Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le syndrome de dépression post-2012… et son remède

Le syndrome de dépression post-2012… et son remède

[NDLR : Un article pour tous les déçus du 21 Décembre 2012 mais qui veulent continuer de croire à un éveil global ou peu importe.]

Analyse d’un phénomène vieux comme le monde
Auteur: Sébastien Vaas

149_m Depuis de nombreuses années, le C.R.O.M. a mis en garde sur le fait que 2012 n’était qu’une farce ayant pour but de détourner les chercheurs spirituels des véritables événements qui sont en train de se produire sur le plan intérieur. Nous avons aussi relayé les informations selon lesquelles il y a de multiples calendriers Maya qui s’arrêtent à des dates très différentes. Beaucoup ont quand même voulu y croire et le regrettent aujourd’hui… Analyse d’un phénomène vieux comme le monde.

Voilà sept mois que le 21 décembre 2012 est passé, et toute personne un peu lucide admettra que, non seulement aucun miracle ne s’est produit, mais que, de plus, aucun signe ne semble indiquer une remontée générale de la conscience de l’humanité. Cela a de quoi sérieusement inquiéter ceux qui avaient placé tous leurs espoirs dans cette date et qui, aujourd’hui, se retrouvent démunis, face à eux-mêmes.

Dans les milieux nouvel-âge, on constate depuis le début de l’année une recrudescence de dépressions. Ceux qui, il y a peu, s’enthousiasmaient à l’idée d’un imminent changement de la conscience planétaire, se promènent aujourd’hui hagards dans les foires bio, ne sachant plus trop à quoi s’accrocher.

Vont-ils abandonner tout espoir et se tourner vers une nouvelle forme de nihilisme ? Si eux ne le font pas, ce sera sans doute leurs enfants, tout comme la génération « peace and love » a engendré les punks hurlant leur désespoir dans un bruit de machines assourdissant.

Mais pourquoi l’humanité oscille-t-elle pareillement entre espoir et désespoir, entre idéalisme et nihilisme ? Il faut en chercher la raison dans le fait qu’elle a perdu le contact avec son centre intérieur, avec son être profond. Du coup, elle doit continuellement s’accrocher à des choses extérieures pour donner une réalité à son existence tellement fragile.

Ce n’est pas un problème nouveau : depuis la Chute qui a précipité la vague de vie humaine dans l’inconscience, l’homme ne sait plus qui il est. La tradition ésotérique enseigne que l’être humain était originellement constitué de trois noyaux :
– l’un correspondant à l’Esprit, à la tête ;
– un autre correspondant à l’âme, au cœur ;
– enfin un troisième correspondant à l’ego, au bassin.

Mais, au moment de la Chute, les deux noyaux inférieurs sont descendus dans la sphère terrestre, alors que celui correspondant à l’Esprit est resté dans les mondes supérieurs. L’homme a alors oublié jusqu’à l’existence de cette étincelle d’Esprit.

Depuis, dépourvu de la véritable intelligence, il naît et meurt sans comprendre ce qui se passe. Il s’accroche à des bonheurs éphémères sans voir que tout ce qui est terrestre est voué à disparaître. « Mon peuple se perd faute de connaissances », dit la Bible. Cette sentence devrait nous alerter sur le fait nous ne savons rien de qui nous sommes, d’où nous venons et où nous allons.

Pour lire la suite, c’est ICI.

Le CROM a ajouté quelques notes en accompagnement de sa newsletter. D’abord concernant les prélèvements d’organe :

Nous tenons à saluer l’initiative d’un de nos lecteurs concerné par la question délicate des prélèvements d’organes. Vous ne le savez peut-être pas, mais le fait d’être dépecé alors qu’on vient tout juste de décéder est très négatif. En effet, le corps éthérique est à ce moment encore relié au corps physique et le fait de retirer les organes occasionne d’intenses souffrances à l’âme.

En France, toute personne qui ne souhaite pas être dépecée à sa mort doit impérativement s’inscrire à un Registre des Refus. Le problème, c’est que ce Registre est géré par un organisme militant pour le don d’organes – l’Agence de la Biomédecine – et que le formulaire d’inscription qu’elle propose est extrêmement tendancieux. Le but semble clairement de décourager les personnes à s’inscrire.

C’est pourquoi ce lecteur anonyme veut faire pression sur l’Agence de la Biomédecine afin qu’elle modifie ce formulaire, voire que la gestion de ce Registre lui soit retiré. Si vous voulez avoir plus d’informations sur ce combat pour le « droit à la propriété du corps », veuillez vous rendre sur le site suivant:

http://www.refus-don-organes.org

Bistro Bar Blog


Publicité

Laissez un commentaire

*