Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

WikiLeaks: Julian Assange salue une « victoire » après la fin du procès Manning

WikiLeaks: Julian Assange salue une « victoire » après la fin du procès Manning

Selon les calculs du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, le soldat américain Bradley Manning, condamné ce mercredi à 35 ans de prison pour avoir fait fuiter des documents confidentiels, pourrait être libre dans environ cinq ans.

manning2

Le jeune soldat pourrait passer beaucoup moins de temps que prévu en prison. Alors que Bradley Manning a été condamné à 35 ans de prison ce mercredi pour avoir fait fuiter 700 000 documents confidentiels, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, estime que ce verdict est « une victoire stratégique significative » .

« Au début de la procédure judiciaire, le gouvernement américain avait retenu » contre le jeune soldat des chefs d’inculpation pour des délits passibles de « plus de 135 ans de prison », a souligné Julian Assange dans un communiqué. Au final, Bradley Manning pourrait passer « un minimum de 5,2 ans en prison », a-t-il affirmé, sans expliquer son mode de calcul.

Une cour martiale aux Etats-Unis a condamné mercredi Bradley Manning pour avoir transmis à WikiLeaks des milliers de documents, la plus importante fuite d’informations confidentielles de l’histoire des Etats-Unis.

Une libération conditionnelle au bout de neuf ans?

Le procureur militaire avait requis 60 ans minimum de prison contre le soldat. Mais l’ancien analyste du renseignement en Irak pourrait de fait, grâce au système de remises de peines pour bonne conduite, bénéficier d’une libération conditionnelle après avoir purgé le tiers de sa peine, soit dans neuf ans.

« Alors que la défense devrait être fière de sa victoire tactique, il faut garder en mémoire que le procès de M. Manning et sa condamnation sont un affront aux concepts de base de la justice occidentale », a poursuivi Julian Assange. Ce soldat a subi une incarcération « jugée ‘cruelle, inhumaine et dégradante’ par le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Juan Mendez », a-t-il expliqué. « La seule issue juste dans l’affaire Manning est sa libération inconditionnelle, des dommages et intérêts pour le traitement illégal qu’il a subi, et un véritable engagement à enquêter sur les méfaits que ces présumées révélations ont mis en évidence », a-t-il encore estimé.

« Le traitement de M. Manning était destiné à envoyer un signal aux personnes ayant une conscience dans le gouvernement américain qui pourraient chercher à révéler des méfaits (…). Le résultat est qu’il y aura un millier de Bradley Manning supplémentaires« , a conclu Julian Assange.

L’Express / AFP


Publicité

Laissez un commentaire

*