Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Cyberguerre : Internet comme nouveau théâtre d’opération des conflits

Cyberguerre : Internet comme nouveau théâtre d’opération des conflits

centre-commande

Internet et le téléphone hors d’usage. L’électricité en panne. Des trains paralysés en rase campagne. Des avions cloués au sol. Les comptes bancaires bloqués… Un scénario catastrophe de plus en plus crédible aux prémices de la cyberguerre. Bienvenue dans un monde déconnecté.

Au départ de mon enquête, il y a quelques mois, je me trouvais dans une soirée parisienne où étaient invités, entre autres, quelques informaticiens et ingénieurs aéronautiques. Je leur parlais de mon reportage et mentionnais un article paru dans Vanity Fair le 2 août dernier, qui affirmait : « Quand l’histoire de 2011 sera écrite, on y fera référence en tant qu’“année du hacking”. »

Par cette formule, la revue américaine rendait publique l’Opération Shady Rat, soit la plus grosse campagne de cyberespionnage connue jusqu’à présent : 70 victimes dans 14 pays. Des cyberattaques qui ont visé des cibles variées, allant du Comité international olympique à l’Onu, en passant par plusieurs grandes entreprises.

L’origine et l’objectif de cette opération sans précédent restent inconnus. Le concept de cyberguerre lui-même fait débat. Même l’aréopage de spécialistes et scientifiques réunis ce soir-là ne savaient pas comment le définir.

Car en réalité, il ne s’inscrit dans aucun cadre juridique. Le terme désigne un conflit mené via Internet et les systèmes informatiques, mais la notion reste ambivalente, qui est employée à la fois pour désigner des actes de malveillance de pirates informatiques et des attaques à dessein militaire.

Difficile, d’ailleurs, de distinguer les uns des autres, la cyberguerre étant par nature une guerre de l’ombre. Néanmoins, tous les experts présents ce soir-là s’accordaient sur les risques encourus, dans un monde où quasiment toutes les organisations, entreprises et administrations sont ouvertes et connectées au World Wide Web.

Nos sociétés, de plus en plus dépendantes de l’informatique, sont toujours plus vulnérables aux cyberattaques, et en particulier aux virus des hackeurs. Les spécialistes de la cybersécurité affirment que ces agressions en ligne pourraient provoquer des coupures d’électricité ou menacer une centrale nucléaire… (…)

Lire la suite sur National Geographic


Publicité

Laissez un commentaire

*