Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Une puce électronique pour suivre les conditions physiques du corps

Une puce électronique pour suivre les conditions physiques du corps

Une nouvelle puce pourrait être utilisée pour surveiller toutes sortes de données dans le corps humain, comme contrôler la température corporelle ou surveiller les battements du cœur.

Et si bientôt on avait toutes sortes de puces dans le corps destinées à éviter des tas de maladie? Une puce pour contrôler notre température corporelle, pour surveiller les battements de notre coeur… C’est en tous cas l’espoir d’une équipe de chercheurs japonais, qui a annoncé avoir conçu une puce électronique ultra-fine, légère et souple qui pourrait être implantée dans le corps humain pour en suivre les conditions physiques. Ce circuit intégré se présente sous la forme d’un film ultra-mince. Il a la particularité de continuer de fonctionner même après avoir été froissé ou étiré.

Selon les professeurs de l’Université de Tokyo à l’origine de ce capteur, il pourrait être utilisé pour surveiller toutes sortes de données. On pourrait aussi imaginer un tel capteur servant de zone de réception tactile pour permettre à des personnes d’activer un dispositif à partir de leur bouche, de leurs yeux ou de toute autre partie valide du corps afin de pallier un handicap physique.

Deux micromètres

« Cette puce peut être fixée à toute sorte de surface et ne limite pas le mouvement de la personne qui la porte », a expliqué le professeur Takao Someya dont les résultats des travaux sont publiés cette semaine dans la revue scientifique Nature. Des capteurs divers existent déjà, mais ils sont généralement constitués de silicium et d’autres matériaux relativement rigides qui peuvent causer à leurs utilisateurs un certain inconfort.

Les nouveaux circuits flexibles devraient réduire ou même éliminer cette gêne. L’épaisseur du circuit en question est de seulement deux micromètres – cinq fois moins que les films plastiques alimentaires – et ne pèse que trois grammes par mètre carré, 30 fois moins que du papier classique. Même noyé dans une solution salée, comme à l’intérieur du corps humain, ou en contact avec la sueur, le dispositif peut fonctionner pendant plus de deux semaines. Il lui faut toutefois disposer d’une alimentation électrique miniature, laquelle reste à développer.

RTL

Publié le 12 août, 2013 dans Monde, Puce Electronique, Santé, Technologie.

Publicité

Laissez un commentaire

*