Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Grand Orient de France : « Ce n’est pas à la Maçonnerie de dire au pape ce qu’il doit faire »

Grand Orient de France : « Ce n’est pas à la Maçonnerie de dire au pape ce qu’il doit faire »

Pascal Vesin a été écarté de sa paroisse de Megève quand son engagement avec le Grand Orient de France a été révélé.

godf Il ne peut retenir ses larmes : au bout de 39 jours de «pèlerinage» des Alpes françaises à Rome, le père Pascal Vesin a atteint son but, le Vatican, où il espère que le pape François lèvera la sanction qui le frappe pour être prêtre franc-maçon et fier de l’être.

Prêtre depuis dix-sept ans, Pascal Vesin, 43 ans, curé de la paroisse Sainte-Anne d’Arly-Montjoie, à Megève, dans les Alpes françaises, est adhérent actif du Grand Orient de France depuis treize ans. «J’espère être reçu par le pape François ou par un de ses secrétaires. Ma cause dépasse le cas Pascal Vesin», dit-il à l’AFP, soulignant qu’il restera dans cet espoir à Rome jusqu’aux alentours du 7 septembre. (…)

«Homme blessé» par «l’injustice» de la sanction qui lui avait été signifiée en mai par la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), le curé démis d’Arly-Montjoie avait envoyé un premier «courrier lapidaire» au Vatican le 6 juin. Il a effectué depuis «un retour sur lui-même» qui lui a permis de formuler ses arguments «réfléchis» dans une lettre envoyée le 1er août de Pontremoli (Toscane) au pape. Elle a été expédiée «par quatre ou cinq canaux, notamment via certains cardinaux» dans l’espoir qu’elle parvienne effectivement à François.

«Dans ce texte, ce n’était plus un franc-maçon qui dit : il faut m’accueillir mais un prêtre qui appelle au dialogue avec la maçonnerie, et plus largement avec le monde. L’Eglise ne peut en rester aux condamnations», témoigne-t-il, estimant que c’est aussi le message qu’apporte le pape argentin. Son diocèse a justifié la sanction romaine en expliquant que le prêtre avait opté, malgré les avertissements, pour la liberté absolue de conscience, revendiquant sa double appartenance à l’Eglise et au Grand Orient. Il a indiqué au prêtre que «rien ne restait fermé», la sanction dite «médicinale» qui lui a été infligée pouvant être «levée» s’il abandonnait la franc-maçonnerie.

Le père Vesin confirme qu’il n’entend pas quitter sous la pression une affiliation, selon lui, pleinement compatible avec l’appartenance à l’Eglise, car les maçons ont, dit-il, vraiment évolué. «Ma démarche est dans la dynamique de ce que le nouveau pape annonce et semble commencer à faire. On va le vérifier dans les faits», confie-t-il, se disant profondément attaché à l’Eglise. Le père Vesin est resté choqué par la sécheresse de la lettre de la CDF, qui lui «a interdit de célébrer la messe et de communier» tant qu’il ne renoncerait pas à la franc-maçonnerie. «C’est médicinal, m’a-t-on dit. Mais il s’agit de guérir de quoi

Le prêtre qui touche son salaire de 700 euros jusqu’en décembre et bénéficie d’une couverture sociale jusqu’en mai prochain, n’entend pas aller devant les prudhommes comme certains lui ont conseillé.

«Je ne conspire pas contre l’Eglise comme le faisaient les maçons en 1905. On ne bouffe pas du curé au Grand Orient. On ne m’a pas demandé de renier ma foi. J’ai apporté le message du Christ et je crois à la recherche spirituelle des athées. C’est moi qui ai choisi de frapper à leur porte, par souci d’ouverture.»

Le Grand maître du Grand Orient, José Gulino, a écrit au pape.

«Mais ce n’est pas à la Maçonnerie de dire au pape ce qu’il doit faire ou ne pas faire avec ses prêtres», remarque-t-il, un peu critique de la teneur de cette lettre. «Je demande à l’Eglise une ouverture, mais je demande la même ouverture dans la maçonnerie, par exemple l’abandon du secret», ajoute ce prêtre qui prône un rôle accru des laïcs et des femmes dans l’Eglise.

Libération


Publicité

Laissez un commentaire

*