Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

David Cameron participe à la conférence Bilderberg

David Cameron participe à la conférence Bilderberg

700206

Le premier ministre britannique David Cameron devait participer vendredi, selon Downing Street, à la conférence annuelle du groupe Bilderberg, qui réunit dans le plus grand secret près de Londres des dirigeants politiques et économiques de premier plan.

Cette réunion à laquelle prennent part pendant quatre jours près de 140 personnes parmi les plus puissantes du monde se déroule cette année dans un hôtel de luxe posé au milieu de la campagne anglaise, à Watford, à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale britannique.

Les services du premier ministre britannique ont confirmé que David Cameron allait «participer à une discussion portant sur les questions économiques mondiales et nationales» à la conférence Bilderberg, aux côtés de participants en provenance de 21 pays.

Parmi eux figurent la directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde, le fondateur d’Amazon Jeff Bezos, le président de Google Eric Schmidt et l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger, selon le site internet du groupe Bilderberg.

Il est «habituel» que le groupe Bilderberg invite le chef du gouvernement du pays qui accueille la réunion annuelle, a précisé Downing Street.

David Cameron «estime qu’il s’agit d’une occasion de discuter de questions économiques avec des ministres, des hommes d’affaires et des experts», a expliqué la même source.

Une centaine de manifestants se sont réunis jeudi, au premier jour de la conférence, à proximité du périmètre de sécurité installé autour du luxueux hôtel de Watford, pour protester contre cette réunion.

Les participants «sont des gens qui occupent tous des postes de direction au sein du capitalisme occidental (…). Ce qui m’embête, c’est que cela se fasse dans le plus grand secret avec la police qui tient tout le monde à l’écart», a déclaré le député britannique travailliste Michael Meacher, présent parmi les manifestants.

«Toutes les personnes qui vont à la conférence Bilderberg ne sont pas des scélérats ou des bandits. Mais il y a clairement des traîtres qui sont là pour essayer d’encadrer le gouvernement et les entreprises», a affirmé Alex Jones, documentariste américain.

Les conférences Bilderberg sont une sorte de Forum de Davos secret. La première a eu lieu en 1954 aux Pays-Bas, dans l’hôtel Bilderberg d’Oosterbeek, qui a donné son nom à la conférence.

Ces conférences annuelles ont pour objectif de «favoriser le dialogue entre l’Europe et l’Amérique du Nord», selon le site officiel. Aucun procès-verbal n’est compilé, l’accès est interdit aux médias et les curieux sont tenus à bonne distance par un imposant dispositif de sécurité.

Plusieurs sources disent que les Polonais Joseph Retinger (ami de l’écrivain Joseph Conrad), l’ancien premier ministre belge Paul van Zeeland et l’ex-PDG du groupe de produits de grande consommation Unilever, Paul Rijkens, en sont à l’origine.

Le président exécutif de Google Eric Schmidt, le patron d’Amazon Jeff Bezos, la directrice du Fonds monétaire international Christine Lagarde et l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger comptent parmi les invités de la réunion Bilderberg, à l’hôtel Grove de Watford.

Une demi douzaine de Canadiens participent aux rencontrent dont le pdg de la Banque TD, Ed Clark, l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Frenk Mckenna, la pdg d’Indigo, Heather Reisman, le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, le patron de Loblaw, Galen Weston et l’avocat Robert Pritchard.

LaPresse.caAvec Associated Press


Publicité

Laissez un commentaire

*