Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La sainte Russie de Poutine en sauveuse de l’Humanité

La sainte Russie de Poutine en sauveuse de l’Humanité

poutine LE CERCLE. Si – à ce tournant de l’Histoire que vit actuellement l’Humanité – les démocraties occidentales peinent à dessiner un horizon au-delà des prochaines échéances électorales, la Russie, elle, avance sans complexe une vision à très long terme, dont l’ambition coupe le souffle.

Pour s’en convaincre, il suffit de lire les textes (qui s’apparentent aux encycliques), produits ces jours-ci par les « think tanks » proches du Kremlin. Le monde actuel, vu par la Russie officielle, s’articule, en synthèse, autour de cinq points clés.

1) Confronté au spectre de son déclin, l’Occident tente d’imposer à l’ensemble de la population de la planète « un nouvel ordre mondial » qui malgré ses apparences de libéralisme globalisé ressemblerait plutôt à une dictature anonyme.

2) Ce nouveau « projet civilisationnel » fait table rase du christianisme comme système de valeurs, en bouleversant les notions du bien et du mal de la condition humaine.

3) La mise en place du « nouvel ordre mondial » signifie le démontage définitif des États-nations et la disparition de la souveraineté territoriale, dans une architecture géostratégique en devenir, sous la botte d’un gouvernement mondial.

4) La famille – telle qu’elle a été façonnée par des siècles précédents (« la cellule fondamentale de l’Humanité », selon Karl Marx) – sera bientôt amenée à disparaître, et les termes même « père », « mère », « homme », « femme » seront interdits par la loi. La preuve, si l’on en croit les prophètes de Moscou, est que la plupart des pays de l’Union européenne pratiquent déjà des « techniques juridiques visant à priver les parents biologiques de leurs enfants », à ériger en vertu morale les mariages de même sexe et à encourager d’autres « perversions sexuelles ».

5) Le « nouvel ordre mondial » prévoit l’apparition d’un nouvel individu, enfanté par les technologies numériques et les réseaux sociaux, qui le manipuleront et surveilleront en permanence, en le privant de tout raisonnement autonome, comme si c’était un malade sous l’effet des psychotropes.

Face à cette « thérapie géopolitique », véhiculée par l’Occident crépusculaire, la Russie de Poutine, selon les préconisations de ses têtes pensantes, doit apporter une « alternative globale et offensive » pour tout simplement « sauver l’Humanité ».

Autrement dit, prendre le relais d’un Occident consumériste, individualiste, dépravé, vautré dans les vices, dévoré par une crise économique sans précédent. Et cela, conformément à son concept messianique de la « Troisième Rome », à savoir – la profonde conviction russe de détenir l’authenticité de la foi chrétienne et le leadership moral de la civilisation humaine, après la disparition de la Rome antique et la mise à sac de Constantinople. Pour la première fois, ce postulat est apparu au XVIe siècle, sous le tsar Ivan IV, pour transcender toute l’histoire de ce pays (notamment sous la forme d’une « âme russe », impénétrable à la raison) et offrir, enfin, à la Russie de Poutine sa principale grille de lecture du monde en ce début de nouveau millénaire.

Vu sous cet angle, le surprenant aveu du Président russe, fait à la presse il y a quelques années, que « depuis la mort de Gandhi, il ne voit plus aucun démocrate, à qui il pourrait parler en toute authenticité », n’apparaît plus comme une boutade, mais se révèle comme une véritable profession de foi, plongée dans les méandres de la perception du monde par la Russie figée dans ses certitudes du passé.

Le Cercle / Les Echos, par Alexandre Melnik

Publié le 24 juin, 2013 dans Nouvel Ordre Mondial, Réflexions, Russie.

Publicité

Laissez un commentaire

*