Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le 14 juillet, quelle signification ?

Le 14 juillet, quelle signification ?

1mop

Institué en 1880 comme fête nationale, le 14 juillet est un immense symbole de liberté et de la fin des privilèges dans notre pays. Mais 133 ans plus tard, bien loin de la prise de la Bastille, la signification de ce jour historique pourrait avoir changé dans l’imaginaire collectif.

Atlantico : Comme chaque année, les armées défileront sur les Champs-Élysées ce 14 juillet pour célébrer la fête nationale. Le 14 juillet commémore la prise de la Bastille de 1789, mais aussi un événement moins connu : la fête de la Fédération de 1790. Quel est le sens historique de cette commémoration ? A-t-il évolué au fil du temps ?

Maxime Tandonnet C’est la IIIème République en 1880 qui a choisi le 14 juillet comme fête nationale. François Furet nous rappelle le sens de ce choix dans La Révolution (Hachette) : « Il s’agissait de célébrer, non pas directement 1789, endeuillée par des meurtres, mais le premier anniversaire de 1789, cette première commémoration unanime de la Révolution au champ de Mars ». […]

Eric Anceau : Lorsqu’en 1880, les députés furent invités à adopter une date « glorieuse » comme fête nationale, ils ont cherché un événement fondateur de la Révolution française qui transcende les clivages partisans et ils ont choisi la fête de la Fédération du 14 juillet 1790 qui célébrait elle-même le premier anniversaire de la prise de la Bastille, moment d’apparente communion entre le roi et la nation avec le défilé, sur le Champ-de-Mars, à Paris, de fédérés venus de toute la France devant 300 000 spectateurs, après un 5 mai 1789, ouverture des États généraux qui était encore trop monarchique et un 14 juillet 1789 qui avait été trop sanglant. Le choix leur apparut aussi meilleur que le 22 septembre 1792, proclamation de la première République au milieu de la guerre, après des massacres et dans un climat de pré-Terreur, que le 24 février 1848, proclamation d’une deuxième République éphémère et jugée par eux utopiste, ou que le 4 septembre 1870, jour de la résurrection républicaine due à la débâcle des armées françaises à Sedan dans un pays encore très largement impérialiste. Comme les lois constitutionnelles de 1875 avaient été le fruit d’un habile compromis, le choix de la fête de la Fédération en fut aussi un. […]

Lire la suite sur Atlantico

Publié le 16 juillet, 2013 dans France, Histoire.

Publicité

Laissez un commentaire

*