Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Vraie-fausse réforme de l’espionnage US

Vraie-fausse réforme de l’espionnage US

La trop rapide réouverture par Washington d’une vingtaine de ses ambassades et consulats, sauf au Yémen, a provoqué quelques sourires ironiques au sein des services français. « Les Américains ont amusé la galerie« , affirme un vieux routier du Renseignement, convaincu que la Maison-Blanche a exagéré les menaces terroristes pour contrebalancer les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage mondial pratiqué par la NSA.

Avant de partir en vacances, Obama a, en quelque sorte, donné raison à ses détracteurs américains et autres, « en se mouillant personnellement, comme on le souligne au Quai d’Orsay, dans cette campagne de communication » destinée à gommer la mauvaise réputation de la NSA. Il a ainsi consacré une heure de sa conférence de presse, le 9 aout, à justifier l’objectif poursuivi par ce service : « déjouer des complots terroristes en trouvant une aiguille dans la botte de foin (sic) des télécommunications mondiales« .

Manque de chance pour Obama, grâce aux documents rendus publics par Edward Snowden, chacun sait que les experts de la NSA incluaient dans cette « botte de foin » nombre d’ambassades étrangères, notamment européennes. Sans compter l’intérêt qu’ils portaient aussi aux communications des citoyens de divers pays. Pour ce comportement qu’un diplomate français qualifie d' »extraordinaire et impérial sans-gêne des « grandes oreilles » de la NSA« . Obama n’a pas jugé nécessaire de présenter la moindre excuse. Soit dit en passant, et c’est la preuve que la NSA aurait bien tort de s’inquiéter, aucune capitale européenne n’avait eu l’audace de l’exiger.

Pendant cette longue conférence de presse, Obama a surtout voulu rassurer les Américains, en affirmant qu’il comprenait « leurs inquiétudes« , avant de s’engager à interdire tout viol de leurs libertés individuelles. Mais, à lire les réactions acides d’une partie de la presse US, et celles de la gauche démocrate ou de certains élus républicains, le Président n’a pas été cru sur parole.

Pas de nouveau Snowden ?

Avant même la conférence de presse présidentielle, le général Keith Alexander, patron de la NSA, a entamé une petite réforme de ses services. Il s’agit de supprimer quelques 3000 postes de titulaires et de contractuels des sociétés « sous-traitantes » de la NSA, qui comptaient naguère Edward Snowden parmi leurs salariés. A l’avenir, ces collaborateurs extérieurs seront progressivement remplacés par des équipements électroniques. Lesquels permettront d’informatiser le travail dont la plupart étaient chargés – interception des messages et analyses nécessaires. C’est tout bénéfice, comme l’explique un expert : « Une machine, ça n’a pas d’états d’âme, aucun contact avec des journalistes. »

Les principales mesures annoncées par Obama pour rendre la NSA plus sympathique aux yeux – et aux oreilles – des Américains sont au nombre de quatre. La plus remarquée consiste à modifier la « Section 215« , consacrée à la NSA dans le Patriot Act, cette loi de sécurité nationale promulguée au lendemain des attentats du 11 Septembre. Ensuite, le Président s’est engagé à renforcer les contrôles de la Cour de surveillance des activités du renseignement américain à l’étranger. Mais les membres de cette honorable institution, nommés par le président de la Cour suprême, oseront-ils à s’insurger, à l’avenir, contre l’espionnage politique et économique des meilleurs alliés de la Grande Amérique ? Rien n’est moins sûr…

Troisième engagement d’Obama, la nomination d’un « officier chargé du respect de la vie privée » des Américains. Faut-il comprendre qu’elle n’était pas vraiment respectée ? Enfin, un groupe d’experts extérieurs à la NSA sera chargé d’examiner les effets produits par les nouvelles technologies utilisées dans les services de renseignement. Afin d’éviter d’éventuelles bavures ?

La remarquable technologie des drones « tueurs » ne les empêche pourtnat pas de massacrer plus de civils que de terroristes…

Claude Angeli / Le Canard Enchainé édition papier du Mardi 13 Aout 2013

Publié le 14 août, 2013 dans Big Brother, Conspirations & Complots, Etats-Unis, PRISM, Terrorisme.

Publicité

Laissez un commentaire

*