Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’affaire Prism pourrait coûter 31 milliards de dollars aux géants américains du «cloud»

L’affaire Prism pourrait coûter 31 milliards de dollars aux géants américains du «cloud»

Selon une étude, les entreprises américaines du «cloud» subiraient une perte de confiance. Prism pourrait leur coûter jusqu’à 31 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

clavier-guerre

L’affaire Prism n’a sans doute pas fini de secouer la planète. Et, si l’on imagine mal les internautes se détourner des Google, Apple, Microsoft, Facebook et autres, accusés d’être utilisés par les services américains pour les espionner, le secteur pourrait néanmoins payer un lourd tribut à la suite de ces révélations.

Selon une étude réalisée par l’Information Technology and Innovation Foundation (Itif), la confiance des consommateurs vis-à-vis des entreprises américaines du «cloud» pourrait être entamée. Et des entreprises européennes ou asiatiques pourraient en profiter, alors que les Etats-Unis sont aujourd’hui clairement leaders.

L’Itif a évalué les possibles pertes des entreprises américaines pour les trois prochaines années. D’ici à 2016, les conséquences de l’affaire Prism pourraient leur coûter entre 21,5 et 31 milliards de dollars de chiffre d’affaires. La part de marché des entreprises américaines en dehors des Etats-Unis pourrait ainsi passer de 85% – avec des acteurs dominants comme Google, Amazon ou Apple – en 2014 à 65%, voire 55% dans les estimations les plus basses.

Les entreprises européennes du secteur pourraient ainsi tirer profit de l’affaire , d’autant qu’elles bénéficient aussi d’une politique volontariste des Etats et de l’Union européenne, souligne l’étude. En France, par exemple, le gouvernement a débloqué 135 millions d’euros pour développer une offre de «cloud» publique.

Le rapport se fonde notamment sur des sondages réalisés auprès de professionnels sur la confiance qu’ils accordent à ces services. Dans les jours suivant les révélations sur Prism, 10% d’entre eux affirmaient avoir d’ores et déjà annulé un projet de collaboration dans le «cloud» avec une entreprise américaine. Et 56% considéraient qu’il leur serait plus difficile, à l’avenir, de collaborer avec l’une d’elles. L’Itif cite aussi l’exemple d’Artmotion, la plus grande entreprise suisse du secteur, qui a annoncé une hausse de son activité de 45% en juin, juste après les révélations d’Edward Snowden.

Enfin, le rapport n’exclut pas que, à la suite de l’affaire, certains Etats prennent des mesures protectionnistes, évinçant de fait les entreprises américaines de leur marché domestique. Les géants américains essuieraient alors des pertes de parts de marché encore plus élevées.

L’Itif prône la transparence de la part du gouvernement américain. Elle serait, selon le rapport, le meilleur moyen pour le secteur de limiter la casse. Il lui demande donc de déclassifier les documents relatifs au programme Prism et de préciser quelles informations ont été demandées aux entreprises.

Les Echos

Publié le 13 août, 2013 dans Etats-Unis, Internet, La Bourse & L'Economie, PRISM.

Publicité

Laissez un commentaire

*