Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Affaire Snowden: les Etats-Unis devraient lui dire merci, estime Assange

Affaire Snowden: les Etats-Unis devraient lui dire merci, estime Assange

Pour le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, les révélations d’Edward Snowden ont incité les Etats-Unis à revoir leur système de surveillance. Ce qui valide le rôle de lanceur d’alerte de l’ex-consultant de la NSA.

assange

Non, les Américains ne doivent pas prendre en grippe Edward Snowden. Au contraire, ils devraient même lui être « redevable » car il a poussé Barack Obama à promettre une révision du système de surveillance des communications par le renseignement américain. Légèrement provocatrice, cette thèse est signée Julian Assange. Dans un message publié samedi sur son site australien, le fondateur de WikiLeaks a rendu hommage au rôle joué par l’ex-consultant de la NSA.

Pour Julian Assange, il s’agit tout simplement d’une « victoire pour Edward Snowden et ses nombreux partisans ». Il estime que le président américain a « validé le rôle d’Edward Snowden en tant que lanceur d’alerte » en promettant des réformes. Il a également rappelé que l’ex-consultant de la NSA redoutait surtout d’avoir tiré la sonnette d’alarme sans que des changements n’interviennent.

« Des réformes se dessinent, et pour cela, le président et le peuple américains ainsi que la population mondiale sont redevables à Edward Snowden », juge Julian Assange, qui a lui-même rendu publics des documents diplomatiques confidentiels. (…)

L’Express

Publié le 11 août, 2013 dans Australie, Etats-Unis, Internet, PRISM, Wikileaks.

Publicité

Laissez un commentaire

*