Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Wikileaks : Manning reconnu coupable « d’espionnage », pas de « collusion avec l’ennemi »

Wikileaks : Manning reconnu coupable « d’espionnage », pas de « collusion avec l’ennemi »

wikileaks

La juge militaire Denise Lind a déclaré, mardi 30 juillet, que Bradley Manning, la source de très nombreux documents publiés pas WikiLeaks, n’était pas coupable de « collusion avec l’ennemi », le plus grave des 22 chefs d’accusation contre le soldat de 25 ans, pour lequel il encourait la prison à vie. Le jeune homme a toutefois été reconnu coupable de plusieurs violation de la loi sur l’espionnage et de vol de documents.

Aux termes du verdict lu par la juge Denise Lind, Manning encourt 136 ans de prison après avoir été reconnu coupable de plusieurs charges liées à la violation de la législation sur l’espionnage. La peine sera fixée lors d’une audience ultérieure.

Lors de l’énoncé du verdict sur la base militaire de Fort Meade, près de Washington, le colonel Lind a indiqué que la phase du procès consacrée à fixer la peine commencerait mercredi à 9 h 30 (15 h 30, heure de Paris).

LANCEUR D’ALERTE OU « TRAÎTRE » ?

Bradley Manning a reconnu avoir transmis quelque 700 000 documents militaires et diplomatiques au site WikiLeaks, lorsqu’il était analyste du renseignement en Irak, de novembre 2009 à son arrestation en mai 2010. Il a notamment transmis au site Internet environ 250 000 câbles diplomatiques américains, des dizaines de milliers de rapports militaires sur les guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que des documents relatifs aux détenus de la prison américaine de Guantanamo à Cuba. (…)

La suite de l’article sur Le Monde


Publicité

Laissez un commentaire

*