Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

États Gangsters : Etats-Unis et Grande-Bretagne

États Gangsters : Etats-Unis et Grande-Bretagne

Le 23 Juillet j’ai écrit au sujet des rôles inversés entre les Etats-Unis et l’URSS et comment les USA sont devenus le tyran qui terrifie le monde. Nous avons maintenant eu plus ample confirmation de ce fait. Ceci provient de deux actions extraordinaires de l’état marionnette de Washington: la Grande-Bretagne.

obey David Miranda, le compagnon du journaliste Glenn Greenwald, qui écrit sur l’espionnage illégal et inconstitutionnel de la National Stasi Agency, a été appréhendé, sans aucun doute sur ordre de Washington, par le gouvernement fantoche britannique dans la zone de transit international de l’aéroport de Londres. Miranda n’avait pas pénétré sur le sol britannique, mais fut néanmoins appréhendé par les autorités. Les marionnettes britanniques de Washington l’ont simplement kidnappé, menacé pendant 9 heures et volé son ordinateur, ses téléphones et tout son équipement électronique. Comme un arrogant officiel américain l’a dit aux médias: “Le but était d’envoyer un message clair.”

Vous vous rappelez qu’Edward Snowden fut coincé pour plusieurs semaines dans la zone de transit international de l’aéroport de Moscou. Le tyran Obama poussant abruptement le président russe Poutine pour qu’il viole la loi et kidnappe Snowden pour Obama. A l’encontre des Britanniques, qui furent jadis de fiers promoteurs de la loi, Poutine a refusé de placer les désirs de Washington au dessus de la loi et des droits de l’Homme.

La seconde violation extraordinaire s’est produite presque simultanément avec les autorités britanniques se rendant sur les lieux du quotidien The Guardian de Londres et détruisant illégalement les disques durs des ordinateurs (NdT: En fait les autorités étaient présentes et ont demandé que le journal leur remette les disques durs, le quotidien a alors pris la décision de détruire les disques plutôt que de les remettre aux autorités…) avec pour vaine intention d’empêcher le journal de continuer à rapporter plus avant les révélations de Snowden sur la collusion de haute criminalité entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Il est à la mode dans les gouvernements américains et britanniques entre sbires du système de parler de “l’état gangster de Russie”. Mais nous savons tous qui sont les gangsters. Les pires criminels de notre temps sont les gouvernements des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne. Tous deux sont dénués de toute intégrité, de tout honneur, de toute pitié, de toute humanité. Beaucoup de membres de ces deux gouvernements auraient fait de parfaits fonctionnaires dans les régimes de la Russie stalinienne ou de l’Allemagne nazie.

Ceci est particulièrement extraordinaire. Ce fut d’Angleterre qu’émergea la liberté. Il est vrai qu’en 1215, ce fut plus au sujet de la liberté des barons et de leurs droits sur les abus du roi, que de celle des communs. Mais une fois que le principe fut établi, il s’étendit à toute la société. Dès 1680, la révolution légale fut achevée. Le roi et le gouvernement furent sujets à la loi. Le roi et son gouvernement n’étaient plus au dessus de la loi, ils n’étaient plus la loi.

Dans les 13 colonies, les Anglais qui les habitaient héritèrent de cet avènement anglais. Quand le roi George et son gouvernement refusèrent aux colonies les droits de tous es Anglais, les colons se révoltèrent, ainsi naquirent les Etats-Unis d’Amérique (NdT: sur une terre volée ne l’oublions quand même jamais…).

Les descendants de ces colons vivent maintenant en Amérique où leurs protections constitutionnelles ont été renversées par un gouvernement tyrannique qui clame être au dessus de la loi. Ce fait n’a pas arrêté le gouvernement américain ou ses marionnettes de continuer à déguiser le crime de guerre de l’agression militaire avec le fourbe langage “d’amener la liberté et la démocratie”. Si les gouvernements d’Obama et Cameron étaient sur le banc des accusés au procès de Nüremberg, ils seraient condamnés dans leur totalité.

La question demeure: Y a t’il suffisamment de personnes à qui on a lavé le cerveau dans les deux pays pour maintenir le mythe anglo-américain que “la liberté et la démocratie” sont atteintes par les crimes de guerre ?

Nous ne sommes pas en manque de citoyens lobotomisés qui adorent qu’on leur dise qu’ils sont “indispensables” et “exceptionnels” et ont de ce fait tous les droits d’imposer leur volonté au monde. Il est difficile de discerner un espoir de regain de liberté parmi tous ces Américains qui n’en savent pas plus. Mais il y a quelques indications que les Britanniques, qui n’ont pas hérités de la liberté, mais ont dû la conquérir pendant cinq siècles, seraient plus déterminés.

Le comité parlementaire des affaires intérieures, présidé par Keith Vaz, demande une explication du caniche d’Obama, le premier ministre britannique. Également, le chien de garde sur les lois anti-terroristes David Anderson, demande que le ministère de l’intérieur et la police expliquent l’utilisation illégale de lois anti-terroristes contre Miranda, qui n’est pas un terroriste et aucunement connecté avec le terrorisme de quelque manière que cela soit.

Le premier ministre brésilien a rejoint la meute, demandant des explications à Londres sur le pourquoi la Grande-Bretagne a t-elle violée ses propres lois et abusé un citoyen brésilien. Bien sûr tout le monde sait que Washington a forcé sa marionnette britannique à violer la loi afin de servir Washington. On peut se demander si les Britanniques décideront un jour qu’ils seraient bien mieux d’être une nation souveraine,

La Maison Blanche a nié toute implication dans l’enlèvement de Miranda, mais a refusé de condamner les actions illégales de sa marionnette.

Quant à la destruction de la liberté de la presse britannique, la Maison Blanche soutient cela également. C’est déjà en place ici.

En attendant, familiarisez-vous avec l’état policier: http://www.wnd.com/2013/03/now-big-brother-targets-your-fedex-ups-packages/

Source: Paul Craig Roberts, traduction par Résistance 71


Publicité

Laissez un commentaire

*