été commis alors maintenant ils doivent s’engager dans ce qu’ils appellent des «représailles». Je ne vois pas en quoi ils font des représailles. Les armes n’ont pas été utilisées contre eux. C’est plutôt les rebelles qui voudraient se venger.

Si le but est d’arrêter la violation du droit international et de maintenir le couvercle sur les autres avec des armes chimiques, l’action militaire sans d’abord attendre le rapport de l’inspecteur de l’ONU n’est pas la voie à suivre à ce sujet.

C’est à propos d’une police mondiale, pas d’une loi mondiale. (…)

Lire l’intégralité de l’article sur The Huffington Post (en anglais)

Publié le 28 août, 2013 dans Conflits & Guerres, Etats-Unis, Nouvel Ordre Mondial, ONU, Syrie.

Publicité

Laissez un commentaire

*