Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Espionnage “anti-terroriste” : qui est Edward Snowden, l’homme qui a “tout sacrifié” pour ses convictions

Espionnage “anti-terroriste” : qui est Edward Snowden, l’homme qui a “tout sacrifié” pour ses convictions

Le jeune américain, âgé de 29 ans, a réussi l’exploit de bousculer le système des renseignements américains en révélant l’existence d’un programme de surveillance des réseaux sociaux. Face au scandale, Barack Obama a fini par s’exprimer en apportant de facto son soutien aux méthodes utilisées par la NSA (agence nationale de sécurité américaine). Exilé à Hong Kong, Edward Snowden est prêt à en découdre avec son gouvernement au nom de ses valeurs et ce, malgré la menace qui plane sur lui à l’heure du procès de Bradley Manning qui risque 20 ans de prison.

bigbrob7946388

Héros ou traître ? Comme Bradley Manning, du nom de ce militaire américain qui avait divulgué quantité d’informations classées et compromettantes, Edward Snowden est parvenu à faire trembler l’hyperpuissance américaine avec ses révélations chocs. Son exploit a contraint Barack Obama à sortir de sa réserve.

“Je ne peux pas vivre dans une société qui fait ce genre de choses… dans un monde où tout ce que je fais et dis est enregistré” a expliqué le jeune homme dans un entretien enregistré au quotidien britannique The Guardian.

Sortie de l’ombre

C’est dimanche que ce jeune consultant de 29 ans a décidé de sortir du bois après le séisme que ses révélations ont provoqué. Jeudi, The Guardian et le Washington Post ont révélé l’existence d’un système secret baptisé PRISM qui consiste à surveiller les contenus privés des réseaux sociaux de toutes personnes non-résidentes sur le territoire américain. Près de neuf réseaux sociaux ont accepté de collaborer avec la NSA (National Security Agency), les services de renseignements américains dans le cadre de ce programme de “surveillance”.

Exilé à Hong Kong, la source du Guardian a décidé de révéler son identité dimanche après que la NSA a demandé l’ouverture d’une enquête judiciaire pour retrouver l’origine de cette fuite. Edward Snowden a expliqué n’avoir jamais eu l’intention de rester caché tout en assumant la prise de risque : “je comprends que je vais payer le prix pour mes actions (…) mon unique objectif est d’informer les gens de ce qui est fait en leur nom et de ce qui est fait contre eux“. Et ce, sachant parfaitement que Bradley Manning, actuellement jugé aux Etats-Unis pour avoir transmis à Wikileaks des centaines de milliers de télégrammes diplomatiques à Wikileaks, risque 20 ans de prison.

D’Hawaï à l’exil

Un choix d’autant plus difficile que rien ne l’obligeait à passer à l’acte. Il faut dire que cet américain jouissait d’une vie tranquille avec sa compagne à Hawaï, et gagnait près de 200.000 dollars par an en travaillant pour une société de sous-traitance de la NSA. Mais Edward Snowden est un homme de conviction. En 2003, il s’était engagé dans l’armée américaine pour défendre ses principes.

“Je voulais combattre en Irak pour aider à libérer les Irakiens de l’oppression” aurait-il déclaré. Mais après un accident qui lui brisera les jambes, il rentre aux Etats-Unis où il travaille pour la NSA en tant qu’agent de sécurité. Son profil de jeune “geek“ va rapidement le propulser au service des systèmes informatiques. En 2007, il sera même envoyé en mission secrète à Genève par la CIA sous une couverture diplomatique. Ses différentes fonctions lui ont permis d’accéder à une large documentation sensible et ainsi découvrir l’immense programme de surveillance mis en place par les renseignements américains.

“En mon âme et conscience“

Au Guardian, il explique avoir attendu l’élection de Barack Obama en 2008 pour que celui-ci en finisse avec ces pratiques. Sauf que le président américain réélu en 2012, a prolongé le mandat accordé à la NSA dans le cadre de PRISM. “Il a continué les politiques de ses prédécesseurs” a-t-il regretté. “Vous ne pouvez pas savoir tout ce qu’il est possible de faire, l’ampleur de leurs capacités est horrifiante” a-t-il ajouté.

Si Edward Snowden parait quelque peu désabusé, il ne semble pas découragé à aller jusqu’au bout de son combat : “je suis prêt à tout sacrifier parce que je ne peux, en mon âme et conscience, laisser le gouvernement américain détruire la vie privée, la liberté d’Internet et les libertés essentielles pour les gens tout autour du monde avec ce système énorme de surveillance qu’il est en train de bâtir secrètement“.

La Tribune

_________________________________

On sait, enfin, qu’Edward Snowden a modestement contribué à la campagne présidentielle de Ron Paul, l’an dernier.

RFI


Publicité

Laissez un commentaire

*