Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Les Français font appel aux chasseurs Américains car ils ne savent pas « comment chasser le loup »

Les Français font appel aux chasseurs Américains car ils ne savent pas « comment chasser le loup »

loup

RECRUTEMENT. « En France, personne ne sait chasser le loup ! », avait assené début juillet 2013 le préfet du Var, Laurent Cayrel, en rencontrant des éleveurs d’ovins. Pourquoi ne pas embaucher des chasseurs d’Amérique du nord ou d’Europe de l’est?

Cette remarque lui a valu tout l’été des candidatures de chasseurs brandissant une expérience étrangère… « J’ai mis les chasseurs dans une situation d’émulation », mais « l’idée est sérieuse », assure-t-il à l’AFP.

SITE MILITAIRE. Une battue avec 150 chasseurs a échoué sur l’énorme site militaire de Canjuers où se concentrent 80% des attaques. L’armée laisse brouter les ovins sur ses terres, où les tirs d’entraînements n’effarouchent aucunement les loups.

Le préfet déploiera une « nouvelle stratégie » début septembre 2013 en postant la nuit près des troupeaux des tireurs locaux équipés de fusils à lunette infrarouge. « Il n’y a pas de méthode absolue », prévient prudemment Laurent Cayrel, le comportement du loup s’avérant différent selon le relief ou les pratiques pastorales.

« ACCIDENTÉ ». « Les étrangers ne connaissent pas notre terrain très accidenté, ils ne seraient guère avantagés », estime Daniel Blanc, lieutenant en louveterie de Saint-Martin-de-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes voisines, aux portes du parc national du Mercantour. La profession millénaire de « louvetier » assiste bénévolement les fonctionnaires de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) qui supervisent les traques.

C’est d’abord dans le Mercantour que les loups sont revenus en France voici vingt ans en passant les cols d’Italie. Sur une trentaine de meutes françaises, six vivent dans les Alpes-Maritimes dont quatre dans le coeur protégé du parc national. « Le loup fait 30 km par jour », souligne Louis Bernard, responsable de l’ONCFS dans les Alpes-Maritimes.

L’expert américain Carter Niemeyer, artisan de la réintroduction du loup dans les Rocheuses, venu dans le Mercantour en 2006, « a conclu que les contreforts escarpés ne permettent pas de travailler sereinement comme dans une plaine américaine », note-t-il. (…)

Nouvel Obs

Publié le 24 août, 2013 dans Actualité, Animaux, Etats-Unis, France, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*